samedi 30 avril 2011

« Appel aux consciences" Un appel de la LDH Corse

A la suite de l'assassinat de Marie-Jeanne Bozzi, ancienne élue UMP, jeudi 21 avril à Porticcio, la section de la Ligue des Droits de l’Homme Corse  dans un communiqué," fait appel à la conscience de tous pour dire non à ceux qui assassinent la Corse." 
Marie-Jeanne Bozzi
Une femme a été assassinée. Après d’autres crimes commis récemment au milieu des passants, ou des pères assassinés devant leurs enfants, une nouvelle limite est franchie. Nous savons parfaitement que les responsables de ces actes ne connaissent pas la présomption d’innocence, n’ont jamais été opposés à la peine de mort et ne font aucun cas de la vie. Notre société doit savoir éviter de se laisser entraîner dans cette spirale de l’ignominie pour rester digne et jalouse des principes humanistes.
Il n’y a pas de fatalité.
Nous, citoyens, devons cesser de faire de chaque victime, un coupable qui expierait un passé trouble et dissolu. Nous devons refuser la logique de la rumeur assassine, annonciatrice d’autres drames. Nous devons désamorcer les ressorts de l’engrenage meurtrier que d’aucuns alimentent.
Vous, journalistes honnêtes et responsables, il serait capital que vous [...]

vendredi 29 avril 2011

Café Picouly à ne pas manquer

Agnès Tricoire, membre du Comité central et responsable de l’Observatoire de la liberté de création, participera à un débat avec Bernard Debré sur l’œuvre Piss Christ d’Andres Serrano, dans le cadre de l’émission « Café Picouly », diffusée ce vendredi 29 avril, à 21h35, sur France 5.

Un 1er mai de solidarité

Communiqué LDH;Paris 28 Avril
Le traditionnel défilé du 1er mai partira à 10h de la place de la Liberté à Toulon. La LDH La Seyne, en plein accord avec ce qu'écrit la LDH Nationale,  sera dans le cortège 
Démocratie, libertés, inégalités : les raisons de la colère sont nombreuses et la LDH appelle à faire du 1er mai 2011 une forte journée d'affirmation des droits de tous, pour tous et partout, aux côtés des organisations syndicales rassemblées traditionnellement pour cette journée de solidarité internationale du monde du travail.
Ces rassemblements prennent un relief particulier cette année :
-        les bouleversements en cours dans les pays arabes montrent de façon aveuglante que tout le monde a soif de démocratie et que les incertitudes de la démocratie sont porteuses d'avenir au contraire des certitudes de la dictature, comme le montrent les exactions auxquelles se livrent les massacreurs en Libye, en Syrie, au Bahreïn ou au Yémen ;
-        les argumentations, déclarations et actions du gouvernement de notre pays, en arguant d'ailleurs des effets de ces révolutions volontairement qualifiés de risques, montrent que la xénophobie d'Etat se répand, s'étend, se banalise. Qu'elle soit manœuvrière aux fins de conservation du pouvoir ou intellectuellement partagée, le résultat est le même : la peur de l'étranger, la fermeture frileuse sur une France fantasmée, l'ethnicisation de la politique, mettant ainsi en cause les fondements mêmes de la démocratie ;
-        depuis la contre-réforme des retraites, le gouvernement s'est attaché à poursuivre une offensive inégalitaire qui profite quasi intégralement à la seule très mince couche sociale des prédateurs, qui ont même profité de la crise pour accroître privilèges, prébendes, bonus. Emploi stable déclinant, salaires en berne, pouvoir d'achat dégradé, pénibilité du travail niée, dégradation des pensions de retraite... Sans oublier les effets des politiques publiques restrictives sur les services publics, éducation, santé, justice, culture, qui font que le gouvernement ne parle que de leur coût, et pas de leurs avantages pour lutter contre les inégalités et la pauvreté.
La LDH appelle à faire de ce 1er mai une journée d'affirmation et de défense des droits fondamentaux, civiques et politiques, économiques sociaux et culturels, ici et ailleurs. Elle est aux côtés des organisations syndicales qui, dans l'unité, exprimeront leurs revendications pour plus de démocratie, plus de liberté, plus d'égalité et plus de solidarité.

La FFF fait-elle du blanchissement de joueurs ?

