mardi 31 mars 2015

Départementales : revue de presse européenne

Nos élections départementales vues de l'étranger.

Large victoire de la droite au second tour des élections départementales, dimanche 29 mars. Elle dirige désormais 70 des 101 conseils généraux. Laissant au Parti socialiste plus qu'un tiers des cantons qu'ils dirigeaient depuis le dernier scrutin. La défaite est lourde pour la majorité, même la Corrèze, terre d'élection de François Hollande, est tombé dans l'escarcelle de l'UMP. Quand au parti d'extrême-droite, le Front national, avec 22% des suffrages exprimés, il est devenu une force politique incontournable dans le pays. Pourtant malgré sa poussée, le parti d’extrême droite ne l’a emporté que dans 31 cantons sur 2 054.
Pour découvrir cette revue de presse, cliquez sur l'urne. 

Protection des prostitué-e-s: non à la pénalisation.

Communiqué commun
Ligue des droits de l’Homme (LDH), Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (SM)
 Les 30 et 31 mars, le Sénat examinera la proposition de loi « renforçant la lutte contre le système prostitutionnel ».
Le délit de racolage passif pourrait être maintenu, et la pénalisation des clients introduite dans l’arsenal répressif.
Ces dispositions sont tout à la fois dangereuses et inefficaces.
Dangereuses, parce que l’instauration d’un délit de racolage contraint les personnes prostituées à la clandestinité pour éviter les contrôles de police, accroît leur vulnérabilité en les rejetant vers des lieux isolés et précaires, en les laissant à la merci des clients violents, et contribue à la dégradation de leur état de santé. De toute évidence, la pénalisation des clients aura exactement le même effet, puisque les prostitué-e-s chercheront à leuréviter la verbalisation.
Dangereuses, encore, parce que cette pénalisation s’attaquant à la prostitution de voie publique, encouragera la prostitution « indoor », qui favorise l’isolement des prostitué-e-s et les prive ainsi d’accès aux services et associations susceptibles de les aider.
Inefficaces, parce que les prostitué-e-s arrêté-e-s pour racolage ne dénoncent pas leurs proxénètes etqu’au contraire la multiplication des contrôles les conduit à se méfier de la police. Quant à leurs clients, ils ne seront pas en mesure de dénoncer des réseaux dont ils ignoreront tout. Or la lutte contre les réseaux de traite et le proxénétisme doit être la priorité absolue.
Nos organisations réaffirment que, s’agissant d’éducation et de sensibilité à l’égalité entre les êtres humains, le droit pénal, qui n’est pas le droit de la morale, ne peut être la solution.
Nous appelons donc les sénateurs à abroger le délit de racolage et à refuser d’introduire la pénalisation du client dans le Code pénal.

Paris, le 30 mars 2015

L'antisémitisme est à condamner, d'où qu'il vienne!

Communiqué LDH
La Ligue des droits de l’Homme a été informée d’une image et d’un texte antisémite diffusés sur le réseau social Facebook, le 3 août 2014, affirmant, parmi d’autres propos insupportables, que la Shoah ferait partie d’un plan global conçu par « les juifs » visant à coloniser la Palestine.
Ayant préalablement tenté de les faire retirer et après avoir constaté qu’aucune condamnation publique d’une telle publication n’avait eu lieu, notamment auprès de ceux ou de celles qui avaient approuvé ce texte par leurs commentaires, face au refus de tout dialogue, la LDH a été contrainte de déposer plainte auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Montpellier notamment pour provocation à la haine, à la discrimination et à la violence à raison de la religion. Une enquête est en cours.

La LDH découvre avec stupéfaction que loin de condamner de tels propos et de tels actes, certaines organisations prennent fait et cause pour celles et ceux qui ont rendu publics de tels messages.
Cette attitude est d’autant plus scandaleuse que ces organisations ciblent nominalement des membres de la section LDH de Montpellier, tandis que la plainte a été déposée par l’association au plan national.
La LDH ne faiblira pas face à ces méthodes d’intimidation. Elle rappelle que d’où qu’il vienne, l’antisémitisme doit être condamné et qu’il n’y a pas lieu, jamais, de le justifier au motif d’une cause quelconque. L’antisémitisme, au même titre que toutes les formes de racisme, est une abomination qu’il convient de systématiquement combattre.
La LDH espère que toute la lumière sera faite sur ces publications scandaleuses et apporte tout son soutien à ses membres qui font l’objet d’injures ou de menaces.


Paris, le 30 mars 2015

lundi 30 mars 2015

Départementales 2015: l'analyse des résultats dans le Var

http://memorix.sdv.fr/5/www.varmatin.com/services/meteo/849802021/Position1/SDV_NMA/default/empty.gif/77464f672b4531535a55454141445268?
Dans une vidéo que vous pouvez voir en cliquant sur la photo, Patrice Maggio, rédacteur en chef du journal Var-matin analyse les résultats des élections départementales dans le Var à l'issue du second tour.

