vendredi 27 février 2015

Violences policières, traitements des Roms et demandes d’asile : Amnesty épingle la France

L'ONG pointe, dans un rapport, la «régression» du pays dans divers domaines liés aux droits humains.
Des expulsions de campements roms réalisées dans des  conditions «épouvantables», une situation «désastreuse» pour les demandeurs d’asile: la France se fait épingler dans un rapport d’Amnesty international publié mercredi.
En 2014, «rien n’a évolué, au contraire, on pourrait parler pratiquement de régression», a commenté Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty France, lors d’une conférence de presse mardi. Au sujet des Roms, la circulaire du 26 août 2012, qui obligeait les autorités à accompagner les démantèlements, en réalisant un diagnostic des populations et en leur proposant des solutions de relogement, «est de moins en moins appliquée» et des expulsions sont menées «dans des conditions absolument épouvantables» regrette Geneviève Garrigos.

«Environ 20% des expulsions sont faites après des arrêtés municipaux de péril, qui deviennent un moyen de contourner les décisions de justice», explique Julie Heslouin, chargée de campagne discrimination. Près de 13.  500 Roms ont été expulsés de leurs campements en 2014, contre 19.  380 en 2013 selon les chiffres de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et l’European Roma Rights Center (ERRC). Cette baisse constitue une «petite avancée» mais «ce qui reste très préoccupant c’est que malgré le consensus des ONG et des instances comme le Défenseur des droits qui dénoncent les violations des droits humains, le gouvernement peine à revoir sa politique», commente Julie Heslouin.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

jeudi 26 février 2015

26e numéro (décembre 2014) de la lettre « Les droits de l’Homme en Amérique latine » de la LDH : « Changement d’époque »

Cette publication, fruit d’un travail militant vise à approfondir et faire connaître les évolutions politiques, sociales, économiques qui travaillent un continent tout à la fois immense, singulier et formidablement divers.
L'objectif est d'offrir une réflexion sur l’actualité des sociétés latino-américaines au regard des enjeux des droits et libertés qui les agitent.


Cette lettre que vous pouvez lire en cliquant sur la bannière, sera enrichie au fur et à mesure de vos suggestions et propositions. 

Sauvons le nom de la rue du "19 Mars 1962" de Béziers

Pour Robert MENARD, maire de Béziers qui se proclame l'héritier de l'OAS par l'action de son père, il s'agit de supprimer le nom d'une date de paix, le «19 mars 1962», pour donner à la rue le nom de Hélie Denoix de Saint Marc, qui a été condamné par la justice française.
Ce commandant a été actif lors du «putsch du quarteron des généraux» du 21 avril 1961, avorté par la mobilisation des soldats du contingent et par le général de Gaulle.
Au moment où les relations franco- algériennes s'apaisent, où en France, il est plus que jamais nécessaire de réconcilier les mémoires des Anciens d'Algérie qu'ils soient pro ou anti Algérie française, des Appelés qui ont été engagés dans cette guerre, des descendants des «Musulmans d'Algérie» soumis à l’infamant «Code de l'Indigénat», 
Disons NON au colonialisme, révisionniste et raciste! 
Cliquez sur la photo pour signer la pétition. 

Grand concert de soutien au Ravi, Marseille, Vendredi 13 mars.

Le Ravi est un journal mensuel fondé en 2003, qui examine d'un œil attentif la vie politique, sociale, culturelle, et l’actualité de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur
iré à 5000 exemplaires , il mélange enquêtes et satire, articles et dessins. Le dessin de presse et la caricature y tiennent une part importante, tandis que les journalistes de l'équipe scrutent l'actualité locale.

Journal indépendant, résolument acteur du monde de l'économie sociale et solidaire, le Ravi est édité par l’association « Tchatche » (siège à Marseille). Cette association  est en redressement judiciaire. 
Mais aujourd’hui, avec vous, le Ravi redresse les bras ! Pour nous aider à survivre et à nous réinventer, il faut avant tout nous aider à relever un pari : celui de rassembler très vite beaucoup plus d’abonnés autour de ce mensuel "pas pareil".
Comment nous aider?
En vous abonnant (l'objectif est de 5102 abonnés en 2015)
En participant au Couscous Bang Bang Royal (Cliquez sur l'affiche)  

mercredi 25 février 2015

Les propos du président du CRIFsont inacceptables et dangereux

Les propos du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) à l’égard des jeunes musulmans et de l’islam sont inacceptables et dangereux.
 Ils s’inscrivent dans la logique d’un homme qui s’était déjà inquiété de la « fécondité des femmes musulmanes ». Le piège serait d’y répondre par une réaction de même nature. Dénaturer la volonté de vivre ensemble en un face-à-face communautaire, c’est légitimer les affrontements de demain et c’est nier la nature même du combat contre le racisme et l’antisémitisme. Il appartient aux pouvoirs publics de refuser toute révérence à l’égard de quelque représentation communautaire que ce soit et de répliquer fermement à toute expression publique qui jette l’opprobre sur une partie de la population. Il faut que nous refusions ensemble ces assignations à résidence communautaires qui sapent les fondements mêmes de la République.