Communiqué LDH.  Paris, le 29 avril 2011

 Les faits de discriminations révélés par le site Mediapart, s’ils sont avérés, sont graves. Ils corroborent le sentiment que la Fédération française de football (FFF) contourne la loi, se comporte comme une puissance indépendante qui agit selon son propre règlement. La FFF considère que sa puissance et son statut lui donnent la possibilité de créer son propre droit.
Les révélations de Mediapart s’ajoutent à l’attitude de la Fédération française de football qui organise le refus de délivrance de licence aux mineurs étrangers ayant moins de cinq ans de présence en France. Officiellement, cette règle établie par la Fifa et appliquée par la FFF a pour but d’empêcher le trafic de jeunes joueurs étrangers. Dans la réalité, elle conduit à interdire à des jeunes, parce qu’étrangers, de jouer au football dans le cadre de clubs reconnus.
 La LDH avait saisi la FFF, les autorités administratives, Défenseur des enfants et Halde, ainsi que la Fifa de cette situation, mais sans résultat. Elle en a saisi le ministère de la Jeunesse et des Sports, qui est resté totalement silencieux.
 Les faits révélés apportent un éclairage singulier aux pratiques que dénoncent la LDH depuis deux ans. Ne pourrait-on dire que d'un sujet à l'autre apparaît une certaine logique : celle qui consiste à limiter de fait l'accès de jeunes étrangers à une licence, ce qui les éliminera de leur présence éventuelle dans les centres de formation fédéraux ? Or ce sont ces centres qui sont érigés par la Fédération en creuset de la nouvelle future équipe de France de football, sans trop de ces gens dont l'origine ethnique ou religieuse serait à l'origine du fiasco de la dernière coupe du monde.
 La LDH demande qu’une enquête soit diligentée par le parquet de Paris sur les faits révélés par le site Mediapart et sur les pratiques dénoncées par la LDH

jeudi 28 avril 2011

Politique de la peur, gesticulation aux frontières et chasse aux Tunisiens en Ile-de-France : Sarkozy et Berlusconi préféraient Ben Ali

Communiqué de la LDH Paris
Il est profondément indécent que le président de la République française et le Premier ministre italien s’entendent pour limiter la liberté de circulation en Europe au prétexte de l’arrivée de vingt-cinq mille ressortissants tunisiens en Italie.
Evoquer les risques d’une invasion relève de la volonté politique d’attiser la peur et la xénophobie, en Italie comme en France. Que devraient dire les ONG et bénévoles tunisiens qui, avec des moyens réduits, accueillent à la frontière tuniso-libyenne les centaines de milliers de personnes qui fuient les exactions du régime Kadhafi ?
Après avoir soutenu presque jusqu’au dernier jour le régime de M. Ben Ali, Nicolas Sarkozy s’en prend à ceux qui se sont révoltés contre cette dictature. Accueillir dignement en France et en Italie vingt-cinq mille personnes qui cherchent une respiration au milieu des bouleversements inévitables qu’entraîne une révolution relève du devoir élémentaire d’humanité, mais aussi de l’intérêt politique de tous les pays de la région.
Il ne suffit pas de proclamer un soutien aussi tardif qu’irrésolu à la démocratie tunisienne et d’annoncer une contribution financière qui n’est en fait qu’un prêt. Il faut aussi tout faire pour que la démocratie l’emporte en Tunisie. C’est l’intérêt des Tunisiens, c’est l’intérêt des pays de la région, c’est l’intérêt de l’Europe.
Au regard de ces enjeux, le traitement infligé aux Tunisiens qui sont arrivés en Europe, refoulés à Vintimille, traqués dans les rues à Paris et en banlieue, est non seulement indigne, participant de cette xénophobie d’Etat dans laquelle s’enfonce le gouvernement français, mais aussi profondément stupide et dangereux pour notre avenir commun.
La LDH appelle tous ses militants, tous les citoyens de ce pays à se mobiliser pour porter aide et assistance à ces personnes.

mercredi 27 avril 2011

Le défenseur des droits sera-t-il indépendant?



Le Défenseur des droits est appelé à assumer, à partir de 2014, le rôle aujourd'hui confié au Médiateur de la République, au Défenseur des enfants, à la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) et à la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE)
Il est nommé par le Président de la République pour un mandat de 6 ans non renouvelable. La LDH s’est insurgé contre cette concentration des pouvoirs dans les mains d'une personne élue par le chef de l’état. Sera-t-il assez indépendant pour s’élever contre des mesures dangereuses prises par le gouvernement.