Départementales : les cinq phrases à dire pour montrer que vous avez tout compris

Vous avez préféré regarder le match France-Danemark plutôt que suivre les résultats du second tour des élections départementales, dimanche 29 mars ? 
Vous avez peur de sécher durant les conversations avec vos collègues à la machine à café, lundi matin ? Francetv info vous facilite la vie et vous propose cinq phrases grâce auxquelles vous ne manquerez pas de briller
1) "T'as vu ? Le FN a fait pschitttt"
2) "Finalement, c'est l'UMP qui rafle la mise"
3) "Hollande et Valls doivent l'avoir mauvaise, ils ont perdu leurs fiefs"
4) "En Lozère, ils ne font rien comme tout le monde"
4) "Franchement, y a des départements où ça va être le bazar demain…"
Pour plus d'arguments, cliquez sur l'urne. 

dimanche 29 mars 2015


« Si on me dit qu’il ne me reste qu’une journée à vivre, je la consacrerai à la lutte pour les droits humains ».

 « Si on me dit qu’il ne me reste qu’une journée à vivre, je la consacrerai à la lutte pour les droits humains », nous dit Mutabar Tadjibaeva, présidente de l’association « Club des Cœurs Ardents ».
Journaliste et militante ouzbek de 53 ans, elle est arrivée en France en tant que réfugiée politique en 2009. Dans son pays d’origine, dirigé depuis un quart de siècle par le dictateur Islam Karimov, elle n’est plus la bienvenue. En Ouzbékistan, Mutabar enquêtait sur le trafic de drogue, la corruption et les violations des droits humains : menaces, prison, tortures, viol, son combat contre le régime lui a coûté cher.
Pour lire la suite de ce document, cliquez sur la photo.
Et si on vous dit qu'il ne vous reste qu'une action à faire dans la journée, vous irez déposer votre bulletin de vote dans une urne. 

samedi 28 mars 2015

Ce matin, j'ai relu "Matin Brun", de Franck Pavloff.

Ce matin, pour la énième fois, à la veille d'élections qui risquent de changer le visage de notre pays, j'ai relu "Matin Brun."
Cette nouvelle très courte nous présente les dangers de l'uniformisation, de la pensée unique, du fascisme,  du totalitarisme à cause de petites compromissions et de refus de s'engager.

Pour lire ou relire ce pavé dans la mare de l'extrême droite, cliquez sur la couverture du livre de Pavloff. 

Charlie est dans les kiosques

Avez-vous lu le Charlie de mercredi dernier dont voici la couverture? 

Le président de la cour d’assises : « Virginie était-elle une fille facile ? »

En 2011, l’association "Osez le féminisme" avait  lancé une campagne contre le viol, dont l’un des principaux objectifs était de lutter contre les idées reçues à propos du viol (« Ce sont surtout les filles provocantes qui sont violées »,  « Le viol est provoqué par la testostérone», etc.)
Le président de la Cour d'Assises n'avait surement pas été frappé par cette campagne et il a cherché désespérément ce qui dans l'attitude de la victime, nommée dans ce procès Virginie, pouvait sinon justifier du moins excuser le violeur meurtrier.

Virginie était plutôt petite, brune aux cheveux courts. Elle se trouvait un peu classique parce qu’elle aimait la peinture et les chats. Elle a été violée et tuée à 26 ans.
Son agresseur n’avait aucun antécédent judiciaire, il était un « copain de copain ». Rien de quoi alerter Virginie quand elle le rencontre dans une soirée d’amis communs. Il la raccompagne le soir venu « parce que c’est son chemin », mais il « pète un plomb », « une pulsion ». Il viole la jeune fille puis, « dans la panique », parce qu’il « ne savait plus comment s’en sortir après », il la tue.
Il lui demande si elle « l’a aguiché »
Renvoyé devant la cour d’assises, il avoue l’acte sexuel sous la contrainte et le meurtre. Pourquoi elle ? Il ne sait pas, elle était joyeuse et sympa. Le président lui demande si elle « l’a aguiché ». Non, peut-être que lui pendant la soirée, il l’aurait un peu cherchée mais de son côté à elle, non Monsieur le président, non.
La possibilité d’une « aguicheuse », du genre dont la société pense « qu’elle l’aurait bien mérité », est donc réfutée par l’agresseur lui-même. Mais le débat ne semble pas clos pour autant, le président veut savoir comment se comportait Virginie avec les hommes.
Quand un ami d’enfance vient témoigner, s’étranglant en sanglots pour dire comment sa vie s’est écroulée, le président s’émeut mais interroge encore : « Virginie était-elle une fille facile ? » Le jeune homme est totalement décontenancé, sidéré, il venait parler de son amie, gaie, forte et qu’on lui a enlevée. Le président ne semble pas faire attention à ce qu’a provoqué sa question, il poursuit :
« On a vu des photos sur lesquelles elle ne portait pas de jupe, mais était-ce toujours le cas ? »
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur l'affiche de la campagne "d'Osez le féminisme" 

Var: Mort d'un détenu à La Farlède,

Un détenu  du centre de détention de La Farlède (Var), près de Toulon,  âgé d'une cinquantaine d'années, a été retrouvé inconscient jeudi matin, portant des traces de coups à la tête, puis déclaré mort vendredi. 
Son codétenu, un homme de 34 ans, l'aurait frappé à plusieurs reprises, touchant un point vital.