Pais, le 24 février 2015.

Frontex, poison ou antidote aux tragédies en Méditerranée?

Alors que des millions d’euros sont alloués à Malte pour des opérations de contrôles aux frontières maritimes avec Frontex, les organisations membres de la campagne FRONTEXIT dénoncent une Europe aveuglée par l’obsession sécuritaire, toujours plus meurtrière.
Le 4 février dernier, l’UE annonçait le versement de plus de 12 millions d’euros aux forces armées maltaises afin de financer des équipements dans le cadre de sa participation aux opérations de l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex). Cet argent est issu du Fonds de Sécurité Intérieure (FSI) qui vise à lutter contre la criminalité et faire face aux menaces contre la sécurité de l’Union européenne (UE). Cette somme s’ajoute aux 114 millions d’euros prévus pour le budget 2015 de Frontex.

Cette décision illustre tristement le décalage entre l’urgence de la situation aux frontières maritimes, et les priorités de l’UE en la matière. Après un macabre record de plus de 3 500 morts en 2014, l’hécatombe se poursuit en Méditerranée avec plusieurs centaines de morts depuis le début de l’année notamment au large de l’ile italienne de Lampedusa.

 Il est révoltant, dans ce contexte, que le réflexe de l’UE soit de renforcer des mécanismes qui, contrairement à ce qu’elle avance souvent, n’ont pas pour but de sauver des vies humaines mais bien d’intercepter et de contrôler les personnes (Frontex, Eurosur, coopération avec les Etats voisins sur le volet migratoire).
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le logo.

mardi 24 février 2015

L’artiste marocain Mounir Fatmi censuré à la Villa Tamaris

Il règne un parfum d’autocensure dans les centres d’art en France. Après le retrait en janvier d’une installation de la Marocaine Zoulikha Bouabdellah du Pavillon Vendôme à Clichy-La-Garenne (Hauts-de-Seine), c’est au tour de la Villa Tamaris, à la Seyne-sur-Mer (Var), de faire machine arrière devant une œuvre de Mounir Fatmi.
En novembre 2014, ce centre d’art avait contacté l’artiste marocain pour présenter sa vidéo Sleep Al Naim dans l’exposition « C’est la nuit ! », programmée en juin prochain. Inspirée de Sleep, un film de l’artiste américain Andy Warhol, cette œuvre représente un dormeur modélisé d’après les traits de l’écrivain Salman Rushdie. Mounir Fatmi a beau convoquer l’auteur des Versets sataniques, la vidéo n’a rien de provoquant. Elle est même actuellement exposée au Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) de Genève sans susciter le moindre remous.


Pour plus d'infos, cliquez sur la Villa Tamaris

"INDESIRABLES" , Mercredi 25 février à 20h30, en présence du réalisateur Philippe Barassat et de l'actrice Béatrice de Staël

Ce mercredi au Six n'étoiles, en avant-première, un film sur un sujet tabou, d'utilité sociale, qui traite des thèmes de la sexualité et du handicap
Une projection-débat soutenue par La Ligue des Droits de L'Homme (section de La Seyne/Mer) qui animera le débat avec le réalisateur et l'une des actrices du film. Une soirée conseillée et soutenue par la B.A.C. le collectif de spectateurs du Six n'étoiles.
LE FILM : "Le parcours chaotique d'Aldo, un jeune infirmer privé d'emploi qui se retrouve progressivement happé par la spirale de la prostitution (puisqu'il faut bien appeler les choses par leur nom), mais auprès de clients que la vie a privés de contacts charnels : des handicapés physiques ou mentaux des deux sexes."
Une œuvre sulfureuse, déconcertante, avec un Jérémie Elkaïm d'un naturel désarmant, en dépit de l'âpreté des scènes qu'on lui fait jouer, admirablement accompagné d'une troupe d'acteurs handicapés détonante.
Cinéma Six n'étoiles, 48 Rue de la République, 83140 Six-Fours-Les-Plages
Site internet ici et facebook ici

lundi 23 février 2015

4e numéro (janvier-février 2015) de la lettre électronique de la LDH « Les droits de l’Homme en Amérique du Nord » : « Nous en avons plus qu’assez d’en avoir assez ».

Cette nouvelle publication, fruit d’un travail militant, vise à approfondir et faire connaître les évolutions politiques, sociales, économiques qui travaillent un continent tout à la fois immense, singulier et formidablement divers
L'objectif est d'offrir une réflexion sur l’actualité des sociétés d’Amérique du Nord au regard des enjeux des droits et libertés qui les agitent.

