mercredi 31 mars 2010

Jeudi 8 Avril, un film à ne pas rater:Domination masculine

La Ligue des Droits de l’Homme de La Seyne, Cine83 et le Planning Familial de Toulon présentent le jeudi 8 avril, à 19 h 30, un film de Patric Jean : Domination Masculine suivi d’un débat sur le thème : Les rapports Homme-Femme sont ils modifiés par la crise actuelle ?
Après le déterminisme social (les enfants du Borinage, lettre à Henri Storck) et la criminalisation de la pauvreté (la Raison du plus fort), Patric Jean s’attaque à nouveau à un phénomène social tabou : le patriarcat.
Empruntant à Pierre Bourdieu le titre d’un livre, La Domination Masculine, le cinéaste belge Patric Jean a réalisé un documentaire qui fait l’effet d’une bombe. Pourquoi les hommes dominent-ils les femmes dans la quasi-totalité des sociétés actuelles? Cette domination mène-t-elle forcément à la violence ?
« Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle »,
c’est ce que disait Patric Jean en tournant « la domination masculine ».
Peut-on croire qu’au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ? Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un « compagnon dominant » ? Que penser d’hommes qui subissent une opération d’allongement du pénis, « comme on achète une grosse voiture » ?
Si ces tendances peuvent de prime abord sembler marginales, le film nous démontre que nos attitudes collent rarement à nos discours. L’illusion de l’égalité cache un abîme d’injustices quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où chacun joue un rôle.

A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, le film nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité.

« La Domination masculine » jette le trouble à travers le féminisme d’un homme qui se remet en question. Une provocation qui fera grincer des dents… et un film qu’il faut venir voir pour se faire une opinion.

vendredi 19 mars 2010

Trois bugs informatiques inquiétants révélés dans le Canard Enchaîné du mercredi 17 mars 2010

Après l'évocation de l’erreur de manipulation de mardi 16 mars, qui a abouti à l’annonce d’une fausse explosion qui aurait causé 102 morts et 380 blessés mortelle dans un TGV sur le site sncf.com, le Canard Enchaîné consacre un grand article sur le site commercial, le plus gros site commercial de France avec 55 millions de billets vendus.
Le site compte des millions d’abonnés, à tous les programmes de fidélité de la SNCF (seniors, 12-25 ans, Grand voyageur,...). Et leurs données personnelles sont très mal sécurisées. En quelques minutes, un pirate informatique a réussi à obtenir des noms, adresses, âges, téléphones etc... par centaines. Tout à l’exception heureusement des coordonnées bancaire. Il aurait pu revendre chaque fiche voyageur entre 8 et 20 euros.
Le journal satirique du mercredi revient sur l’affaire Soumaré, ce candidat socialiste aux élections régionales qualifié de délinquant multirécidiviste chevronné par plusieurs élus UMP.
Trois questions sont posées par Alex Turk, président de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés( CNIL):
N’y a- t-il pas un usage abusif du fichier STIC, l’annuaire policier de la délinquance ?
Qui a consulté le fichier d’Ali Soumaré à des fins politique ?
Enfin, pourquoi le dossier était-il truffé d’erreurs et de mentions couvertes par la prescription.

Souriez, vous êtes sur la photo

Une photo de Paris, véritable prouesse technique, prouve si besoin était que les limites de notre vie privée sont grignotées chaque jour un peu plus.

La photo de Paris en 26 gigapixels, conçue par les photographes français, Arnaud Frich et Martin Loyer, permet de voir la capitale à distance dans ses moindres détails. Vous partez de l’image générale et avec votre souris, vous entrer dans les moindres détails… On peut distinguer des gens sur leurs balcons (dont les visages ont été floutés), des voitures, des objets sur des tables, etc…
C’est la plus grande photo du monde jamais réalisée. Si on voulait l’imprimer, il faudrait une feuille de 2000 m².