 Le quinquagénaire était incarcéré pour des affaires liées au banditisme marseillais.
Cet épisode dramatique est lié aux conditions de vie en milieu carcéral Pourtant, une loi française de 1875 rappelle  qu’un détenu doit bénéficier d’une cellule individuelle. Ce principe est aujourd’hui loin d’être appliqué et on ne peut que le regretter

Une information judiciaire devait être ouverte vendredi pour homicide.

vendredi 27 mars 2015

Lors du premier tour des départementales, le parti a battu son score record en termes de suffrages exprimés, mais pas en pourcentage des inscrits ni en voix.

Un record en termes de suffrages exprimés, mais pas en termes d'inscrits ni de voix: le FN a réalisé lors du premier tour des élections départementales, dimanche 22 mars, une performance substantielle en dépassant pour la première fois le quart des suffrages exprimés (25,24%).
Comment la restituer dans l'histoire du parti frontiste? Le graphique ci-dessus montre les scores du parti en pourcentage des exprimés et des inscrits, depuis sa création et sa première entrée dans l'arène électorale (0,44% des voix aux législatives 1973).
En exprimés, le FN réalise donc le meilleur score de son histoire, en hausse d'environ 0,4 point par rapport à son score historique des européennes (24,85%). Encore faut-il noter que, contrairement à ce dernier scrutin, tous les électeurs n'avaient pas à disposition un bulletin de vote FN: le parti était présent dans 93% des cantons et affirmait couvrir 98% de la population de la France métropolitaine; Outre-mer, ses candidats ne «couvraient» qu'un gros quart de la population concernée.
Pour plus d'infos sur cet article, cliquez sur le dessin. 

Logique électorale

Un dessin publié sur Slate.fr

Dear White People, une satire du racisme sous l’ère Obama

Ce mercredi 25 mars sort en salles la savoureuse comédie Dear White People, qui raconte les tensions entre étudiants blancs et noirs sur le campus d’une université américaine. Une histoire tirée de l’expérience personnelle du réalisateur Justin Simien, que nous avons rencontré.
Il n’était pas chose aisée de réaliser un film sur les relations contemporaines entre noirs et blancs aux États-Unis, sous l’ère Obama. C’est pourtant ce qu’a réussi à faire Justin Simien dans son premier long métrage qui remporte un large succès outre-Atlantique.
Prix spécial du jury au festival de Sundance de l’année dernière, Dear White People est une comédie satirique qui parle avec humour et beaucoup de franchise des liens et des conflits entre deux groupes d’individus à la couleur de peau différente au sein d’un campus universitaire. Le film choral suit les histoires de quatre étudiants noirs Sam, Coco, Troy et Lionel, qui se retrouvent confrontés à un milieu majoritairement composé de gens blancs.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur l'affiche. 

jeudi 26 mars 2015

Départementales : un message fort de Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik est psychiatre, psychanaliste, éthologue et auteur de nombreux ouvrages, très connu pour avoir vulgarisé le concept de "résilience". Il a adressé  un message pour  expliquer ls enjeux de ce deuxième tour. 
"J'ai connu des régimes totalitaires, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. On sait maintenant comment ils se préparent : il faut d'abord désigner des boucs émissaires de façon à orienter l'agression contre les étrangers et les parasites sociaux en affirmant que le gouvernement précédent les a laissés s'installer. Quand l'émotion est ainsi provoquée les foules subjuguées sont faciles à manipuler.

 "Les discours totalitaires agissent sur les sentiments bien plus que sur la raison. Ils ne tiennent pas compte de la réalité qui est toujours plus nuancée et difficile d'accès.
"A l'opposé, les débats démocratiques donnent la parole à plusieurs conceptions du monde. Ils sont plus laborieux, ils exigent des échanges et parfois des compromis, mais ils évitent les dictatures et les radicalisations sociales.
"Je ne pensais pas qu'un jour, j'entendrais à nouveau des discours totalitaires qui renaissent dans le monde et en France.
"Il est plus que jamais nécessaire de prendre position pour défendre nos valeurs républicaines."
Boris Cyrulnik - 24 mars 2015

Augmenter la taille du texte « 300 hommes », « Jamais de la vie » : zoom sur le social en lambeaux

Deux films indispensables pour la LDH La Seyne
Imprimer
Sans-abri ou sans-dents, documentaire ou fiction : un certain cinéma français, très loin des figures imposées, ausculte la désespérance sociale et une réalité de l’Hexagone qui a rarement droit de cité sur les écrans.
Dans « 300 hommes » (dont Rue89 est partenaire), en salles ce mercredi, Aline Dalbis et Emmanuel Gras plantent leur caméra dans un centre d’hébergement à Marseille où se pressent chaque soir des SDF en quête d’un repas et d’un lit.
Dans « Jamais de la vie », en salles le 8 avril, Pierre Jolivet met en scène l’itinéraire chaotique d’un gardien de nuit quinquagénaire, embarqué dans une aventure à hauts risques et broyé par la « logique » sociale de l’époque.
Deux films importants qui observent la France d’aujourd’hui comme elle va mal.
Pour plus d'infos, cliquez sur l'affiche. 