Disponible en ligne en cliquant sur la bannière,  cette lettre, dont voici le début, sera enrichie au fur et à mesure de vos suggestions et propositions.
L’embrasement de Ferguson (Missouri) a rappelé la persistance de « divisions raciales » à vif et l’Amérique qui pensait avoir exorcisé ses vieux démons, a vu sa jeunesse descendre dans les rues dénoncer les brutalités policières, les humiliations quotidiennes et les préjugés racistes qui infectent la société américaine.
Oui, Michael Brown est mort et Darren Wilson est en liberté, mais leur funeste rencontre a contraint un bon nombre d’Américains à refuser que les forces de l’ordre continuent de tirer sur de jeunes Noirs désarmés, sans avoir à craindre de poursuites et à se confronter aux honteuses inégalités raciales dont une partie de sa population souffre.

Le combat pour une justice pour tous s’est étendu bien au-delà de Ferguson, et une nouvelle génération de défenseurs des droits de l’Homme s’est immédiatement organisée.

samedi 21 février 2015

La LDH soutient le film documentaire L’Abri, de Fernand Melgar

Festival International du Film de Locarno 2014 – Mention spéciale Jury des Jeunes Festival International du Film d’Amiens 2014 – Prix de la Mise en Scène

Avec ce nouveau film déjà auréolé de prix qui sortira sur nos écrans le 4 mars, , Fernand Melgar poursuit un passionnant et riche travail d'investigation centré sur l'accueil des migrants en Suisse. Avec La Forteresse (2008), il s'intéressait aux conditions d'accueil des demandeurs d'asile ; avec Vol spécial (2013), il entrait dans un centre de détention administrative et s'intéressait aux conditions dans lesquelles des migrants déboutés sont renvoyés dans le pays d'origine. Cette fois, il filme un hiver au cœur d’un hébergement d’urgence pour sans-abris, à Lausanne. A la porte de ce souterrain situé loin du centre-ville, se déroule chaque soir le même rituel d’entrée qui donne lieu à des bousculades parfois violentes. Le personnel a la lourde tâche de « trier les pauvres » : femmes et enfants d’abord, hommes ensuite ; ce sont essentiellement des migrants, beaucoup d'hommes célibataires venus d'Afrique, essentiellement subsaharienne, de familles roms aux nombreux enfants et, de plus en plus, de travailleurs pauvres venus d’Europe, particulièrement d'Espagne, à la recherche d'un travail
Pour plus d'infos sur ce film, cliquez sur l'affiche.

13e numéro (novembre 2014-février 2015) de la lettre « Les droits de l’Homme en Europe centrale et orientale » de la LDH.

Cette publication, fruit d’un travail militant vise à approfondir et faire connaître les évolutions politiques, sociales, économiques qui travaillent notre continent, singulièrement dans les ex-pays du bloc socialiste mais pas uniquement.

L'objectif est d'offrir une réflexion sur l’actualité des sociétés et des forces qui se mobilisent pour la défense des droits et ainsi, de fournir matière à des débats, des actes de solidarité.
Disponible en ligne en cliquant sur la bannière, cette lettre vise à être enrichie au fur et à mesure de vos suggestions et propositions.

« Timbuktu » et Sissako, grands triomphateurs des Césars 2015

Six semaines après la tuerie de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher de la Porte de Vincennes, l’Académie des arts et techniques du cinéma a plébiscité Timbuktu, le film du cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako lors de la quarantième cérémonie des Césars
Produit par Sylvie Pialat, ce magnifique réquisitoire contre l’intégrisme et l’obscurantisme a obtenu pas moins de sept Césars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Timbuktu a également été couronné dans les catégories « scénario original », « musique originale », « photo », « son » et « montage ».
Pour lire la suite de ce palmarès, cliquez sur la photo. d'Abderrahmane Sissako

vendredi 20 février 2015

Cartooning for Peace « prête ses crayons » à la FIDH

Quatre dessinateurs de l’association Cartooning for Peace, dont son président fondateur Plantu, ont « prêté leurs crayons » à la FIDH pour illustrer les activités menées par l’organisation internationale de défense des droits humains en 2014.
Depuis 2011, la FIDH réalise son rapport annuel en bande dessinée : une manière originale de présenter son travail et les réussites obtenues au cours de l’année.
Les quatre dessinateurs de Cartooning for Peace qui ont participé au rapport annuel 2014 sont Boligan (Mexique), Plantu (France), Cristina Sampaio (Portugal) et Willis from Tunis (Tunisie). Tous les autres dessins ont été réalisés par Romain Ronzeau qui, depuis 2011, est au coeur de ce projet.

A l’occasion de cette publication, la FIDH souhaite rendre hommage au travail courageux des dessinateurs et des caricaturistes qui, chaque jour, de par le monde, font face aux menaces et à l’obscurantisme. « Leur travail est précieux, nous devons y veiller » a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH.
« Les dessins de presse nous font rire. Sans eux, nos vies seraient bien tristes. Mais c’est aussi une chose sérieuse : ils ont le pouvoir d’informer mais aussi d’offenser. » Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies

Pour voir ces activités, cliquez sur le dessin.