Une photo de David Bergman prise lors de l’investiture du président américain, Barack Obama, le 20 janvier 2009, permettait de zoomer à tel point qu’on pouvait voir en détail les visages des invités.

jeudi 18 mars 2010

Fillon annonce la mort d'un policier .. vivant

Il faudrait que je vérifie les affirmations contenues dans mes discours écrits par des "nègres" avant d'affoler les électeurs.
C'est ce que doit penser le Premier ministre qui a déclaré devant 2000 militants venus soutenir Valérie Pécresse en Ile-de-France :
« La semaine dernière à Epernay, des voyous ont violemment caillassé des policiers qui procédaient simplement à un contrôle routier. L'un d'entre eux vient de décéder. Caillasser, insulter, vandaliser, tirer, tuer : désormais il semble qu'il n'y ait plus aucune limite pour certains ».[...] A tous ceux que la violence inquiète, je demande de nous juger sur nos actes et de ne pas se disperser dans leur vote ».

Le problème, c’est que le policier n’est heureusement pas mort, qu’il est enfin sorti du coma et que François Fillon a du envoyer une lettre à la famille.
« Je tiens à vous présenter mes excuses, ajoute-t-il, ainsi qu'à votre mari, sa famille et ses collègues ».

A trop vouloir faire peur, on peut dépasser les limites de la décence et de l'honnêteté.

Simone Veil intronisée à l'Académie Française

Simone Veil dont le nom restera associé à la cause des femmes, à la mémoire de la Shoah et à la construction européenne. a été intronisée à l’Académie Française.

La personnalité féminine préférée des Français siège depuis ce jeudi 18 mars à l'Académie française. Elle devient la sixième femme «immortelle» de l'Histoire , elle suit ainsi Marguerite Yourcenar, Jacqueline de Romilly, Hélène Carrère-d'Encausse, Florence Delay et Assia Djebar.
Elle occupe le treizième fauteuil de cette vénérable institution, celui de Racine et de Pierre Messmer.

Sur un coté de la garde est gravé le nom du camp d’extermination de Birkenau où Simone Veil a été déportée avec sa famille en 1944, ainsi que le numéro 78651 qui lui a été tatoué sur le bras par les nazis.

Première femme secrétaire général du Conseil de la magistrature, première femme ministre d’Etat, ministre de la Santé, elle mena un combat acharné pour faire passer la loi légalisant l’avortement en 1975. Elle fut aussi, la première femme à présider le Parlement européen de 1979 à 1982 et membre de la commission des affaires juridiques et des droits de l'homme de l'Assemblée de Strasbourg de 1984 à 1989.

La venue de cette femme attachée aux valeurs morales et républicaines secouera peut être le cercle très masculin des Immortels (6 femmes sur 708 élus depuis la création de l'Académie française) . Ne déclarait-elle pas mercredi dans France Soir:
"Les femmes ont une autre vision de la société ! Et il est important qu'elles apportent leur regard, souvent plus pratique, plus concret que celui des hommes".
Jean d’Ormesson conclut son discours de réponse à celui de Simone Veil sur Pierre Mesmer par :
" Beaucoup, en France et au-delà, voudraient vous avoir, selon leur âge, pour confidente, pour amie, pour mère, peut-être pour femme de leur vie. Ces rêves d’enfant, les membres de notre Compagnie les partagent à leur tour. Aussi ont-ils choisi de vous prendre à jamais comme consœur.[…]
Madame. Soyez la bienvenue au fauteuil de Racine qui parlait si bien de l’amour. "

mardi 16 mars 2010

Najlae Lhimer est de retour

Encore un retour après une expulsion hâtive et peu glorieuse pour la patrie des Droits de l'Homme

Najae Lhimer est arrivée lundi matin à 11 heures à Paris. Nicolas Sarkozy avait exceptionnellement autorisé son retour en France. La jeune marocaine sans papiers avait été expulsée en février de la France vers le Maroc pour avoir voulu déposer plainte pour maltraitance contre son frère à la gendarmerie de Châteaurenard dans le Loiret.
Accueillie dans une ambiance festive à l’aéroport parisien d’Orly-Sud par le Réseau éducation sans frontières (RESF), des jeunes du lycée Françoise-Dolto à Olivet (Loiret) et de nombreux journalistes, Najlae a remercié tous ceux qui l’on aidé à revenir et a déclaré "Je suis énormément contente [mais]"Je pense aux autres expulsés restés là-bas".
La lycéenne de 19 ans a bénéficié d’un visa délivré par le consulat de France à Rabat après que Nicolas Sarkozy s’est dit "prêt à l’accueillir en France si elle le souhaite». Le président de la République avait fait cette annonce le 8 mars, journée de la femme.

