samedi 9 mai 2015

Osama Hajjaj menacé par Daesh

On est très loin de l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme
"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"

quand on apprend que le  dessinateur jordanien Osama Hajjaj a reçu des menaces de mort en provenance de membres de Daesh en Jordanie.
Il avait publié dans son journal et sur les réseaux sociaux un dessin dénonçant la situation des femmes dans certains pays où la charia est appliquée. Le dessin n’a pas plu à certains membres de Daesh et à ceux qui soutiennent l’organisation terroriste en Jordanie.
« Ces lâches ne m’arrêteront pas. Je pense toujours que la liberté de pensée et d’expression est un droit essentiel », a déclaré le dessinateur.
Pour (re) découvrir "Cartooning for peace" cliquez sur le dessin. 

La face cachée du 8 mai 1945 : il y a 70 ans, les massacres de Sétif préfiguraient la guerre d’Algérie

Le 8 mai 1945, alors que la France fête sa victoire sur l’Allemagne hitlérienne, des massacres de civils débutent à Sétif, Guelma et Kherrata dans le Nord-Est de l’Algérie, alors sous domination française, après qu’un jeune scout musulman ait été tué pour avoir brandi un drapeau algérien. Ils se poursuivront jusqu’en juin 1945, entraînant la mort de dizaines de milliers d’Algériens.

C’est, pour la France, le pendant peu glorieux du 8 mai 1945. Alors que la victoire sur l’Allemagne nazie est fêtée de part et d’autre de la Méditerranée, un jeune scout musulman, Bouzid Saâl, brandit un drapea
u algérien lors d’un défilé où participent des nationalistes algériens à Sétif, dans le Constantinois, au Nord-est de l’Algérie. Il est tué par le coup de feu d’un commissaire de police, d’autres tirs suivent. C’est le début de sept semaines d’émeutes dans les villages du Constantinois (Gualma, Kherrata, Oued marsa, etc), réprimées par les autorités françaises, qui se termineront en juin 1945, après avoir entraîné la mort de 20.000 à 35.000 Arabes algériens (sources françaises). "C’est un mouvement spontané d’autodéfense et non une insurrection, comme on l’a prétendu", analyse pour Le Monde Jean-Louis Planche, historien spécialiste de l’Algérie et auteur de Sétif 1945.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

vendredi 8 mai 2015

Les liaisons dangereuses d'Orange et de son actionnaire l'Etat français dans les colonies israéliennes.

Israël/Palestine
Des organisations de la société civile dénoncent la relation d’affaires du groupe Orange avec l’entreprise Partner, active dans les colonies israéliennes situées dans le Territoire palestinien occupé, et la participation de l’État français, actionnaire d’Orange.
6 mai 2015 – Après de multiples démarches infructueuses pour entamer un dialogue avec l’entreprise Orange*, cinq organisations non-gouvernementales et deux syndicats** publient aujourd’hui un rapport qui démontre que par sa relation d’affaires avec la société israélienne de télécommunications Partner, Orange participe indirectement au maintien et au renforcement des colonies israéliennes situées dans le Territoire palestinien occupé, pourtant considérées illégales par la communauté internationale.

En effet, dans ces colonies, Partner fait construire des infrastructures sur des terres palestiniennes confisquées et offre des services aux colons et à l’armée israélienne. L’entreprise tire par ailleurs profit des limitations imposées à l’économie palestinienne par les autorités israéliennes, et contribue ainsi à l’asphyxie de celle-ci.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur l'affiche. 

Le maire de Béziers: un délinquant qui s'assume.

Communiqué LDH

Le maire de Béziers fiche les élèves de sa commune par leurs prénoms pour identifier les musulmans. Outre l’imbécillité intrinsèque d’une telle démarche, celle-ci est bien évidemment totalement illégale, comme le maire l’a reconnu lui-même. Si Béziers est sous la coupe d’un individu sans autre perspective que d’attiser la haine et la discrimination, elle reste néanmoins assujettie aux lois de la République. C’est pourquoi la LDH engagera les procédures nécessaires contre Robert Ménard et espère que le parquet de Montpellier, la Cnil et le préfet de l’Hérault feront de même.

jeudi 7 mai 2015

Appel au président de la République et à tous les élus Contre les naufrages en Méditerranée : des ponts, pas des murs !