Faire flèche de tout bois? par Pierre Tartakowsky, président de la LDH

Trois mois après la série d’attentats qui ont ensanglanté la capitale en janvier dernier, nous vivons encore à l’ombre de leurs gestions politiques, qui tiennent, pour l’essentiel, en une série d’annonces dont l’esprit est parfaitement résumé par l’expression « faire flèche de tout bois ».
Branches tordues et souches pourries au programme…
On pense évidemment d’abord au projet gouvernemental visant à « sortir » les délits d’insultes racistes et antisémites de la loi de 1881 sur la presse. Il s’agirait, nous explique-t-on, d’être plus ferme, plus rapide, de faire fi des arguties de la défense, bref, de se doter enfin d’une justice qui soit à la mesure des périls. Le problème… Le problème est ailleurs. Les peines ? Elles existent, elles sont lourdes. La loi de 1881 serait lente ? Mais c’est la justice qui est lente, handicapée par son manque de moyens, matériels et humains. Limiter – car c’est de cela qu’il est en fait question – les droits de la défense ? Il y a mieux pour faire progresser la justice… Le vrai problème tient à la caractérisation du délit, toujours difficile à établir en la matière, plus difficile en fait que pour un braquage de banque, une escroquerie à la carte de crédit ou un crime passionnel.

La mesure que l’on tente de nous vendre comme une panacée relève en fait d’une « illusion répressive » ; si elle devait devenir réalité, gageons qu’elle engendrerait affolement, tensions, provocations. Dans le même ordre d’idées, on a pu mesurer ce qu’avait entraîné la mesure sortant – déjà – « l’apologie de terrorisme » de la loi de 1881 : multiplication d’enfants, d’adolescents et d’enseignants traînés devant la police ou suspendus. Avec, à la clé, un sentiment prégnant d’injustice.
De la même façon, la démarche des députés pyromanes qui remettent sur la table un projet de loi interdisant le port de signes religieux dans les crèches privées donne la mesure d’un acharnement islamophobe imbécile et extrêmement dangereux en ce qu’il porte en lui la démonstration claire et méprisante du refus de l’autre quand cet autre est – ou soupçonné d’être – musulman. Dans un tel contexte, les déclarations du Premier ministre sur « l’apartheid » en France ou sa « peur » devant le Front national risquent fort d’alimenter – plutôt que combattre – l’ethnicisation détestable du débat public.
On voudrait alimenter une société de défiance et de violence, aux antipodes des valeurs d’égalité et de fraternité qui sont aux fondements de la République, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.
Lutter contre le racisme, l’antisémitisme, contre l’islamophobie et les discriminations appelle en fait d’articuler des mesures d’ordre politique et juridique ; des mesures sur les terrains territoriaux, de l’emploi, du logement. Cela suppose aussi et surtout de dégager la laïcité de tous les délires laïcistes et islamophobes, bref, de cesser de faire flèche de tout bois. D’évidence, beaucoup reste à faire…

Inquiétude des organisations des droits de l'Homme fcace à un projet de loi visant à donner aux agences de renseignement de nouveaux pouvoirs qui ne sont pas sans danger.

Communiqué commun de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Reporters sans frontières, Amnesty International, Privacy International
Privacy International, Amnesty International, la FIDH, la Ligue des droits de l’Homme et Reporters sans frontières font part de leur vive inquiétude face aux pouvoirs de surveillance accrus dont devraient bénéficier les agences de renseignement, comme le prévoit un projet de loi qui sera présenté au Parlement français ce jeudi. La nouvelle loi prévoit en effet que les agences de renseignement françaises seront autorisées à pirater les ordinateurs et autres appareils, et pourront espionner les communications de toute personne ayant été en contact, même par hasard, avec une personne suspecte. Le projet de loi prévoit en outre que les agences de renseignement pourront réaliser ces opérations sans devoir obtenir d’autorisation judiciaire.


Nos organisations expriment leur plus vives inquiétudes par rapport à cette proposition de loi qui propose d’installer des technologies de surveillance directement chez les fournisseurs d’accès à Internet et dans les entreprises de télécommunication afin d’analyser toutes les activités sur Internet grâce à des algorithmes développés par le gouvernement. Nos organisations considèrent qu’il s’agirait là de la mise en place de systèmes de surveillance de masse qui iraient à l’encontre du respect de la vie privée des internautes, et que ces systèmes pourraient potentiellement mettre à mal la liberté d’expression et entraîner de graves dérives.
Cliquez sur le dessin pour lire la suite du communiqué 

mercredi 25 mars 2015

Une chanteuse israélienne, engagée pour la paix, insultée et menacée à l'aéroport de Tel Aviv

Toute ressemblance avec des situations existantes ou pouvant exister  serait évidemment pure coïncidence.
 La chanteuse israélienne Noa, qui collabore fréquemment avec des artistes palestiniens, a été insultée à l'aéroport de Tel Aviv. Archives AFP
La chanteuse israélienne Noa, connue pour ses positions de gauche et son engagement pour la paix avec les Palestiniens, a été menacée et insultée récemment à l'aéroport de Tel-Aviv, incident révélateur du climat post-électoral dans le pays, dit-elle sur sa page Facebook.
Achinoam Nini, chanteuse israélienne d'origine yéménite plus connue sous le nom de Noa, est rentrée il y a quelques jours d'une tournée en Italie et dit avoir "eu droit à un beau comité d'accueil à l'aéroport".