Une question
La LDH de La Seyne ne peut se réjouir de cette issue favorable même si elle n’est pas encore définitive. Mais se pose une question, à ses yeux, essentielle :
Un président de la République est-il le garant des lois ou peut-il, dans sa mansuétude et sa grandeur d’âme, par une simple phrase, autoriser le retour d’une jeune fille battue, expulsée au nom de lois mise en place par son gouvernement, à son initiative ?
Ce pouvoir discrétionnaire nous semble peu républicain et nous rappelle le temps que nous croyions révolu des lettres de cachet.

La domination masculine

Rendez-vous le Jeudi 8 avril, à 19 h 30 à la salle Apollinaire de la Seyne sur mer pour voir le film de Patrick Jean : La domination masculine.
Venez participer avec La Ligue des Droits de l’Homme de La Seyne et Nicole Roussel, présidente du Planning Familial de Toulon au débat : « Les rapports homme–femme sont ils modifiés par la crise actuelle ? »

Synopsis du film:
« Je veux que les spectateurs se disputent en sortant de la salle », c’est ce que disait Patric Jean en tournant LA DOMINATION MASCULINE.
Peut-on croire qu’au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ?
Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un « compagnon dominant » ?
Que penser d’hommes qui subissent une opération d’allongement du pénis, « comme on achète une grosse voiture » ?

Si ces tendances peuvent de prime abord sembler marginales, le film nous démontre que nos attitudes collent rarement à nos discours. L’illusion de l’égalité cache un abîme d’injustice quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où vous jouez votre rôle. A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, le film nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité.LA DOMINATION MASCULINE jette le trouble à travers le féminisme d’un homme qui se remet en question.
Une provocation qui fera grincer des dents…

lundi 15 mars 2010

10%, 20, 30% de 47 %, ça fait pas lourd !

Le premier et le plus inquiétant enseignement que les différents leaders politiques doivent tirer du résultat des élections régionales, c’est le nombre important des abstentionnistes( 53%).

On retrouve ce constat dans tous les médias. Par exemple,

Dans le Midi Libre, pour Philippe Palat cette abstention laisse "une sacrée gueule de bois" à la démocratie. C’est aussi la preuve de "la lancinante décrédibilisation de la classe politique qui, manœuvrière et individualiste, n'en finit plus de décevoir".
Dans La Croix, François Ernenwein déplore également que les abstentionnistes soient "le plus grand parti de France".
Dans les Echos, Jean-Francis Pécresse constate que dans tous les cas, l'abstention "traduit une défiance profonde à l'égard du pouvoir politique, quelle que soit sa couleur (...). Ce fut une élection de rejet, pas de projet",

Francis Brochet, du Progrès de Lyon, raille "la chasse (...) contre l'abstentionniste, ce pelé, ce galeux, ce fainéant, ce paresseux". Et ajoute: "comme ça, le suspense reste entier pour dimanche prochain: imaginez que nous choisissions, cette fois, de nous déplacer..."

Il est indispensable que l’ensemble de la classe politique fasse son mea culpa et utilise les mandats électifs pour améliorer les conditions de vie des Français et non pour son bénéfice personnel.

Faudra-t-il pour ramener nos élus à plus de lucidité,de modestie et de réalisme calculer les pourcentages à partir du nombre des inscrits et non plus des votants ?

dimanche 14 mars 2010

Arrachée à sa soeur jumelle et expulsée, elle revient en France

Samira Bobouch est de retour après deux années et demie passées au Maroc seule sans son père et sa jumelle après avoir été expulsée de France où elle avait construit sa vie. Continuons la lutte pour sa régularisation.

Samira Bobouch, expulsée le 5 décembre 2007 sans bagages vers le Maroc revient avec un visa long séjour obtenu grâce à la solidarité militante. L’administration a enfin décidé de se pencher sur son cas et de revenir sur sa décision. Bienvenue à Samira dont la place est en France aux côtés de son père et de sa sœur.