Près de 100 organisations décident de se mobiliser face à la situation que connaissent les migrants en Méditerranée.
Après les naufrages qui, en Méditerranée, ont provoqué la mort et la disparition d’au moins 2 000 personnes depuis le début de l’année, les chefs d’Etat réunis lors du Sommet extraordinaire de l’Union européenne le 23 avril ont fait le choix non de sauver des vies mais de renforcer un arsenal sécuritaire en grande partie responsable de ces drames.
En vingt ans, plus de 20 000 personnes migrantes sont mortes aux frontières de l’Europe : nos organisations sont consternées par cette politique de non-assistance à personnes en danger.
Face à ces renonciations répétées aux valeurs fondatrices de l’Union européenne, nous appelons le président de la République française et ses homologues européens à mettre en œuvre une autre politique, qui soit conforme au respect de la vie et de la dignité humaine.
A cette fin, nos organisations exhortent les Etats membres, dont la France :

"Les patrons des multinationales prennent insidieusement le pouvoir, sans aucune légitimité et sans devoir rendre de comptes à personne"Susan Georges

Toute sa vie est un combat. A 80 ans, Susan George, présidente d'honneur d'Attac, n'a rien perdu de sa capacité de révolte. 

Avec l'arme des mots et de la précision, et son indéfectible accent de l'Ohio, elle milite contre les ravages du système néolibéral et pour un monde moins injuste. Auteur de nombreux livres engagés, la chercheuse franco-américaine dénonce, dans son dernier ouvrage (1), les patrons des multinationales, ces "usurpateurs" qui, avec leurs lobbyistes, prennent insidieusement le pouvoir de la planète, sans aucune légitimité démocratique et sans devoir rendre de comptes à personne. Leur cheval de Troie actuel : le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP, en anglais) qui se négocie confidentiellement entre les Etats-Unis et la Commission européenne. Les flèches décochées par Susan George font mouche.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

mardi 5 mai 2015

«Nous, femmes journalistes politiques et victimes de sexisme...»

 

Trop souvent, les femmes journalistes chargées de couvrir la politique sont victimes du sexisme de certains élus et responsables. Quarante d’entre elles s’unissent pour dénoncer cet état de fait dans le texte manifeste que Libération publie.
Pour lire cette tribune, cliquez sur la photo.

Les 10 surprises du nouveau portrait social de la France fait par l'Insee

Nous devons combattre les idées reçue qui permettent une caricature de la société.
L'institut national de statistiques dresse un nouveau bilan social annuel de la France dans une étude qui remet en cause certaines idées reçues..

Population, niveau de vie, salaires, emploi, conditions de vie, santé, éducation… L'Insee offre un panorama très enrichissant sur l'état social de la France dans l'édition 2014 de son "Portrait social". Au total une trentaine de fiches thématiques, des dossiers et des chiffres essentiels pour faire un état des lieux de la France post-crise.

Challenges a extrait les 10 grandes surprises de cette somme statistique qu'il est indispensable de connaitre pour rétablir certaines vérités.Pour plus d'infos, cliquez sur la couverture du rapport.

lundi 4 mai 2015

Protection des prostitué-e-s: Non à la pénalisation.