"Ils ont crié: Voilà Achinoam Nini, l'Israélophobe!", rapporte-t-elle. Il s'agissait apparemment du mouvement spontané de quelques personnes qui l'ont reconnue dans le hall d'arrivée de l'aéroport, a-t-elle dit dans la presse. "Nous allons nous occuper de toi comme nous nous sommes occupés de Gefen", lui ont-ils lancé, selon son récit sur Facebook. Ils faisaient référence à l'agression, vendredi après-midi, de l'écrivain Yonatan Gefen, de gauche lui aussi. Un inconnu est venu chez Yonatan Gefen, a tenté de le frapper et l'a traité de "traître" et de "gauchiste".
Yonatan Gefen avait écrit sur sa page Facebook après le triomphe de Benjamin Netanyahu aux élections parlementaires du 17 mars que cette date devrait rester comme la "Nakba" du camp de la paix. La Nakba ("catastrophe" en arabe) est le terme employé par les Palestiniens pour parler de la création de l'Etat d'Israël
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo de Noa.

François Roddier « On atteint le point critique : l’effondrement de notre civilisation »

François Roddier est intervenu plusieurs fois lors de nos pique-niques républicains à La Seyne. 
Il nous avait déjà sensibilisés aux  dangers Imprimerencourus par notre civilisation. Il développe sases idées dans un article paru dans l'Obs-Rue 89
François Roddier marie économie, biologie et thermodynamique pour analyser notre monde et ses crises. Pour lui, le choc de la fin du pétrole sera très brutal, mais nous pouvons surmonter cette transition abrupte.
La pensée de François Roddier est complexe. Il faut du temps pour l’assimiler. Mais son intérêt vaut largement les minutes nécessaires à son appréhension.
En mariant l’économie, la biologie et la thermodynamique (l’étude de l’énergie et de ses transformations), cet astrophysicien de presque 80 ans propose une lecture étonnante et passionnante de notre monde et de ses crises.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo. 

Visite en France du président du Kirghizstan, Almazbek Atambayev

Préoccupations quant aux entraves aux libertés d'association et d'expression au Kirghizstan
Paris-Genève, le 23 mars 2015
Monsieur le président de la République,

A l’occasion de la visite du président Almazbek Atambayev en France le 25 mars prochain, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), ainsi que la Ligue française des droits de l’Homme (LDH), vous appellent à démontrer l’engagement de la France pour la défense des droits humains et à inscrire la protection des défenseurs et des libertés d’association et d’expression à l’agenda des discussions avec votre homologue kirghiz.
Nous vous invitons à porter une attention particulière au projet de loi sur les « Organisations non-commerciales » et sur l’« Enregistrement étatique de personnes morales et de leurs branches », dit projet de loi sur les « agents de l’étranger », actuellement en discussion au Parlement kirghiz. Ce projet de loi, inspiré de l’exemple russe qui a conduit en Russie à la fermeture de plus de 40 ONG nationales, risque de porter lourdement atteinte à la capacité de la société civile kirghize à mener ses activités librement, ainsi qu’aux libertés d’association et d’expression
Pour lire la suite de ce courrier, cliquez sur le logo.

Projet de loi sur le renseignement . Note de la Ligue des droits de l’Homme

Le gouvernement a décidé de présenter au Parlement un projet de loi sur le renseignement. 
Ce projet a été présenté comme une nécessité à la suite des attaques terroristes du mois de janvier 2015. Il est destiné, selon le gouvernement, à renforcer les moyens de lutte contre le terrorisme tout en préservant les droits des citoyens.
La LDH observe tout d’abord six points qui lui paraissent essentiels. 
Pour lire la suite de cette note, cliquez sur le logo. 

mardi 24 mars 2015

Nous voulons la liberté d'avorter pour toutes les femmes d'Europe.

Nous avons toujours souhaité que l’Union européenne permette l’harmonisation des droits par l’extension des législations nationales les plus progressistes. 
Or il existe entre les pays membres de l’Union européenne une criante inégalité en ce qui concerne le droit à l’avortement : il n’est pas reconnu en Pologne, à Malte, en Irlande, et remis en cause en Espagne. Le Parlement européen vient enfin d’adopter deux résolutions en faveur de l’accès des femmes à la contraception et du droit garanti à l’IVG. Reste à les transcrire dans la loi et dans les faits.

Pour contribuer à ce qui sera un immense progrès, nous vous invitons donc à signer la pétition dont vous trouverez le lien ci-dessous :
Pour signer la pétition, cliquez sur la photo. 


Chine: Libérez les défenseurs des droits des femmes.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des Droits de l’Homme demande aux autorités chinoises de libérer immédiatement et inconditionnellement les cinq défenseurs des droits des femmes détenues en amont de la journée internationale des droits des femmes.
Leur détention ne vise en effet qu’à sanctionner leurs activités légitimes et pacifiques de défense des droits de l’Homme. Dans l’attente, leur droit à un procès équitable doit être pleinement respecté.
Les 6 et 7 mars 2015, neuf défenseurs des droits des femmes et pour l’égalité des genres, ont été arbitrairement arrêtés (pour plus d’informations, voir l’appel urgent de l'observatoire du 13 mars). Cinq d’entre elles, à savoir Mlle. Li Tingting, aussi connue sous le pseudonyme de “Li Maizi”, manager du programme LGBT au centre Yirenping de Pékin, Mlle. Wu Rongrong, fondatrice et directrice exécutive du centre pour femmes  Weizhiming d’Hangzhou, Mlle. Zheng Churan, aussi connue sous le pseudonyme de “Datu”, membre du centre Yirenping à Guangzhou, Mlle. Wei Tingting, directrice de l’organisation Ji’ande pour les droits des personnes LBGT à Pékin, et Mlle. Wang Man, coordinatrice du Global Call to Action Against Poverty (GCAP) basée à Pékin, restent à ce jour en détention dans la capitale, sans qu’aucun chef d’accusation n’est officiellement été retenu contre elles.
Pour lire la suite de e communiqué, cliquez sur le logo. 