Par exemple, aurait-t-elle la volonté et surtout la possibilité de publier des rapports du type de celui déposé par la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS).
Saisie  en 2010, de 195 dossiers, elle a enquêté avec plus de difficultés que d’ordinaire au sein des administrations de la police, la gendarmerie et de la pénitentiaire.
La CNDS stigmatise à nouveau l’utilisation contestable d’armes diverses, tels le gaz lacrymogène et surtout le lanceur de balles de défense (LBD) et à recommandé au ministère de l’Intérieur «de ne pas utiliser cette arme lors des manifestations sur la voie publique» compte tenu de «l’imprécision des tirs de flash-ball Super-Pro et de la gravité comme de l’irréversibilité des dommages collatéraux qu’ils occasionnent». Les policiers ont déjà pour ordre de ne plus cibler la tête, «pas au-dessus de ligne des épaules ou dans la région du triangle génital».
 La CNDS enjoint désormais la hiérarchie policière à interdire les tirs dans la zone du cœur, et s’interroge franchement sur le maintien de cette arme très dangereuse dans la dotation des policiers

mardi 26 avril 2011

La Défenseure des enfants déplore les "reculs" de la protection de l'enfance

La Défenseure des enfants, Dominique Versini, dont la mission relèvera désormais du futur Défenseur des droits, déplore "les reculs" et "insuffisances" de la politique de protection de l'enfance du gouvernement, dans son dernier bilan d'activité obtenu lundi par l'AFP.
Mme Versini, en poste depuis 2006 après avoir succédé à Claire Brisset (2000-2006) a vainement lutté ces derniers mois pour que cette institution, qui a traité les cas de 25.000 enfants en 11 ans, reste indépendante. Dans son ultime rapport, elle déplore que, malgré certaines avancées, un bon nombre de ses recommandations n'aient pas été prises en compte.
Pour lire la suite  

Que les hommes de bonne volonté soient éclairés pour ouvrir leur cœur à l’accueil,

Le pape Benoit XVI  s’est adressé place Saint-Pierre
[...]Aux nombreux exilés et aux réfugiés qui proviennent de différents pays africains et qui ont été contraints de laisser leurs affections les plus chères, que se manifeste la solidarité de tous. [...]Que les hommes de bonne volonté soient éclairés pour ouvrir leur cœur à l’accueil, afin que de façon solidaire et concertée il soit possible de répondre aux nécessités pressantes de tant de frères.
Notre président de la République française, Nicolas Sarkozy, a dû se sentir visé.  Le Chanoine d’honneur de la basilique Saint-Jean de Latran, si respectueux du sacré, va-t-il entendre le message et ouvrir son cœur et les frontières ?

dimanche 24 avril 2011

Egalité hommes-femmes dans le monde du travail ?

Bientôt le 1er mai. Des associations comme Osez le Féminisme, le Collectif National pour les Droits des Femmes, la LDH  en profitent pour se pencher sur le travail des femmes, leur représentation dans les syndicats . Et le bilan est affligeant.
En France, 
80% des emplois à temps  partiel sont occupés par des femmes,leurs salaires sont en moyenne inférieurs de 27% à ceux des hommes,
83% des personnes au SMIC sont des femmes
Il a fallu attendre 1945 pour que  la notion de « salaire féminin » soit supprimée dans la législation et remplacée par «A travail égal, salaire égal» 

Dans les syndicats où  le pourcentage d’affiliation féminine varie de 34 à 50 % en 2010

   2006
2010
CFDT
44,5%
45,8%
CFTC  
38,3%
50%
CGT
28%
34%
FO
45%
45%

les femmes sont sous représentées dans les instances dirigeantes ( 22% de femmes (14% dans les organisations patronales et 36% dans les organisations syndicales). 

 Même constatation au sein des commission paritaires aussi bien dans le public que dans le privé et dans les comités d’entreprise qui comptent en moyenne un tiers des femmes.
Encore beaucoup de chemin avant que l’égalité hommes-femmes soit une réalité.

samedi 23 avril 2011

Un espion caché dans votre smartphone ?