Communiqué commun de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), Syndicat des avocats de France (Saf) et du Syndicat de la magistrature (SM)
Les 30 et 31 mars, le Sénat examinera la proposition de loi « renforçant la lutte contre le système prostitutionnel ».
Le délit de racolage passif pourrait être maintenu, et la pénalisation des clients introduite dans l’arsenal répressif.
Ces dispositions sont tout à la fois dangereuses et inefficaces.
Dangereuses, parce que l'instauration d'un délit de racolage contraint les personnes prostituées à la clandestinité pour éviter les contrôles de police, accroît leur vulnérabilité en les rejetant vers des lieux isolés et précaires, en les laissant à la merci des clients violents, et contribue à la dégradation de leur état de santé. De toute évidence, la pénalisation des clients aura exactement le même effet, puisque les prostitué-e-s chercheront à leur éviter la verbalisation.
Dangereuses, encore, parce que cette pénalisation s’attaquant à la prostitution de voie publique, encouragera la prostitution « indoor », qui favorise l'isolement des prostitué-e-s et les prive ainsi d’accès aux services et associations susceptibles de les aider.
Inefficaces, parce que les prostitué-e-s arrêté-e-s pour racolage ne dénoncent pas leurs proxénètes et qu'au contraire la multiplication des contrôles les conduit à se méfier de la police. Quant à leurs clients, ils ne seront pas en mesure de dénoncer des réseaux dont ils ignoreront tout. Or la lutte contre les réseaux de traite et le proxénétisme doit être la priorité absolue.
Nos organisations réaffirment que, s'agissant d'éducation et de sensibilité à l'égalité entre les êtres humains, le droit pénal, qui n'est pas le droit de la morale, ne peut être la solution.

Nous appelons donc les sénateurs à abroger le délit de racolage et à refuser d’introduire la pénalisation du client dans le Code pénal. 

"BIEN DE CHEZ NOUS" Mercredi 6 mai à 20h30 suivi d'un débat animé par la Ligue des Droits de l'Homme de La Seyne et la CIMADE

Il y a quelques jours, la Journée Nationale des Déportés, des Résistants et des Justes, a été l'occasion à Six-Fours de donner lecture du message des Déportés, dont voici un extrait : « (...)L'oubli, la banalisation de l'horreur et de la violence, l'instrumentalisation de la peur et le rejet de l'autre sont des dangers réels qui menacent nos sociétés. Cette journée du Souvenir revêtira tout son sens si elle ne se limite pas à la mémoire du passé mais si elle s'inscrit aussi dans le présent et l'avenir (...) ».
C'est à la lumière de ces mots, que nous vous rappelons la projection au Six n'étoiles du film "Bien de chez nous", ce mercredi 6 mai à 20h30 (attention séance unique). La projection sera suivie d'une discussion animée par la Ligue des Droits de l'Homme et la CIMADE. Nous vous attendons nombreux pour échanger ensemble autour d'un film qui conjugue au présent l'esprit de Résistance et vient à son heure dans un monde en quête de repères, en demande de valeurs et d'authentique humanité.

Un film participatif réalisé par Henri de Latour et tourné à Lasalle en Cévennes
"J'avais depuis longtemps l'intention de faire un document sur le village. (...) J'ai choisi la fiction parce que cela me permettait de prendre de la distance et d'accéder à plus de liberté de parole. (...) La mobilisation du village contre l'expulsion de Milena et sa fille sans papiers (ndlr, dans le film) recoupe l'histoire et la culture de Lasalle... Effectivement, au moment de la fermeture de Sangatte en 2009, Lasalle a accueilli 19 Afghans. Deux sont restés, notre boulanger et une personne qui s'est mariée avec quelqu'un du village. Après le discours de Grenoble nous avons reçu deux familles Roms. Notre histoire est liée aux Camisards, durant la guerre beaucoup de villageois ont accueilli des enfants juifs sans rien dire à personne. (...) La portée politique du film suggère que le monde rural est un réservoir d'humanité. En ville, on assimile la qualité de vie à un village fleuri et une rivière propre pour venir passer le week-end. Pour moi, elle est dans la relation. La qualité de vie ce n'est pas d'avoir de l'argent et du confort, c'est de pouvoir vivre et partager nos qualités humaines."