Manifeste - Unissons -nous contre l'islamophobie et les dérives sécuritaires.

La marche du 11 janvier 2015 a exprimé la condamnation résolue des attentats des 7, 8 et 9 janvier et la solidarité avec les victimes.
Que nous y ayons participé ou pas, nous dénonçons ceux qui tentent de dévoyer et de pervertir l’émotion légitime qui s’est manifestée ce jour-là en dressant une partie de la population contre une autre, en alimentant une islamophobie nauséabonde.
C’est donner ainsi raison, après coup, aux terroristes, dont l’intention était clairement de provoquer la rupture entre les habitants de ce pays, le rejet de l’islam dans une part importante de la population, et la peur chez les musulmans et chez les juifs.
La plupart des responsables politiques et des commentateurs ont dénoncé avec raison toute tentative d’amalgame. Certains sont pourtant tombés dans ce piège, et ont tenu des propos inadmissibles ou lourds de sous-entendus. Déjà, le nombre d’actes islamophobes (agressions physiques ou verbales de personnes, attaques contre des lieux de culte, etc.) se monte à plus de 200 durant les deux semaines qui ont suivi ces tueries, autant que durant toute l’année 2014.
Pour lire la suite de ce manifeste, cliquez sur le logo. 

samedi 21 mars 2015

Avis de tempête politique sur la Côte d’Azur : la presse indépendante ne baisse pas les bras

A Marseille et dans sa région, la presse et le politique traversent une crise aiguë. Et l’orage gronde en ces temps d’élections. 
Le clientélisme continue de gangrener la démocratie locale, le FN se prépare à sabrer le champagne, l’UMP y recycle à grande échelle ses thèmes sécuritaires et xénophobes, et la presse régionale se meurt. Pourtant, des îlots de résistance ne se résignent pas. Le mensuel le Ravi, dédié à l’enquête et à l’irrévérence, en fait partie. Son rédacteur en chef, Michel Gairaud, appelle « à défendre une presse libre, nécessaire pour permettre un futur printemps démocratique ».


Pour lire la suite, cliquez sur la photo.

Lettre ouverte au premier ministre au sujet du logement et de l'hébergement.

Monsieur le Premier ministre,
Les annonces récentes faites dans le cadre du plan Egalité et Citoyenneté sur les personnes reconnues prioritaires  DALO et les ménages qui sont sous le seuil de pauvreté vont aggraver la situation de ces personnes en leur fermant les portes de l’offre de logements accessibles et en les stigmatisant. Pour les deux collectifs en effet, empêcher les relogements de ces ménages dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville se retournera immédiatement contre les personnes les plus pauvres en leur imposant des délais supplémentaires puisque ce sont majoritairement dans ces quartiers que se trouvent les logements financièrement accessibles.
Sachant que les solutions alternatives n’existent pas encore, faute d’une programmation ambitieuse de logements très sociaux dans les quartiers plus favorisés que nous demandons pourtant depuis plusieurs années. Dans ce contexte, prévoir dès maintenant l’arrêt de la construction de logements locatifs sociaux là où il y en a déjà plus de 50 %, revient à se priver de manière dangereuse et prématurée de solutions sans garantie d’alternatives.
Pour lire la suite de cette lettre, cliquez sur le logo.

Situation des droits de l'Homme au Maroc et au Sahhara Occidental

 Communiqué du REMDH
Bien que certains progrès aient été constatés en matière de respect des droits de l’Homme, ces derniers doivent encore être garantis dans la législation et dans la pratique et sont soumis actuellement à des restrictions inquiétantes, a déclaré le REMDH aujourd’hui dans son rapport de mission.

Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) a organisé une mission au Maroc et au Sahara occidental du 14 au 21 septembre 2014, afin d’y évaluer la situation en matière de respect des droits de l’Homme.
En 2011, des manifestations de masse ont secoué le pays, en même temps que des soulèvements historiques frappaient le monde arabe. En réponse à ces protestations, le roi Mohammed VI a lancé une réforme constitutionnelle et une nouvelle constitution a été adoptée en 2011. Le Royaume a ratifié de nombreuses conventions internationales dont l’instrument nécessaire à l’intervention du rapporteur spécial sur la torture. En revanche, trois ans plus tard, de nombreuses dispositions constitutionnelles ne sont toujours pas appliquées, que ce soit dans la législation ou dans la pratique.

Pour lire la suite, cliquez sur le logo. 

vendredi 20 mars 2015

Réflexion moutonnière


Justice pour Serge Atlaoui et tous les condamnés à mort en Indonésie!