Elle vivait depuis plus de 2 ans désemparée, sans travail, sans ressource, soutenue moralement par RESF Maroc. Il va falloir maintenant obtenir sa régularisation !
Rappelons que l’expulsion de Samira avait soulevé une grosse émotion et une forte mobilisation dans notre région et que son nom revient souvent quand le RESF 13 ou le RESF Maroc s’indignent et se mobilisent pour faire connaître la situation de ces jeunes majeurs dont la vie est en France et qu’on expulse sans même un accompagnement. Son cas est en effet tout à fait emblématique d’une politique du chiffre xénophobe et aveugle.
Le père de Samira vit et a travaillé légalement en France comme ouvrier agricole depuis 1973 et ses filles l’y ont rejoint. Samira a été arrêtée lors d’un banal contrôle routier sans délit aucun et sa vie a basculé. Elle a perdu d’un coup sa famille et son travail à l’Association Prévention Autisme Recherche dans la région de Marseille. Elle se destinait à l’aide aux personnes handicapées après des études débutées en France en 2000, notamment au Lycée professionnel de Saint Chamas.
Sa sœur jumelle qui avait échappé à l’expulsion vient enfin d’obtenir sa régularisation, Nous nous félicitons de cette issue mais trouverions incompréhensible que l’on refuse maintenant le même traitement à Samira puisque leur situation est identique : Elles sont entrées ensemble en France où elles ont été scolarisées et ont vécu près de leur père.
Les situations de ces jeunes majeur (e)s qui deviennent sans-papiers à leur majorité se multiplient en France.
Très récemment, une jeune fille clermontoise, Salima, a été expulsée loin de sa sœur jumelle dans des circonstances très proches de celles de Samira Bobouch. Suite à une forte mobilisation dont celle de la LDH des Bouches-du-Rhône de la LDH 13, elle vient elle aussi d’obtenir un visa pour revenir, ainsi qu’un titre de séjour.
Ces victoires ne doivent pas faire oublier que l’on continue à expulser tous jours des jeunes loin de leur famille, de leurs amis vers des pays qu’ils ne connaissent plus.

15 mars, retour des expulsions

A partir du 15 mars, les huissiers pourront de nouveau intervenir et expulser un nombre croissant de nos concitoyens. Chaque année, les médias se mobilisent à l'approche de cette date, font des reportages, s'indignent de la précarité, de la misère et de l'angoisse de tous "ces gens qui vont se retrouver sur le trottoir". Pourtant cette situation exceptionnellement mise sous les feux de l'actualité est le lot quotidien d'une part de plus en plus importante de notre société et elle peut s'expliquer de plusieurs façons:

La flambée des loyers, de l’immobilier, et des charges, y compris en HLM, conjuguées à la baisse des revenus, a rendu difficile voire impossible l'accès à un logement stable pour les familles populaires, les salariés modestes, les jeunes, les précaires, les personnes vulnérables soit environ 10 millions de personnes.
La baisse du budget de l’Etat en faveur du logement social en 2010 .
L'expulsion de nombreuses familles sur autorisation de certaines Préfectures, alors qu’elles doivent les reloger en vertu de la loi DALO (droit au logement opposable de 2007). Rappelons qu’en 2008, plus de 105 000 jugements d’expulsion ont été prononcés, et plus de 11 000 ménages ont été expulsés de leur domicile avec le concours de la force publique.

Et tout porte à croire que la situation des ménages va encore s’aggraver dans les mois à venir sous l’effet de la crise économique (avec un million de chômeurs qui devraient arriver en fin de droits courant 2010),…

Dans ce contexte, la LDH de La Seyne exige :
Un moratoire sur les expulsions locatives ;
L'application de la loi DALO
La réalisation massive de vrais logements sociaux ;
L’encadrement des loyers et des charges, la taxation de la spéculation immobilière, pour rendre le logement accessible à tous ;
L’application de la loi de réquisition
Le refus de la marchandisation du logement social

"Moi, si j'ai rompu le silence, c'est pour éviter l'asphyxie"

Cette phrase que chantait Jean Ferrat dans " Je ne suis qu’un cri " résume l’engagement de cet homme qui a été interdit d’antenne pour certaines de ses chansons qui sans doute ne plaisaient pas aux gouvernements en place. Des chansons censurées qui sont devenus depuis des « classiques » : Nuits et brouillards, Potemkine.