MAROC : Intrusion dans les locaux de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et agression d’une militante

Paris – Genève – Copenhague, le 19 février 2015 – L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la FIDH et de l’OMCT, ainsi que le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) et la Fédération Euro-méditerranéenne contre les Disparitions Forcées (FEMED), condamnent l’intrusion des autorités marocaines dans les locaux de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) ainsi que l’agression de l’une de ses militantes.
Le dimanche 15 février 2015 au soir, les forces de l’ordre marocaines, accompagnées d’une quarantaine de personnes en civil et armées d’instruments en fer, ont fait irruption dans les locaux de l’AMDH, encerclés depuis la matinée. 

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le logo.

Surveiller mais pas secourir! Nouvelle politique de l'Europe concernant les migrants.

Un article trouvé dans le Canard Enchainé du 18 février. 
Une solution qui est moins onéreuse pour l'Europe  mais qui coûte cher en vies humaines.  

jeudi 19 février 2015

Le groupe de travail du REMDH sur l’égalité des sexes lance un appel en vue de la Journée internationale de la femme 2015

Joignez-vous à nous pour mettre fin à l'impunité de la violence contre les femmes !
Bruxelles, 17 février - À l'occasion du vingtième anniversaire du Programme d'action de Beijing, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme (REMDH) appelle les activistes à s'opposer à l'impunité des crimes commis contre les femmes et à veiller à ce que les responsables rendent compte de leurs actes.  Cet appel conjoint, lancé par le groupe de travail du REMDH sur l’égalité des sexes, fait suite à une vague alarmante d'actes de violence perpétrés contre des femmes, notamment à l'encontre de militantes qui défendent les droits de l'homme dans la région euro-méditerranéenne.

Le groupe de travail sur l’égalité des sexes fait état de rapports choquants sur la situation des femmes, notamment en Égypte, où des activistes ont été tuées pendant des manifestations pacifiques, à Gaza, où des femmes palestiniennes ont été tuées en masse pendant la guerre de 2014, et en Syrie, où elles vivent dans des conditions intolérables en raison du conflit prolongé.
Pour plus d'infos, cliquez sur le logo.

Rabah-Paris : l’arbitraire et le déshonneur

Communiqué LDH-Paris, le 18 février 2015
Deux journalistes arrêtés et expulsés, le local d’une association, l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), envahi par la police, des rafles d’étrangers décidées au mépris des lois votées récemment, l’intimidation et l’incarcération à l’égard de ceux et celles qui dénoncent la torture, des attaques répétées contre l’ensemble du mouvement associatif ; cette accumulation d’événements marque une dégradation constante de la situation des droits de l’Homme au Maroc.
La Ligue des droits de l’Homme réprouve totalement ces actes arbitraires et contraires à la fois aux engagements internationaux du Maroc com
me aux dispositions constitutionnelles récemment adoptées.
Elle demande aux autorités marocaines de cesser ces agissements qui sont incompatibles avec la construction d’un Etat de droit dont le Maroc se réclame.
 La LDH dénonce, enfin, la complaisance du gouvernement français à l’égard de cette situation. Celui-ci, en effet, s’abstient de toute réaction aux atteintes à la liberté de la presse, et, dans un même temps, galvaude la légion d’honneur en offrant une promotion au grade d’officier à un homme poursuivi en France pour avoir pratiqué des tortures.
Quels que soient les intérêts géopolitiques et sécuritaires, rien ne peut justifier un tel manquement à l’éthique, si ce n’est l’éternelle et déshonorante « raison d’Etat ».
Il n’est pas acceptable de se prévaloir des valeurs de la République ici, et de se faire complice de leurs violations de l’autre côté de la Méditerranée.

Ne ratez pas le film « INDESIRABLES », Cinéma Six n’étoiles, Six-Fours, mercredi 25 février à 20h30

Ce film, programmé à la demande de la LDH La Seyne, en avant-première, avec la présence du réalisateur, Philippe Barassat, évoque les problèmes rencontrés par les handicapé(e)s pour avoir  une vie sexuelle satisfaisante. 
INDÉSIRABLES est un film unique dans le paysage cinématographique français, de par son sujet, son écriture, sa réalisation, et le choix des acteurs, handicapés et non handicapés. Il séduira, émerveillera ou choquera, mais ne laissera aucun spectateur indifférent. C'est un film indispensable !
Synopsis
Aldo, jeune infirmier sans souci est très amoureux de Lucie, étudiante dont il partage la vie. Il perd son emploi. Pour continuer à payer les études de sa fiancée, il devient accompagnant sexuel pour personnes handicapées, poussé par deux amis de Lucie, non-voyants, qui lui trouvent de bonnes raisons morales de le faire. Les rencontres se suivent et ne se ressemblent pas, de la douce et sentimentale Stéphana au cynique Emmerich, en passant par l’étrange couple formé par Andréas et sa soeur mutique... Sa nouvelle activité, qu’il cache à Lucie, l’entraîne dans des expériences insolites et dérangeantes, dont il sortira profondément transformé.

mercredi 18 février 2015

Qui à dit à propos du 49-3?

"Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire." 