C’est ce qu'affirment plusieurs chercheurs qui ont fouillé les entrailles de votre téléphone portable, dernière génération. Vous êtes géolocalisés en permanence, des  données sont stockées dans votre appareil et vous n’avez pas n’a pas la possibilité de désactiver ce "service".
"Ce traçage personnel est intrusif est dangereux. Les personnes ne sont pas informées de cette géolocalisation et l'on ignore si ces informations sont transmises à un tiers ou uniquement conservées dans le terminal mobile et l'ordinateur du seul utilisateur. Il faudrait savoir si ces données sont transférées vers la société Apple ou des sociétés tierces à des fins commerciales. Ce qui serait inacceptable" s'insurge le secrétaire général de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), Yann Padova.
Big Brother continue à se mettre en place. Grace à votre carte bancaire, votre ordinateur, votre téléphone que vous avez librement choisis , vous êtes suivis, surveillés, épiés et probablement fichés. 
Source: 01net.com

Leçons de Fukushima

Un édito de Jean-Pierre Dubois, président de la LDH  paru dans Hommes&Libertés n°153 de  janvier/février/mars 2011) 
La LDH n’a jusqu’à aujourd’hui jamais pris position sur la question du recours à l’énergie nucléaire à des fins non militaires : les politiques publiques de l’énergie lui semblaient relever d’un champ d’appréciation dépassant les limites de son mandat. 
Mais il n’en va de même ni du respect de la démocratie dans la prise de décision en la matière, qu’il s’agisse de l’information des citoyens ou de la légitimité des décideurs réels, ni de la priorité à la sécurité sur toute autre considération, compte tenu des conséquences effroyables d’un accident nucléaire.

La contradiction entre la lutte contre le réchauffement climatique et la dangerosité de toute exploitation nucléaire ne simplifie pas le débat, mais nous interroge sur les niveaux de garantie des droits à la vie et à la protection de la santé face, d’une part, au risque nucléaire et, d’autre part, à la menace climatique à moyen terme. Ce débat appellera mûre réflexion et échanges approfondis, compte tenu de notre attachement à des impératifs contradictoires, et du caractère vital de l’enjeu.
Mais point n’est besoin d’attendre d’avoir tranché la question de fond pour réagir au drame de ce printemps 2011.
Alors que tant de gouvernants et d’experts ont menti [...]

vendredi 22 avril 2011

Tous en blanc, Mardi 26 Avril , à 17 h, à Toulon.

TCHERNOBYL – FUKUSHIMA plus jamais ça !

Appel à manifester

MARDI 26 AVRIL 2011 à 17h à TOULON
rassemblement devant la Préfecture Maritime
(port de Toulon, à l’angle de l’avenue de la République et de la rue Anatole France)
puis défilé jusqu’à la place de la Liberté (18h15)
25 ans de Tchernobyl – 46 jours de Fukushima
Changeons d’ère, Sortons du nucléaire

 A nous de rappeler que la catastrophe de Tchernobyl est toujours une réalité et que Tchernobyl continue de tuer. A nous de rappeler que le nucléaire, en France et dans le monde, constitue plus que jamais une menace pour les êtres humains et l’environnement. 
A nous de rappeler que, partout dans le monde, les énergies alternatives progressent plus vite que le nucléaire et attendent d’être développées.

Éviter un Tchernobyl, en France ou ailleurs, c’est possible... si la France s’autorise enfin à remettre le nucléaire en question et à se pencher sur les alternatives.

Dans le cadre de l’appel du Réseau « Sortir du nucléaire » à commémorer la catastrophe de Tchernobyl contre l'oubli et l’indifférence, Europe Ecologie les Verts du Var, la LDH de Toulon et La Seyne vous invitent à manifester de façon théâtralisée. Ceux qui le peuvent viendront habillés d’une combinaison blanche (achat dans les magasins de bricolage), des craies seront aussi nécessaires.
 Actifs aujourd’hui pour ne pas être radioactifs demain       
Pour plus d'infos: http://www.chernobyl-day.org/        

jeudi 21 avril 2011

L’éducatif avant le répressif

C’est le message que veulent faire passer les éducateurs de l'établissement pénitencier pour mineurs (EPM) de la Valentine (11e). Pour éviter ce dérapage, ils sont une nouvelle fois en grève. 
Selon le syndicat national des personnels de l'éducation et du social (Snpes), le taux d'incarcération des personnes mineures est quatre fois supérieur à Marseille par rapport au niveau national, trois fois dans le département et deux fois dans la région.
 «Il est important de faire passer un message éducatif et d'arrêter d'aller vers le tout carcéral, estime Vincent Massari, secrétaire régional du Snpes. On doit donner davantage de moyens à la politique éducative: la création, en novembre 2007, de la prison pour mineurs a aussi vu la fermeture d'un foyer». Les éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse, en grève depuis deux jours, demandent davantage de structures en milieu ouvert et une prise en charge à la sortie de prison pour faciliter la réinsertion. Actuellement, 66 jeunes sont incarcérés pour 60 places.