En cinquante ans de carrière, il a chanté d'une voix grave et douce l'idéal communiste, la fraternité et l'amour, s'insurgeant contre les utopies piétinées, l'injustice et la misère humaine. Jean Ferrat est mort à 79 ans samedi 13 mars à l'hôpital d'Aubenas, à une quinzaine de kilomètres d'Antraigues-sur-Volane,
Son dernier combat personnel aura été le soutien à l'opposant iranien Madjide Chahbasian, assigné à résidence à Privas en 2003 et menacé d'extradition. Son attachement politique, Jean Ferrat le date de son enfance, lorsqu'un militant communiste lui sauve la vie pendant l'Occupation, une période qui lui a ravi à l'âge de 11 ans son père Mnacha Tenenbaum, juif émigré de Russie en 1905 et mort en déportation.
« On ne guérit pas de son enfance », confiera-t-il plus tard. Il ne reniera jamais son admiration pour certains des combats: la lutte contre le nazisme, le colonialisme et l'argent roi.

Un homme dont la LDH ne peut que respecter et apprécier les convictions.

jeudi 11 mars 2010

Après l'AOC, le CFT ?

Le salon de l’agriculture a fermé ses portes une semaine trop tôt. En effet, les organisateurs auraient pu ajouter aux Appellations d’Origine Contrôlée qui font la fierté des agriculteurs et éleveurs français un nouveau sigle, symbole de la noblesse des idées politiques qui circulent dans notre douce France., le CFT ( Coq Français Traditionnel), le seul capable de diriger une administration d’une main de maître, proposé par Gérard Longuet.

Interrogé sur l'éventualité de la nomination de Malek Boutih, fils d'immigrés algériens, né en France, membre du PS et ancien président de SOS-Racisme, à la présidence de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) en remplacement de Louis Schweitzer Gérard Longuet, président du groupe UMP du Sénat a estimé que


"ce n'était pas le bon personnage. Il vaut mieux que ce soit le Corps Français Traditionnel qui se sente responsable de l'accueil de tous nos compatriotes . Si vous voulez, les vieux Bretons et les vieux Lorrains - qui sont d’ailleurs en général Italiens ou Marocains - doivent faire l’effort sur eux-mêmes de s’ouvrir à l’extérieur, a-t-il continué. Si vous mettez quelqu’un de symbolique, extérieur, vous risquez de rater l’opération (…)Schweitzer, c'est parfait. Un vieux protestant, la vieille bourgeoisie protestante, parfait ."


Après les Auvergnats d’Hortefeux, la casquette et le varlan des jeunes musulmans, de Morano, la tronche pas catholique de Georges Frëche, les attaques du maire de Franconville contre Ali Sourmar et tant d’autres pseudo dérapages, il se confirme que le débat le plus important et le plus urgent en ce moment n’est pas celui de l’identité nationale mais celui de la responsabilité et la légitimité de certains représentants de la Nation.

mercredi 10 mars 2010

"La justice au pas, on n'en veut pas"

C'est le slogan qui revenait le plus souvent lors des manifestations contre les réformes de la Justice

Des milliers de magistrats, d’avocats, d’éducateurs spécialisés, de gardiens de prison et autres personnels de l’administration pénitentiaire se sont mobilisés mardi 9 mars contre les réformes engagées par la garde des sceaux, à l’appel d’une vingtaine de syndicats et d’associations pour dénoncer « la casse » du service public de la justice ainsi que sa perte d’indépendance, demander l'abandon d'un projet de réforme de la procédure pénale et réclamer davantage de moyens.

A Toulon, une centaine de magistrats, d’avocats et de greffiers ont participé à la journée de manifestation.

Brèves de manif
" La suppression du juge d'instruction, apparaît comme une volonté du pouvoir politique de contrôler les affaires sensibles ou gênantes pour le gouvernement" Un juge
"On veut des moyens, on fait des heures supplémentaires pas payées, on doit même parfois acheter nos stylos !". Une greffière
"Surpopulation carcérale, fermetures d'établissements, manque d'effectifs, nous sommes là pour dénoncer tout ça", Un gardien
" L'indépendance de la justice est en danger. Quand je vois qu'avec les peines planchers, on prononce des peines très lourdes pour des vols à l'étalage et qu'on ne veut plus réprimer les abus de biens sociaux, cela pose problème." Un juge
"Laisser toutes les enquêtes entre les mains du parquet et des policiers, c'est organiser la mainmise de l'exécutif sur la justice" Un avocat
"Dans la protection judiciaire de la jeunesse, la révision générale des politiques publiques se traduit depuis deux ans par la fermeture de très nombreuses structures éducatives " Un éducateur PJJ
"C’est une loi scélérate, indécente, anti-démocratique, dont l’unique objectif est de blanchir quelques amis du pouvoir", Eva Joly

La France mauvaise élève de l’Europe.
Notre pays a fonctionné en 2009 avec 6,6 milliards d’euros pour 1 100 juridictions et 194 prisons. Ces chiffres nous placent selon le Conseil de l’Europe, au 35e rang sur 43 pour l’effort en faveur de la justice proportionnellement à la richesse nationale

mardi 9 mars 2010

Journées de la résistance le 20 et 21 mars













Un rendez-vous à ne pas manquer!