Quinze médias jugent « l'information menacée » après les sanctions du CSA

Pointés du doigt par le Conseil supérieur de l'audiovisuel pour leur couverture desattentats en région parisienne, une quinzaine de médias répliquent, mercredi 18 février, dans une lettre ouverte transmise à l'Agence France-Presse.
Dans ce courrier, les patrons de TF1, France 2, France 3, France 24, BFMTV, Itélé, LCI, Euronews, France Inter, France Info, RTL, Europe 1, RMC et RFI jugent« l'information menacée » après les avertissements que leur a adressé, jeudi, le CSA, pour avoir, pendant leurs directs sur les prises d'otages de janvier, révélé des informations sensibles, susceptibles de mettre en péril la vie des otages.
Pour lire la suite de cet article du Monde, cliquez sur le nom du journal 

Pierre Tartakowsky : "Arrêtons de distinguer la France, d’un côté, et les juifs, de l’autre !"

S’il condamne fortement la profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin) et la montée de l’antisémitisme en France, le président de Ligue des droits de l’Homme, Pierre Tartakowsky, met en garde contre les discours qui ont tendance à « communautariser » les Français de confession juive.
Comment réagissez-vous à la profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin) ?
Pierre Tartakowsky. La corrélation entre ces événements et ceux de Copenhague est d’abord extrêmement sinistre. C’est pourquoi la LDH a réagi aux deux faits, en appelant à combattre l’antisémitisme. Cette profanation, c’est une façon de dénier aux Français juifs la possibilité d’avoir une histoire propre et de pouvoir reposer en paix, une fois décédés. S’en prendre aux sépultures, c’est très rare dans l’histoire moderne française.
Pour lire la suite de cet article de "L'Humanité", cliquez sur la photo. 

Le nom de Bigeard pour un square cannois : pourquoi ce serait une infamie !

Cannes le 11 février 2015
De son vivant, le général Bigeard a toujours justifié la pratique de la torture en Indochine et en Algérie
Il a bénéficié de l’admiration des forces politiques les plus réactionnaires et de leur soutien actif, et voici qu’à Cannes, aujourd’hui, est envisagée l’idée de donner son nom à un square 
Cette perspective est doublement condamnable.
Tout d’abord, c’est oublier, que la France a signé la Convention internationale contre la torture le 14 février 1986, convention ratifiée le 26 juin 1987.
C’est oublier que la République est, de ce fait, comptable dans toutes ses institutions et à fortiori par ses célébrations, de dénoncer cette abjection partout où cela s’avère nécessaire.
Cette initiative serait de fait, une insulte aux citoyens cannois dont certains, portent encore dans leur chair les plaies du passé.
Elle serait en outre la reconnaissance de notre incapacité de rassembler tous nos compatriotes sur les valeurs républicaines !
Pourquoi vouloir honorer la mémoire d’un officier coupable des pratiques les plus détestables de l’armée française ?
Nous demandons à la municipalité de renoncer à cette initiative historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse.
Suzanne HUGON
Présidente de la section LDH Cannes-Grasse

Attentat terroriste au Danemark

Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme (REMDH) condamne fermement les deux attaques terroristes qui ont endeuillé la capitale danoise, Copenhague, le week-end dernier. 
Ces attaques ont pris pour cible un centre culturel où se tenait un débat sur la liberté d’expression et une synagogue, faisant deux morts civils et 5 blessés parmi les forces de l’ordre.
« S’en prendre à la liberté d’expression et à un lieu de culte juif rappelle tragiquement les attentats commis à Paris. Ils ont les mêmes ressorts : la haine d’une pensée libre et l’antisémitisme », a déclaré Michel Tubiana, président du REMDH. « C’est ensemble que nous devons répondre à ces actes, sans stigmatisation et dans le respect de l’Etat de droit. »
Toutes nos pensées vont aux familles des victimes. 
16 février, 2015

mardi 17 février 2015

Contrôles d'identité abusifs et discriminatoires: les observations du défenseur des droits doivent aboutir à une réforme en profondeur des contrôles d'identité.

Communiqué commun : Gisti, Graines de France, Human Rights Watch, LDH, Maison pour un développement solidaire, Open Society Justice Initiative, Saf, SM
Les huit organisations signataires se réjouissent des observations que le Défenseur des Droits vient de rendre publiques le 9 février. Elles constituent une contribution essentielle au débat sur les contrôles d’identité en affirmant clairement que, pour respecter ses obligations en matière de droits humains, la France doit en réformer le régime.
C’est ce que réclament, depuis de nombreux mois, nos huit organisations (Graines de France, Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés, Human Rights Watch, Ligue des droits de l’Homme, Maison communautaire pour un développement solidaire, Open Society Justice Initiative, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature). C’est pourquoi elles invitent le gouvernement, de toute urgence, à :
modifier l’article 78-2 du Code de procédure pénale qui encadre les contrôles ;
mettre en place une traçabilité des contrôles – donc un récépissé – assurant un recours effectif en cas de dérive.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur le logo. 

Copenhague, Sarre-Union. Condamner et combattre l'antisémitisme.