 «Contre ce surencombrement», le personnel pénitencier de l'EPM appelle à un rassemblement ce matin à la Valentine.
Source: 20mn Marseile

mercredi 20 avril 2011

Le préfet bloque le "train de la dignité"

Un communiqué de la LDH Cannes- Grasse,  le 18 avril 2011

Dimanche 13 avril, des associations, des syndicats, leurs militants, des citoyennes et des citoyens solidaires des réfugiés politiques qui en Italie ne parviennent pas à quitter ce pays pour une destination choisie ailleurs en Europe, avaient décidé, enthousiastes, de prendre à Gênes et tout au long du parcours jusqu’à Marseille un train ordinaire TER 17 486, qu’ils avaient appelé « Train de la dignité ».

Tous les passagers étrangers étaient titulaires d’un titre de séjour temporaire, délivré par l’Italie, valable 6 mois, qui les autorisait à se rendre dans un des nombreux pays (24) qui en Europe forment « l’espace Schengen ».
Pour des raisons inqualifiables, prétendant [...]

lundi 18 avril 2011

L’éloge des putschistes d’Alger d’avril 1961 : une insulte à la République

Communiqué LDH  Paris le 18 avril 2011

 Le 23 avril, à Nice, des associations appellent, sur la voie publique, à une cérémonie d’hommage aux auteurs du putsch d’Alger qui, il y a cinquante ans, avaient retourné leurs armes contre les institutions de la République. Le même jour, elles organisent une réunion publique dont l’objectif est de chanter les louanges de l’OAS qui, en refusant le cessez-le-feu destiné à mettre fin à la guerre d’Algérie et approuvé massivement par le peuple français, a ouvert le feu sur des militaires français et organisé des attentats terroristes aveugles qui ont fait de nombreuses victimes civiles parmi les Algériens.

 Ces associations qui se réclament des rapatriés d’Algérie reprennent en réalité un discours idéologique faisant l’éloge de la colonisation. Elles instrumentalisent leurs douleurs au profit [...]

Perceptions du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie en 2010

A l’occasion de son rapport consacré à l’année 2009, la CNCDH soulignait qu’à l’inverse de conceptions largement partagées, les préjugés racistes diminuaient. Pourtant, l’analyse des résultats des enquêtes réalisées pour le rapport 2010 laisse craindre que ce mouvement soit interrompu. Il semble en effet que, pour la première fois depuis plusieurs années, nous constations une augmentation de l’intolérance.
Il est impossible d’en tirer pour l’instant des conclusions définitives. En effet, seuls les résultats de l’année prochaine (et des années à venir) permettront d’affirmer avec certitude que cette augmentation est conjoncturelle ou interrompt de manière durable le mouvement d’ouverture de la société française vers l’autre.

Les résultats du sondage 2010 appellent toutefois à renforcer notre vigilance, plusieurs éléments doivent être soulignés :
Augmentation de la méfiance à l’égard des musulmans, comme l’année dernière, mais de manière plus marquée ; 

-   48% des personnes interrogées estiment que [...]

dimanche 17 avril 2011

Qui a dit à propos de l’immigration ?

"Restons un pays ouvert, qui accueille de nouvelles cultures et profite du métissage. Je ne crois pas qu'il faille faire (de l'immigration légale liée au travail) un problème" .

samedi 16 avril 2011

Responsabilité sociale des entreprises : l’incohérence française

A l’occasion du G20 Finances, Nouvelobs.com publie une tribune signée entre autres par Amnesty international France et la Ligue des Droits de l’Homme sur la responsabilité des entreprises en matière de droits de l’Homme. 
Au moment où les Nations unies, la Banque mondiale, l’OCDE et d’autres organismes internationaux tentent de faire avancer le cadre de responsabilité des entreprises multinationales en matière de droits de l’Homme, le G20 doit envoyer un signal fort afin de renforcer les processus en cours. La France, présidente du G20, tient-elle un double discours dans les négociations internationales traitant de la responsabilité des entreprises en matière de droits de l’Homme ? 

C’est ce que l’on pourrait croire au vu de l’incohérence des positions françaises sur ce sujet. […]
Signataires de la tribune : Forum citoyen pour la responsabilité sociale de l’entreprise, avec Amnesty International France, CCFD-Terre Solidaire, CGT, France Nature Environnement, Ligue des Droits de l’Homme, Peuples Solidaires, Sherpa.

vendredi 15 avril 2011

Que faire d'un gouvernement qui n'aime ni l'amour, ni les étrangers, ni la solidarité ?