Pour la deuxième année consécutive, les Relais de la mémoire, l'ANACR et les Amis de la Résistance organisent les journées de la résistance le 20 et 21 mars 2010 à La Seyne.
Cliquez sur les affiches pour les agrandir.

lundi 8 mars 2010

On ne vous surveille pas, on garantit votre liberté

Deux dépêches de l’AFP rassureront sans nul doute les habitants de la Région PACA

Le préfet des Alpes-Maritimes Francis Lamy a demandé le 6 mars à la SNCF d'installer des caméras de surveillance dans les gares de son département et les trains qui y circulent, cibles d'actes de vandalisme et Christian Estrosi a déclaré à l'occasion de l'inauguration d'un vaste "centre de supervision urbain" qui doit centraliser tous les enregistrements effectués par les caméras de surveillance ainsi que les appels du public que Nice est la ville la plus vidéo-surveillée de France

624 caméras c’est à dire 1 caméra pour 600 habitants contre 1 caméra pour 2000 habitants à Paris. Voici une victoire importante du Sud contre Paris.

Bien sûr, ces caméras ne sont pas là pour surveiller les honnêtes gens car grâce à cette panoplie M Estrosi " garantit la liberté des honnêtes gens et menace celle des voyous". Il ne manquera bientôt que des caméras dans les maisons car il ne faut pas mésestimer l’importance des accidents domestiques.
Le nouveau centre de supervision urbain est articulé autour de trois grandes salles baptisées "les yeux", où sont captés les enregistrements vidéo, "les oreilles" où sont reçus les appels du public, et "le cerveau" où la décision d'intervention est prise.

Tant de technologie au service du bonheur des gens, quelle attention, quelle sollicitude !
Si seulement il existait quelque chose sans électronique, pourvu de deux yeux, de deux oreilles, d’un cerveau, si on pouvait pousser la sophistication jusqu’à munir cette chose de deux bras et de deux jambes pour se déplacer, on aurait créé l’arme absolue, celle qui rassurerait les braves gens et calmerait les délinquants.
Pour aider les décideurs perdus dans les hautes sphères de la technocratie, j’ai entrepris des recherches longues et minutieuses et j’ai trouvé !!!!
Dans chaque ville existe au moins une usine surmontée d’une prestigieuse « Pôle emploi », capable de fournir une foultitude de modèles compétitifs, d’âge et de présentations différents, des modèles disponibles sur le champ, heureux de trouver ce que jadis on appelait un emploi ou mieux un poste.
Il paraît que , caché au fond des tiroirs, ils ont même des noms pour ces choses : contrôleur , animateur, garde municipal, travailleur social, être humain.

Le blog de la LDH de Draguignan

Un nouveau venu sur la toile. Le blog de la section LDH de Draguignan.
Si vous voulez être les premiers à lire le premier billet, précipitez vous sur le lien http://ldhdraguignan.blogspot.com/.
Vous ne serez pas déçus.

La place des femmes dans la cité

Un article, paru dans Ouest France, résume mieux qu’un long discours, tout le chemin à parcourir avant d’arriver à l’égalité Homme-Femme. A la Roche sur Yon par exemple, moins de 10% des rues portent un nom de femme et près de la moitié sont des impasses.

Noms de rues : les femmes plutôt dans l'impasse
C'est la journée de la femme. A La Roche-sur-Yon, sur plus de 1000 rues, places ou impasses, elles portent moins de 10 % des noms. Et près de la moitié sont des impasses !
En ce 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, on peut rappeler que l'idée d'œuvrer pour davantage d'équité est défendue par l'association Espéranto-Vendée : en 2008, elle a envoyé un courrier à tous les maires du département : « La proportion de noms de femmes attribués à des voies de circulation et édifices publics ne reflète pas le nombre de celles qui ont accompli de grandes actions et qui ont fait preuve de courage », regrette le courrier.
Le compte est impitoyable : les 80 voies « féminines » ne représentent que 10 % des 800 voies yonnaises portant le nom d'un personnage ! La situation n'est pas isolée : Saint-Nazaire, par exemple, ne fait guère mieux, avec 15 % de plaques portant un nom féminin.