C’est la cause qui rassemblera plusieurs ONG sous l'égide du collectif "Ensemble pour la peine de mort" (ECPM) le 24 mars prochain à proximité de l’ambassade d’Indonésie à Paris
« Nous avons plusieurs raisons d’être plus inquiets que jamais ! La mobilisation internationale – politique, médiatique et citoyenne – en soutien à Serge Atlaoui et aux autres condamnés à mort en Indonésie, s’impose urgemment. Le soutien des États dont des citoyens sont dans les couloirs de la mort indonésiens et la mobilisation de la société civile sont indispensables en ce moment particulièrement difficile », déclarent les organisateurs du rassemblement à Paris.
« Il n’y a plus une seule seconde à perdre ! S’il y a une dernière chance pour essayer de sauver Serge Atlaoui, citoyen français condamné à mort en Indonésie et de nombreux autres étrangers et indonésiens risquant une exécution imminente, c’est maintenant », selon l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), à l’origine de l’initiative, ainsi que ses partenaires :
Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat France), Agir ensemble pour les droits de l’Homme (AEDH), Agir pour les droits de l’Homme (ADH), Collectif Libérons Mumia, Ordre des avocats de Paris, Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Fiacat), Fédération des associations Réflexion-Action, Prison et justice (Farapej), Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), Fédération nationale des unions des jeunes avocats (FNUJA), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Lutte pour la justice (LPJ), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Poster for Tomorrow. Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’Homme (RAIDH), Save Innocents, Union Internationale des Avocats (UIA).
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur la bannière.

Attentat terroriste du Bardo: solidarité avec le peuple tunisien.

Message de la LDH à la LTDH.
La Tunisie et son peuple ami viennent de subir une attaque affreuse. La Ligue des droits de l’Homme assure la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), cette organisation partenaire dans la défense de la démocratie, de toute sa solidarité dans ce moment d’intense émotion. 
Elle lui demande de transmettre l’expression de sa solidarité au peuple tunisien.

La LDH condamne fermement cet attentat, dont le seul but est la déstabilisation d’un pays qui a choisi le chemin de la démocratie. C’est l’honneur de la LTDH d’avoir toujours cru en la victoire de la démocratie et à la capacité des Tunisiennes et des Tunisiens de la pratiquer.

Soyez assurés que, dans ce moment, vous pouvez compter sur notre soutien.
Pour lire la suite de ce message, cliquez sur le logo de LTDH.

jeudi 19 mars 2015

Je suis Tunisie


A paraître le 2 avril : "Les autres visages de la Russie" - Artistes, militants, journalistes, citoyens... face à l’arbitraire du pouvoir

Sur Vladimir Poutine, tout a été dit ou presque : la corruption, l’autoritarisme – contesté par les Russes en décembre 2011 –, la « verticale du pouvoir », qui s’est renforcée depuis sa réélection à la présidence en 2012.
Pourtant, le quotidien vécu par de nombreux Russes demeure largement méconnu : associations harcelées, médias bâillonnés, liberté d’expression limitée, homosexuels marginalisés...


Cette réalité, des citoyens d’horizons divers la refusent : les désormais célèbres Pussy Riot, mais aussi des personnalités qui ne font pas les gros titres de la presse mondiale. Journalistes, artistes, enseignants, militants environnementalistes ou simples manifestants, ils payent souvent cet engagement de leur liberté ou de leur sécurité.
Pour plus d'infos, cliquez sur la couverture du livre. 

mercredi 18 mars 2015

L'archipel du Vanuatu, terrible effigie de l'urgence climatique

Trente-cinq organisations, dont la LDH, se sont regroupée au sein du collectif Urgence climatique justice sociale (UCJS voir ici ) ont décidé de s’engager conjointement pour organiser des initiatives communes et peser sur les décisions du sommet de Copenhague de décembre 2009.
Elles considèrent que les mesures mises en œuvre et prévues par les différents États face au changement climatique sont tout à fait insuffisantes. Considérant que le réchauffement climatique met en danger les moyens d’existence et les vies de milliards d’êtres humains, et menace d’extinction des millions d’espèces, elles appellent à une action urgente et radicale. Des mesures véritablement alternatives sont nécessaires.
6 ans plus tard, le cyclone qui a ravagé l'archipel du Vanuatu prouve le bien fondé de leurs craintes.
Trois jours après le passage du cyclone Pam et ses vents de plus de 300 km/h sur le Vanuatu, les autorités peinent toujours à établir le contact avec les îles reculées de cet archipel du Pacifique, qui rassemble près de 270 000 habitants. Elles craignent une catastrophe humanitaire. Rien que dans la capitale, Port-Vila, 85% des maisons ont été détruites et 15 000 personnes seraient sans abri. Si le bilan provisoire est de vingt-quatre morts, selon les Nations unies, les autorités s'attendent à en découvrir beaucoup plus. Sans parler des risques liés à la propagation des maladies liées à l’eau stagnante ou aux conditions d’hygiène insuffisantes. Le président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, appelle la planète à l’aide.
Pour lire la suite de cet aricle, cliquez sur la photo

Manifestation à Paris en faveur des lycéens sans toit

Près de 150 lycéens venus de 5 établissements parisiens ont manifesté le 16 mars devant l'hôtel de ville pour demander un logement décent pour des lycéens sans papiers SDF.
Selon Noël Reliquet, professeur de maintenance à l'EREA Edith Piaf de Paris, cela concernerait 14 des 110 élèves de l'établissement.  "Un jeune dort dans le couloir d'un foyer. Un autre dans un gymnase, nous a-t-il confié. "Ils n'ont rien pour manger ou se laver. Ce ne sont pas de bonnes conditions pour travailler". Ces jeunes sans papiers voient leur minorité contestée par le département de Paris. "On conteste leur âge avec des tests osseux qui sont douteux", nous a dit N Reliquet, "et cela malgré les papiers qu'ils peuvent avoir. On les met à la rue et là on leur refuse l'aide accordée aux majeurs car ils ne peuvent pas prouver leur majorité".
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo. 