Communiqué LDH . Paris, le 13 avril 2011


Collectif de défense de Cindie et Farid
Le 25 octobre 2010, dans le village d'Aspres-sur-Buëch, Hautes-Alpes, Cindie et Farid, futurs parents, devaient se marier. Mais Farid est sans papiers. Et malgré l'appui d'un rassemblement d'amis et de militants, la police s'oppose à la tenue du mariage et Farid doit s'échapper par les toits. Le 10 novembre 2010, une soixantaine de citoyens, de militants associatifs, syndicaux et politiques, entourent les futurs mariés et franchit un imposant dispositif de gendarmerie à chaque entrée de ce village de 780 habitants. Sept agents de la police aux frontières sont également là pour l'arrestation de Farid et tentent de s'opposer, par l'utilisation de gaz lacrymogènes, à l'accès de la salle des mariages. Mais grâce à la détermination calme de tous, le mariage a lieu et, comme Farid s'y était engagé, il repart dès le lendemain du mariage en Algérie.


Quatre mois plus tard, le vendredi 4 mars 2011, Armand Giangreco le grand-père de la mariée, et Joël Brochier, un militant connu localement pour son engagement syndical et à la LDH, sont convoqués à [...]

mercredi 13 avril 2011

Des avocats en grève à Bobigny pour revaloriser l'aide juridictionnelle

Un article de l’AFP repris par l’ensemble de la presse nous apprend qu’au tribunal de Bobigny, où environ 70% des affaires relèvent de l'aide juridictionnelle, les avocats ont entamé une grève illimitée afin de demander une augmentation de cette assistance aux citoyens les plus modestes.  Cette revalorisation permettrait à ceux qui acceptent de défendre les pauvres de vivre décemment tout en défendant leurs convictions.  Ils pourraient ainsi consacrer le temps nécessaire pour préparer correctement la défense e leurs clients. Mais le gouvernement veut-il vraiment que la justice soit la même pour tous les citoyens?  
En 2010, Elise Vallois, avocate depuis 6 ans, spécialisée dans le droit des étrangers, a gagné 9.000 euros. Une rémunération en lien avec son choix "militant" de spécialité : environ 90% de ses dossiers relèvent de l'aide juridictionnelle.

Cette aide est versée par l'Etat aux avocats pour assurer la défense des personnes à revenus modestes. Quelque 900.000 personnes par an en bénéficient en France.
Me Vallois gagne particulièrement peu, mais plus généralement les avocats du barreau de Bobigny sont plus mal lotis que leurs confrères.
Le revenu médian des avocats de Seine-Saint-Denis qui exercent depuis moins de 10 ans est de 1.750 euros par mois. Il est de 2.300 euros pour les plus de 10 ans, contre 4.600 euros au niveau national, selon des chiffres de 2008, rapportés par le barreau.
"Ce n'est pas parce qu'ils sont mauvais, mais parce qu'une partie de leurs activités n'est pas correctement rémunérée", lance Yves Tamet, ancien bâtonnier à Bobigny et secrétaire national du syndicat des avocats de France (SAF).
Environ 70% des affaires du tribunal de grande instance de Bobigny, relèvent de l'aide juridictionnelle, indique Me Tamet. Celle-ci est indemnisée en fonction du type d'intervention et n'a pas été augmentée depuis 2007.
Selon Me Tamet, la revalorisation avait alors "à peine rattrapée l'inflation" et il déplore aujourd'hui "une situation inadmissible".[...]
Pour lire la suite de cet article, allez sur le site de l'AFP

mardi 12 avril 2011

Non au gaz de schiste : Tous à Brignoles le 15 Avril

En mars 2010, les services de l’ancien ministre de l’environnement Jean Louis Borloo ont délivré en catimini  plusieurs permis d’exploitation du gaz de schiste dans le sud de la France. 
Beaucoup de communes des départements Var, Alpes de Haute Provence, Alpes Maritimes, Bouches du Rhône sont  concernés par le "permis de Brignoles" 

Devant la fronde grandissante des élus locaux et régionaux, des riverains et des écologistes, Nathalie Kosciusko-Morizet  a annoncé début février la suspension des travaux d'exploration dans l'attente des conclusions d'une mission d'évaluation des enjeux environnementaux, en juin. Même Jean-Louis Borloo, qui avait octroyé les permis lorsqu'il était ministre, a fait une spectaculaire volte-face en souhaitant une loi permettant l'interdiction 

Vendredi  15 avril 2011, les rapports intermédiaires d’experts seront remis au Gouvernement
Ce jour là, pour demander le rejet ferme et définitif de la demande du permis dit "Brignoles"un rassemblement/Manifestation est organisé à Brignoles, à 14 h, Parking Charles de Gaulle.

dimanche 10 avril 2011

Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi

Comme nous ne cessons de le proclamer à la LDH de La Seyne, la résistance aux mauvais coups assénés par les différents gouvernements européens doit être quotidienne. Elle peut se réveiller lors d’un pique-nique républicain ou d'une représentation musicale à Rome.