Communiqué LDH
Attentats terroristes et profanation des cimetières sont les deux visages différents d’une même haine mortifère, celle de l’antisémitisme ; ils expriment un même mépris pour la liberté d’expression, pour le vivre ensemble, mépris qui s’étend au droit de pouvoir, une fois décédé, reposer en paix.
La Ligue des droits de l’Homme exprime sa solidarité avec toutes les victimes de ces attentats ; elle adresse ses condoléances à leurs familles et leurs proches, au Danemark comme en France.
Elle alerte contre la montée du racisme et de l’antisémitisme en France et met en garde contre la montée d’un climat de suspicion vis-à-vis des musulmans ou supposés tels, suspicion nourrie par l’assimilation, parfois rocambolesque, de propos à une apologie du terrorisme.
Dans la foulée de la levée en masse du 11 janvier, elle rappelle que la lutte contre la haine et le terrorisme passe par le respect des valeurs qui fondent la République, l’Etat de droit, la liberté et la fraternité. Elle appelle les pouvoirs à tout faire pour que les auteurs de la profanation de Sarre-Union soient identifiés et jugés.
Paris, le 16 février 2015

L'évasion fiscale expliquée aux français, par Gérard Filoche

L'évasion fiscale met en péril entre autres choses le service public et permet à quelques individus ou société de bénéficier de tous les services  d'un état (infrastructures routières, aéroport, éducation, santé, etc.)  sans  avoir à participer au financement de ces services.
La mise à jour d'un vaste système d'évasion fiscale international qui implique la banque britannique HSBC rappelle et confirme l'affaire «SwissLeaks»  Pour la France, la Cour des comptes a estimé que le montant moyen de l'évasion fiscale se chiffre chaque année entre 60 et 80 milliards d'euros et selon le Parlement européen, le manque à gagner fiscal s'élèverait à 2.000 euros par citoyen européen. L'économie souterraine représenterait 20% du PIB de l'Union européenne.
Gérard Filoche dans l'émission "un soir à la tour Eiffel" du 11 février 2015,  que vous pouvez voir en cliquant sur le logo de HSBC, s'insurge contre SwissLeaks, évasion fiscale et le rôle joué par J.C. Juncker,  le nouveau président de la Commission européenne 

26e CONCOURS INTERNATIONAL DE PLAIDOIRIES DES AVOCATS Dimanche 1er février 2015 AU MÉMORIAL DE CAEN

En 1989, le Mémorial, le Barreau et la Ville de Caen organisaient le 1er Concours international de plaidoiries.
 25 ans plus tard, ce sont 250 avocats venus des cinq continents (Algérie, Australie, Argentine, Belgique, Bengladesh, Birmanie, Bolivie, Brésil, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Croatie, Équateur, Espagne, États-Unis, France, Gabon, Grèce, Guinée, Inde, Israël, Italie, Luxembourg, Malaisie, Mali, Maroc, Mauritanie, Népal, Niger, Nouvelle Guinée, Pays-Bas, République Démocratique du Congo, République du Congo, Roumanie, Royaume-Uni, Sénégal, Tchad, Togo, Tunisie, Turquie, Zimbabwe…) qui sont venus au Mémorial plaider la cause d’une victime de violation des droits de l’homme. Le Mémorial, le Barreau et la Ville de Caen remercient leurs partenaires qui, au sein des différents barreaux dans lesquels ils exercent leur profession, soutiennent la promotion du concours : le Conseil National des Barreaux, la Conférence des Bâtonniers de France et d’Outre-mer, le Barreau de Paris, la Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats et l’Union Internationale des Avocats. Le Barreau, la Ville et le Mémorial de Caen n’entendent donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises par les candidats  ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs.

Pour écouter les plaidoiries des avocats , cliquez ici et pour lire l'intégralité des plaidoiries , cliquez sur la photo

BD est Charlie

Parce qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours…
Du mercredi 7 janvier au vendredi 9 janvier 2015, une série d’attentats a été perpétrée en France : plusieurs artistes et collaborateurs de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo, ainsi que des membres des forces de l’ordre et de la communauté juive, ont perdu la vie dans des circonstances tragiques.
En réponse, des dessinateurs de presse et auteurs de bande dessinée du monde entier ont réagi spontanément à ces événements. Parmi les auteurs ayant participé à l'album figurent Blutch, Robert Crumb, Guy Delisle, Philippe Geluck, Manu Larcenet, René Pétillon, Loïc Sécheresse, Lewis Trondheim, Martin Vidberg ou encore Zep
Émouvants, poétiques, humoristiques, violents, satiriques… 183 dessins de 173 auteurs ont été rassemblés dans un recueil intitulé La BD est Charlie : hymne à la liberté d’expression permettant de témoigner de l’incroyable solidarité artistique que ce drame a suscité.
À l’initiative du groupe BD du Syndicat National de l’Édition, cet ouvrage est réalisé au profit des familles des 17 victimes des attentats, à qui sera reversée l'intégralité des bénéfices. Il a été publié conjointement et solidairement par les maisons d'édition de bande dessinée françaises qui ont offert gracieusement leurs services.
Dessinateurs, éditeurs, diffuseurs offrent tous leurs droits et leurs services, imprimeurs, papetiers, distributeurs travaillent à prix coûtant.