Heureusement, nous sommes beaucoup plus égalitaires dans le Midi.
Regardez les établissements de l’enseignement secondaire à La Seyne. Les collèges Paul Eluard, Henri Wallon, Jean L’Herminier , Marie Curie cohabitent avec les lycées Paul Langevin et Beaussier. Si on élimine ce dernier qui rappelle le nom du quartier dans lequel il a été implanté, il reste 5 établissements : 4 portent le nom d’un homme célèbre et un seul celui d’une scientifique.
20% au lieu de 10 : on peut se rassurer comme on peut mais il reste encore beaucoup à faire avant que les femmes aient la même place que les hommes.

dimanche 7 mars 2010

8 mars, journée internationale des Femmes

Même si nous n’adhérons pas entièrement à cette journée des femmes tout simplement parce que nous estimons que les problèmes rencontrés par les femmes (précarité de l’emploi, violences conjugales, inégalités des salaires, non respect de la parité homme-femme en politique, …) sont quotidiens, qu’ils nécessitent une vigilance et une lutte de tous les jours tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous vous proposons un bref rappel de l’historique du 8 mars

Origine
Au début du XXe siècle, des femmes de tous pays s’unissent pour défendre leurs droits et réclamer le droit de vote.
La création d’une Journée internationale des femmes a été proposée pour la première fois en 1910 , lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin et s’inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire.
Mais ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place.
Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier et elle est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, et en France en 1982 .

C’est une journée de manifestations à travers le monde, l’occasion de faire un bilan. La Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité.

Pour plus de renseignements : http://www.journeedelafemme.com/

Mosaïque, métissage culturel

Notre section fréquente régulièrement les Chantiers de la Lune. Nous apprécions le cadre, l’accueil de Jacqueline et les idées qui habitent ce lieu convivial.

C’est pour toutes ces raisons que nous ne pouvons que vous inviter à répondre à cet appel à participation lancé par Les Chantiers de la Lune,
31 Place Benoît Frachon 83500 Seyne sur Mer (La) -

APPEL A PARTICIPATION
Parce que nous persistons à croire
que l'Art est un lien entre les hommes...
Nous souhaitons réaliser une grande fresque commune.
Que vous soyez d'ici ou d'ailleurs
si ce projet résonne en vous,
Envoyez-nous votre part de Mosaïque !
Chaque morceau de mosaïque doit être réalisé
sur une bâche de 1m50x1m.
Les oeuvres seront toutes exposées sur les grilles
du Parc La Navale à la Seyne sur mer le 26 Juin 2010

Soyez libres de créer,
Libres de partager,
Libres de rêver.

Un vide grenier à ne pas manquer le 27 et 28 mars

La LDH de La Seyne vous recommande une manifestation qui se tiendra le 27 et 28 mars à La Seyne.

Ces jours là, les associations "Un Projet pour Réo", "Camélia Burkina" de Six-Fours et "Entraide Burkina" de Sanary organisent un vide grenier.

Parlez-en autour de vous et passez à la Seyne sur Mer, à la Maison du Peuple, rue Martini, en face du parking Martini donc, possibilités de se garer Horaires : en continu de 8h à 18h, entrée libre.

jeudi 4 mars 2010

Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui

Dans le film est présentée l’association Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui (CRHA), née des rassemblements citoyens aux Glières de 2007 et 2008.

Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui (*) est parrainé par M. Stéphane Hessel, qui sur le plateau avait insisté sur la nécessité d’une résistance d’aujourd’hui et souligné «l’incompatibilité du programme politique actuel avec celui du CNR».
Le CRHA appelle les citoyens, les élus et les gouvernants à résister, à agir selon les principes du Conseil National de la Résistance qui a défini des règles de vie commune basées sur la solidarité, l’entraide et la réussite de tous.
Le dimanche 16 mai 2010 à 10h30 est la date du rassemblement du prochain pique-nique citoyen : « Paroles de résistance »
(*) http://www.citoyens-resistants.fr/

mercredi 3 mars 2010

Walter, retour en résistance

Lundi 1er mars à 20 heures, à la salle Apollinaire, nous avons accueilli Walter Bassan et Rémy Prégoux pour débattre après la projection du film documentaire « Walter, retour en résistance ».
Le lundi après-midi, 82 élèves du lycée Beaussier accompagnés de 5 enseignants avaient assisté à la projection du film.
Le soir, cent dix personnes étaient présentes et nous avons interrompu le débat pour permettre à Walter Bassan de se reposer car il repartait le lendemain pour Alès, pour un nouveau débat.
Nous avons continué à discuter dans le hall en dégustant quelques crêpes et verres de cidre afin de reconstituer notre énergie. Et à 11h15 nous avons libéré les lieux pour permettre au projectionniste de Ciné 83 de rentrer chez lui.

Le film, réalisé par Gilles Perret, a pour point de départ le thème du devoir de mémoire à propos de la résistance en Haute-Savoie, à laquelle a participé Walter Bassan, à l’âge de 16 ans, jusqu'à son arrestation et sa déportation au camp de Dachau. C’est précisément lors de l’émouvante visite de ce camp qu’on le suit en compagnie de lycéens.
Mais le film évolue très vite vers l’évocation du parallèle entre les résistants de la dernière guerre mondiale et la nécessité de résister aujourd’hui face au démantèlement organisé de tous les acquis du Conseil National de la Résistance : la sécurité sociale, la retraite par répartition, la liberté de la presse, la nationalisation des grandes entreprises de service public…
« Résister c’est exister »
On peut citer, pour conclure, Raymond Aubrac : « c’est un film magnifique, une leçon de civisme et de courage, un élan d’optimisme. »
Manou LE GAL

lundi 1 mars 2010

Défense des stuctures pratiquant les IVG

Le Planning Familial est une association amie avec laquelle nous projetterons le Jeudi 8 Avril, le Film Domination Masculine. C’est donc tout naturellement que nous publions cette info envoyée par Elisabeth.
Communiqué
L’ANCIC, la CADAC et Le Planning Familial lancent une pétition nationale en défense des structures pratiquant les avortements.
Parce que l'avortement est un droit humain fondamental, nous demandons le maintien des structures existantes et l'ouverture de nouveaux lieux dédiés à l'avortement, pour une véritable égalité d'accès pour toutes par une offre de proximité partout en France.
Signez et faites circuler la pétition accessible à l’adresse suivante (signature en ligne possible)
http://orta.dynalias.org/petition-structures-ivg/home
Sexualité, contraception, avortement : mon choix, un droit, notre liberté !
Le Planning Familial

Marche silencieuse à Lorgues, Samedi 6 mars 2010

Un envoi de la LDH de Draguignan qui s'insurge devant la montée de la haine raciste et homophobe.
Les 15, 16 et 17 février derniers, Laurent, jeune artiste lorguais, a reçu des lettres anonymes effrayantes. Assorties de « croix gammées » et d'injures racistes et homophobes, ces lettres signées « Les vrais Lorguais » l'enjoignaient de quitter Lorgues et le menaçaient de mort.
De plus, sur la 3ème lettre anonyme, une employée municipale et une conseillère municipale étaient menacées de la même façon. Des plaintes ont été déposées, une enquête est en cours.

Face à ces actes odieux et inacceptables, la « Ligue des Droits de l'Homme » (LDH Dracénie) organise une Marche Silencieuse et compte sur la participation de tous.
Rendez-vous samedi 6 mars à 10h30 devant le centre culturel de Lorgues.
LDH Dracénie : Maison de la Solidarité Bd J. B.De Trans - 83300 - Draguignan - Tél : 04.94.68.20.98

Walter, retour en résistance, Lundi 1 Mars, Salle Apollinaire



La salle Apollinaire de La Seyne accueillera le Lundi 1 Mars à 20 h le film de Gilles Perret, Walter, retour en résistance.
Walter Bassan, personnage principal du film et Rémy Pergoux, Militant associatif animeront le débat:
Les acquis du Conseil National de la Résistance( Sécurité sociale, retraite, liberté de la prsse) sont ils menacés?
Résister est-il toujours d'actualité?

Une soirée à ne pas rater!!