Riccardo Muti 
Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.
Nabucco de Verdi est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple, qui dans les années 1840 - époque où l'opéra fut écrit - était opprimé par l'empire des Habsbourg, et qui se battit jusqu'à la création de l’Italie unifiée. (
(Pour la suite et surtout  la vidéo , allez sur Agora-vox)

Et ce n'est qu'un début

samedi 9 avril 2011


Longtemps la mode vestimentaire des personnels de l’Éducation Nationale a été régie par le minutieux calcul du rapport qualité-prix des acheteurs de la CAMIF. Depuis que la vaillante coopérative s'est noyée dans les eaux froides de la gestion capitaliste, on peut déceler, malgré une très sensible dominante Décathlon, une plus grande variété de styles.

Mais l'humanité qui hante les salles des professeurs et les couloirs de l'administration reste silhouettée par un très remarquable souci de la correction de la tenue.

Ce souci vient de loin. Mes plus ou moins exactes contemporaines se souviennent des conseils qu'on leur donnait, dans les séances de préparation aux concours de recrutement, de se présenter à l'oral en préférant la jupe stricte au bloudjine. Parfois, à mots couverts, on leur suggérait de retrouver, pour un temps, la pièce de lingerie sustentatrice que leur fol désir de liberté et leur imprudence leur avaient généralement fait abandonner à l'époque. Quant aux jeunes gens, il allait sans dire qu'ils feraient l'effort de se nouer à leurs cols l'indispensable cravate, cet indécent symbole phallique(*) dont la piteuse flaccidité exhibée ne peut qu'être le signe d'une tacite soumission à qui s'érige en maître...

On admettra que cette formation initiale de jadis ait pu laisser quelques traces dans la culture enseignante actuelle.

Il existe déjà un code de la laïcité


Dans son éditorial du 27-28 mars, le Monde rapporte les propos de Claude Guéant : « les agents du service public «  ne devraient pas porter de « signes religieux », pas davantage que leurs « usagers ». » Le Monde commente : « Bannis donc dans le métro, a-t-on cru comprendre, le crucifix, le foulard islamique ou la kippa » ; commente ces propos sans s’en étonner, et surtout sans poser la question de savoir si cette proposition est légale ou non.
Entre autres questions. Car cette « idée » de M. Guéant, comme l’idée de M. Chatel d’interdire aux mères dites « voilées », en fait portant un foulard, d’accompagner leurs enfants dans les sorties scolaires, comme l’idée de M. Copé d’imposer que les prêches dans les mosquées soient dit en français, toutes ces idées reposent sur une interprétation tendancieuse et fausse du mot « public », qui a plusieurs sens en France. Et derrière la confusion entretenue par certains entre ses différents sens, se profile une attitude qui réclame pour l’Etat le droit de vider subrepticement la loi de 1905 de son contenu, et aussi d’exercer un pouvoir absolu sur les pratiques et les consciences. Or cette attitude est contraire tant à nos lois qu’aux conventions internationales qui protègent les libertés individuelles, et d’abord la liberté de conscience.
Ou, pour le dire autrement, aucune de ces propositions n’est légale, et elles ne peuvent avoir l’apparence de la raison que parce que ceux qui les émettent, et probablement une partie de ceux qui les écoutent, jouent sur le mot « public », d’une part, et d’autre part voient sans déplaisir le contrôle de la société civile par l’Etat s’agrandir de jour en jour. Mais d’abord en poussant toute une partie de la population française, les Musulman.es, hors de la loi commune, hors de la vie commune ; en les déclarant fautifs, voire criminels, en leur retirant les protections et les droits usuels.
Depuis 2004, on n’entend plus parler que de laïcité. Les groupes féministes qui ont l’oreille des médias la mettent au centre de leurs revendications. Les manifestations du 8 mars défilent, depuis 2004, derrière des banderoles proclamant « laïcité ». Or, ceci qui est devenu banal, est pourtant nouveau, remonte à quelques sept ans tout au plus. Avant 2004, la laïcité était inconnue du vocabulaire féministe, et à vrai dire, du vocabulaire politique en général. Aujourd’hui elle est centrale, elle fait partie des « éléments de langage » obligés de tous les partis, UMP, PS, Front National. Pourquoi ?
Pourquoi sinon parce qu’elle a été l’arme, l’excuse invoquée pour mettre les Musulmanes au ban de la nation ?
C’est que c’est en son nom qu’a été menée la bataille pour voter la loi de 2004 contre le foulard « islamique ». Puis celle de 2010 contre la « burqa ». Au nom de laïcité et du « droit des femmes ». Car les deux sont aujourd’hui tenus pour synonymes. Les mêmes féministes qui scandaient en 1970 « Pas de libération des femmes sans révolution » scandent aujourd’hui : « pas de droit des femmes sans laïcité ».