lundi 16 février 2015

Qui est Carlie?Terrorisme et barbarie : du 7 janvier 2015 au 15 mars 1962

Un billet de Robert Gago, signalé par Denise V, membre de la LDH La Seyne.
À dix heures, le matin du 15 mars 1962, la majorité des responsables des Centres Sociaux Éducatifs (fondés en 1955 par Germaine Tillion et directement rattachés à l’Éducation Nationale), est convoquée à une importante réunion de travail au centre social de Château-Royal, un domaine sur les hauteurs d’Alger. 
À 10h 45 un commando de six tueurs, surarmés, entraînés et décidés "commando Delta", sous la direction de Roger Degueldre, pénètre dans la salle de réunion. Six noms sont appelés parmi les 18 présents; les tueurs contrôlent leurs identités avant de les conduire à l’extérieur, de les aligner contre un mur de la cour et de les abattre à l'arme automatique avant de leur donner le coup de grâce.    
Les victimes sont :
Marcel Basset, directeur du Centre de formation de l'éducation de base à Tixeraine (CSE d'Algérie)
Robert Eymard, ancien instituteur et chef du bureau d'études pédagogiques aux CSE
Mouloud Feraoun, directeur adjoint au chef de service des CSE, ancien instituteur et écrivain 
Ali Hammoutène, inspecteur de l'Éducation nationale, directeur adjoint aux CSE et ancien instituteur   
Max Marchand (1911-1962), inspecteur d'académie, chef de service aux CSE et ancien instituteur
Salah Ould Aoudia, ancien instituteur et inspecteur des centres de la région Alger Est
Personne ne sera jamais arrêté ou inculpé pour ce sextuple assassinat et grâce aux amnisties successives, les assassins ont pu se vanter de ce massacre sans craindre d'être poursuivis.

L'ONU a donné six mois à la France pour modifier la loi de 1969, qui a créé des "carnets de circulation" pour les Français ayant un habitat mobile

Le "livret de circulation" auquel sont astreint depuis 1969 les Français ayant un "habitat mobile" constitue selon l'ONU une violation du Pacte International relatif aux droits civils et politiques
Le "livret de circulation" auquel sont astreint depuis 1969 les Français ayant un "habitat mobile"  fait polémique de longue date, beaucoup voyant dans cette spécificité réglementaire visant en réalité les Gens du voyage, un cas flagrant de discrimination. Déjà, en 2012 et 2013, deux propositions de loi portées par les écologistes puis par le PS prévoyaient sa suppression. Mais les projets n'avaient jamais été inscrits aux calendriers des discussions au Parlement. La décision datant de mars 2014 rendue par le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU pourrait accélérer les choses. Il a en effet condamné la France à revoir sa copie dans les 6 mois.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

dimanche 15 février 2015

Quel accueil des enfants pauvres dans les écoles?

Travailler à la réussite de tous est une urgence pour l'école française. 
On sait qu'environ 140 000 jeunes quittent chaque année l'école sans diplôme. Pisa nous a appris que la France est le pays de l'OCDE où les inégalités sociales sont les plus importantes dans le devenir scolaire. Le pays a développé une éducation prioritaire qui n'arrive pas à assurer le droit de tous à l'instruction.

Marie -Aleth Grard, présidente du Mouvement ATD Quart Monde pilote une mission de la mission éducation du Conseil économique, social et environnemental (le Cese) qui travaille sur la réussite de tous les élèves à l'école, c'est à dire sur l'accueil des enfants défavorisés:
Elle remettra en mai un rapport qui devrait faire des préconisations concrètes. pour  réaliser l'école de la réussite de tous ? 
Pour plus d'infos, cliquez sur le dessin. 

Le prix de la santé dans le monde

Une carte beaucoup plus parlante que les longs discours qui nous apprend que la France a le meilleur service de santé et qu'il faut absolument le défendre.
Le magazine américain Vox publie ce document  qui s’appuie sur données fournies par la MGEN : elle montre l’état du prix de la santé dans le monde.

Ce qui est frappant :
- la France qui est au plus bas de l’échelle (ce qui est pour une fois un avantage)
- les Etats-Unis qui sont au plus haut (ce qui est pour une fois un gros désavantage)
Source: Xavier de La Porte,| Rédacteur en chef de Rue 89

samedi 14 février 2015

Chômeurs de longue durée: ALERTE demande un réel engagement des partenaires sociaux.

Communiqué du collectif Alerte
Lors de la conférence sociale, le Président de la République et le Premier ministre avaient repris la demande majeure du Collectif ALERTE d’un plan de lutte contre le chômage de longue durée. Ils avaient compris que seule la mobilisation des entreprises, aux côtés des associations d’insertion par l’activité économique notamment, et du handicap, permettrait de trouver des solutions. Faute de volonté des partenaires sociaux, le plan ne répond finalement pas à ce jour à cet enjeu et risque de s’en trouver freiné. ALERTE demande l’engagement des entreprises et des syndicats dans un Accord National Interprofessionnel.