La Semaine et la discrimination raciste à l'Ecole

Un article du Café Pédagogique.
Cette année encore l'Ecole va mollement célébrer, du 16 au 21 mars, la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme. A la suite des instructions officielles, il y aura différents prix, des projets pédagogiques, des expositions ici ou là. Pourtant l'Ecole n'échappe pas à la discrimination raciale même si le mot  fait peur. Mais elle préfère ne pas le voir.

Levons d'emblée un doute. Les acteurs du système éducatif, à commencer par les enseignants, sont certainement parmi les moins susceptibles d'être imprégnés d'idées racistes. Cette idéologie est exactement l'antithèse des bases du métier d'enseignant. Certes l'extrême droite a réussi à constituer un petit groupe de sympathisants enseignants. Mais ce n'est certainement pas en affichant le racisme.
Pourtant le système éducatif est parfaitement discriminatoire. C'est ce que nous dit Pisa 2012. En France les résultats scolaires sont liés plus qu'ailleurs à l'origine ethnique indépendamment de la situation sociale. A situation sociale comparable, selon l'OCDE, on observe un fort écart entre les résultats d'un autochtone et d'un allochtone. Et cela même pour la seconde génération.  Des études, comme les travaux de G Felouzis confirment le phénomène. " La ségrégation scolaire se construit en grande partie sur des  critères ethniques car le choix de l'établissement et l'évitement  de certains collèges se fait à partir des caractéristiques externes  et visibles du public des établissements", nous disait-il en 2014. "Et dans ce cas, le  critère ethnique devient très fort... La ségrégation  en fonction de l'origine ethnique des élèves est bien plus marquée qu'en fonction de leur origine sociale ou économique. Et cette mise à l’écart est un facteur déterminant de leur piètre acquis scolaire relativement aux natifs".
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le dessin

mardi 17 mars 2015

PROUDHON MODELE COURBET, Vendredi 20 mars à 20H45, à l'Espace Comedia, Toulon.

La Compagnie  Bacchus propose :
« Un cocktail très explosif ! /.../ C’est formidable ! /.../ Jean Pétrement nous invite à la tolérance et à la réflexion, c’est jouissif, et ça s’avale cul-sec ! » Le Monde.fr« Huis clos éclatant » L’Express« Subtilement écrit et interprété ! » Pariscope
« Ce petit chef-d’oeuvre est un véritable régal !» Le Monde Libertaire « Excellente comédie » France Culture.
 Querelle de génies : 1855, Huis clos dans l’atelier de Courbet ! Une dispute philosophique remarquable, puissante et jubilatoire oppose Proudhon, héros de la Révolution de 1848, à Courbet.

Un duel entre le bel esprit ombrageux et le génie bouillonnant de vie et de désirs qui revendique sa liberté de créateur auquel se joignent Jenny, femme libre et émancipée qui tourbillonne entre les deux hommes et Georges, paysan-braconnier aux idées conservatrices. Souvent drôle, ce dialogue à quatre voix est servi par de formidables comédiens qui transcendent un texte fulgurant de rythme et d’intelligence.

Pour plus d'infos, cliquez sur l'affiche. 

lundi 16 mars 2015

Elections départementales. Exercer pleinement ses responsabilités civiques et électorales.

Communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme de La Seyne, inspiré par celui de  la
section Avignon - Carpentras
46 conseillers départementaux, 23 femmes et 23 hommes, doivent être élu-e-s les 22 et 29 mars prochains dans le Var, ceci pour un mandat de d’une durée de six ans.
De façon exceptionnelle, les élu-e-s seront renouvelé-e-s sur l’ensemble des cantons récemment redécoupés, et dont le nombre a été réduit pour le Var à 23 contre 43 jusque-là.
Tout indique que, dans un contexte politique agité de colères et de frustrations à la fois démocratiques et sociales, l’abstention risque d’être massive. Le risque est d’autant plus grand que, de façon assez hallucinante, les électrices et électeurs vauclusiens sont invité-e-s à se rendre aux urnes alors même que les règles du jeu constitutives de cette élection ne sont pas fixées.
Malgré cela, malgré tout cela, les enjeux demeurent. Enjeux du quotidien d’une part : les nouveaux conseils départementaux auront des responsabilités, et tout indique que les questions sociales en feront partie ; enjeux politiques: la mise en œuvre des lois paritaires, avec l’élection conjointe d’une femme et d’un homme ; enjeux démocratiques, enfin en effet, le Front national compte bien pousser ses avancées électorales et les conséquences graves que cela risque d’avoir sur l’effectivité des droits et sur l’état des libertés.

Dans ce contexte, à la fois insatisfaisant et dangereux, la Ligue des Droits de l’Homme estime que le pire serait de se désintéresser des enjeux et des périls. Elle appelle les électrices et les électeurs du Var  à exercer pleinement leurs responsabilités civiques et électorales.