Mardi 12 Avril, Réunion de la LDH La Seyne


La réunion mensuelle de la LDH La Seyne aura lieu Mardi 12 Avril, à 18 h 30, à la Bourse du Travail de La Seyne.

Si vous voulez venir nous rencontrer, poser des questions, vous renseigner, vous êtes les bienvenus.

vendredi 8 avril 2011

Le diplôme reste une protection contre le chômage

"Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants."
Le maintien et même l’augmentation de dispositifs d’aide pour les élèves en difficulté sont très importants pour permettre une meilleure intégration des jeunes dans le monde du travail. En effet, l'écart se creuse entre diplômés et non-diplômés révèle une étude du Céreq sur la génération 2007. Trois ans après leur sortie de l'école, 72% des jeunes ont un emploi, 18% au chômage. Mais le taux d'accès à l'emploi est de 49% chez les non diplômés contre 70% pour les diplômés du secondaire, 85% chez les diplômés du supérieur et 92% chez les doctorants.

mercredi 6 avril 2011

La Seyne: une flash-mob " réussie pour la sécurité des futures mamans"

Nous avons évoqué lors d’un article précédent la Flash-mob http://memorix.sdv.fr/5/www.varmatin.com/infoslocales/divers/laseyne_articles/2121335027/Position1/SDV_NMA/default/empty.gif/5849564e4b30324444366b4143653278?rubrique=Actualites;Var&commune=;LaSeyne-sur-Mer organisée par la ville de La Seyne et soutenue par beaucoup d’associations, dont la  LDH La Seyne.


Il fallait rempli un grand H comme Hôpital pour protester contre la  fermeture programmée de la  maternité de La Seyne. Objectif atteint et même dépassé comme le souligne un article de Var Matin.

Premières conséquences de la LOPSSI 2, entre autres

 Parce que la LOPPSI 2 fait désormais de la vente à la sauvette un délit puni de 6 mois de prison et de 3 750 euros d’amende, 40 vendeurs de tours Eiffel et autres petits objets à 2 euros pour les touristes, étaient en  garde à vue à Paris hier soir. Comme ce sont souvent des sri lankai, , ça doublera aussi les chiffres des expulsions.

Un conseil. Pensez à réserver votre cellule pour la garde à vue si vous comptez vendre du muguet pour le 1er mai.

La LDH dans les lycées

La section de la Ligue des Droits de l'Homme de La Seyne intervient régulièrement dans des lycées. Le 25 mars, c'était le tour du Lycée du Coudon, à la Garde. C'est toujours un plaisir partagé. 

Vendredi 25 mars, nous étions 3 membres de la L.D.H. à intervenir au Lycée du Coudon auprès d’une classe de seconde dans le cadre de l’option « Littérature et société ».Nous avons été très bien accueillies par deux professeurs de la classe.
-Nous avons d’abord présenté rapidement la Ligue, nos motivations, nos actions, notre section.
-Les élèves ont regardé 14 photographies de la L.D.H. ayant trait aux Droits de l’Homme, puis chacun d’entre eux est venu évoquer par un mot au tableau ce que ces affiches lui inspiraient.
-Nous avons ensuite inscrit au tableau le mot « Démocratie » et les élèves ont été invités à mettre en relation les termes inscrits précédemment et la notion de Démocratie .Cela a débouché sur une discussion très fructueuse.
-La séance s’est terminée par la lecture et le commentaire de « Matin brun » de Franck Pavloff.
Tout s’est déroulé dans le calme. Les élèves au cours de cette séance ont fait preuve de beaucoup de maturité.
Nous les félicitons ainsi que leurs professeurs.
Elisabeth, Michelle, René