L’abondement du compte personnel de formation devrait être proportionnel au degré d’éloignement de l’emploi. Le volume d’heures doit être précisé. En plus des fonds gérés par les partenaires sociaux, ALERTE demande que des abondements soient apportés par d’autres partenaires.
Pour lire la suite du communiqué, cliquez sur la logo.

vendredi 13 février 2015

Lettre d'information "Droits de l'Homme" de la LDH N° 109, février 205: "L'intelligence de la raison et le courage de la conviction"

Parution de la Lettre d’information « Droits de l’Homme » éditée par la LDH, 
avec son éditorial « L’intelligence de la raison et le courage de la conviction », son dossier « Attentats et suite, retour sur actualité », et sa série d’articles d’actualités.


Pour lire cette lettre, cliquez sur le logo. 

jeudi 12 février 2015

Violences policières dans un bidonville

Communiqué LDH
La Ligue des droits de l’Homme s’alarme de la montée de la violence, notamment policière, à l’encontre des populations roms, ou désignées comme telles, habitant dans des bidonvilles.
Dans la soirée du 8 février 2015, aux alentours de 22 heures, quatre fonctionnaires de la Brigade anticriminalité (Bac) se sont introduits dans un bidonville situé aux 4-Cantons, sur la commune de Villeneuve-d’Ascq (59). Cette intrusion était, aux dires des fonctionnaires, justifiée par la poursuite d’un flagrant délit de vol d’un sac à main d’une personne âgée.

Lors de cette intervention, des coups ont été portés sur des habitants. Il y a eu au moins un blessé. Des gaz lacrymogènes ont été utilisés contre des femmes et des enfants, dont un nourrisson, et plusieurs « baraques » et caravanes ont été « fouillées ». Des coups de pistolet ou de Flash-ball auraient été tirés. Les fonctionnaires de la Bac ne se sont identifiés que tardivement. L’opération s’est terminée au bout d’une heure après l’arrivée de la Police nationale, agissant selon les règles normales d’intervention. Il n’y a eu aucune interpellation.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur le logo.

DRECK, hier soir au Théâtre Liberté de Toulon.

Une pièce de Robert Schneider dont on ne sort pas indemne.
Caisse de résonance des chaos du monde, le texte de Robert Schneider défie notre sens moral. L’acteur Alain Fromager explore jusqu’au vertige la force et les failles de cet inquiétant personnage de Sad, figure troublante de l’altérité et livre une performance époustouflante de cette pièce-choc recréée au Théâtre Liberté la saison dernière, après une première version il y a quinze ans.
Il dit s’appeler Sad, ce clandestin qui a traversé les continents pour arriver ici. Il vend des roses et vit avec Nabil, clandestin comme lui qui gît sur un lit sale dans un coin sombre un peu plus loin. Sans âge, sans famille, il ne possède qu’une chaise pour pays...
Sad nous raconte alors son amour pour la littérature et la langue allemandes. Son soliloque est troublant, une confession imprévisible truffée de souvenirs qui l’humanisent profondément, d’aveux qui entament sa dignité, de mensonges et de reniements qui nous égarent dans l’appréhension de sa véritable personnalité. Sad ne se donne aucun droit, même pas celui de dire « merci », son nom, il ne le crie que dans le bruit assourdissant des rames de métro. Non, il « ne méritait pas de venir ». Dreckest une pièce qui défie notre sens moral. Sad fait alors siens les arguments de son bourreau. Chant humain universel, Dreck est un acte de théâtre puissant.
Pour plus d'infos, cliquez sur la photo et ici . 

Swissleaks : Les journalistes du "Monde" dénoncent "l’intrusion dans le contenu éditorial" de Pierre Bergé

Parce que "Nous n’acceptons pas le fanatisme et la violence et nous sommes attachés à la démocratie et l’Etat de droit et la liberté de la presse est un des biens les plus précieux que nous avons acquis (LDH France, 7 janvier 2015), nous soutenons le combat des journalistes du Monde. .
Interrogé mardi sur RTL sur le scandale de fraude fiscale de la banque HSBC en Suisse, le président du Conseil de surveillance du "Monde" avait "réprouvé" les méthodes de travail de ses journalistes. Des propos qui ont soulevé l’indignation de la direction du journal et des journalistes du quotidien.
Les journalistes et la direction du journal Le Monde n’apprécient pas beaucoup les attaques de leurs actionnaires principaux, dont Pierre Bergé, président du Conseil de surveillance du quotidien, sur leur travail d’investigation qui a conduit à révéler le scandale de fraude fiscale organisé par la banque HSBC en Suisse – dit Swissleaks. Et ils le font savoir dans deux communiqués de la Société des rédacteurs et de la direction, publiés ce mercredi 11 février sur le site du quotidien.
Pour lire ces communiqués, cliquez sur "Le Monde"