"Quarante rôles et pas d'acteur principal. La tradition d'accueil et l'identité cévenole questionnées par l'actualité." I.Jouve, LA MARSEILLAISE

"Un film qui tire les fils d'une intrigue où tout le monde peut se retrouver et qui devient universel : un film qui porte en lui l'esprit de Résistance, cher aux combattants pour la Paix et la Liberté." E.Bessé, RUE 89
"Une aventure qui dégage un formidable élan de solidarité." Y.Percq, LA CROIX

dimanche 3 mai 2015

«Un sacré coup donné à la misogynie du foot»

A Clermont-Ferrand, pari gagné pour Corinne Diacre, la première femme coach d’une équipe masculine a vaincu le machisme et assuré le maintien en Ligue 2
Séance de décrassage au stade Gabriel Montpied. Assouplissements et petites foulées autour du terrain annexe. Corinne Diacre trotte au milieu de ses joueurs. Sourires, petites tapes dans le dos, humeur badine. Hier soir (lundi 27 avril), le Clermont Foot 63 (CF 63) a arraché à domicile un bon nul (0 à 0) face à Sochaux, qui l’an passé évoluait en Ligue 1. Six matches consécutifs sans défaite, 43 points et surtout le maintien en Ligue 2 quasi assuré à quatre journées de la clôture du championnat. France 2 filme ce matin-là la première femme devenue coach d’une équipe masculine de football professionnel. Corinne Diacre a appris à composer avec la pression médiatique depuis sa nomination à l’été 2014. Les incessantes questions sur son rapport existentiel à ces jeunes hommes, «frappez-vous avant d’entrer dans les vestiaires?», l’ont au début un peu amusée. Elles sont désormais déconseillées. Corinne Diacre ne les supporte plus.


Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le blason.

Texas: Nue et les yeux bandés à l’université pour dénoncer les agressions sexuelles

Monika Rostvold est étudiante à l’université de l’Etat du Texas. La jeune femme de 22 ans a enlevé ses vêtements, s’est assise sur les marches de l’extérieur de la bibliothèque de l’établissement, un bandeau sur les yeux, pendant 45 minutes, ce lundi
Avec ce projet baptisé «The Naked Chick» (la nana nue), elle souhaitait alerter contre les agressions sexuelles.
«Avril est le mois de prévention contre les agressions sexuelles, et je voulais créer une œuvre autour des standards qui existent dans notre société», explique-t-elle à The Independent. «J’ai survécu dans le passé à une telle agression. J’ai ainsi voulu prendre le contrôle de mon corps en ôtant mon identité et m’exposer au public. Je voulais que les gens voient mon corps comme une force et une beauté et non pas comme un objet sexuel».
Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo.

Peine de mort - Arabie saoudite : vers un macabre record de décapitations ?

La Ligue des droits de l’Homme met tout en œuvre pour que l’abolition universelle de la peine de mort devienne effective et que cette pratique, inhumaine et d’un autre âge, soit supprimée sur l’ensemble du globe.
Il reste beaucoup à faire en Arabie Saoudite où plus de 400 personnes ont été décapitées en Arabie saoudite depuis 2011Condamnés à mort pour meurtre et trafic de drogue, deux Saoudiens ont été décapités au sabre jeudi en Arabie saoudite. Ce qui porte à 71 le nombre d'exécutions dans ce pays en seulement 4 mois…

C'est le ministre saoudien de l'Intérieur lui-même qui s'est chargé de faire l'annonce. Dans un communiqué, il a fait savoir que deux Saoudiens avaient été décapités au sabre, jeudi 30 avril, à Tabouk, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite.
À en croire le ministre, le premier, Abdallah al-Balawi, a été reconnu coupable d'avoir poignardé à mort son père et le second, Abdallah al-Rouily, a été exécuté pour avoir introduit dans le royaume une grande quantité d'amphétamine.
Ces décapitations portent à 71 le nombre d'exécutions en quatre mois en Arabie saoudite, alors qu'il y en avait eu 90 sur l'ensemble de l'année dernière, selon un décompte d'Amnesty International (87 selon celui de l'AFP).

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

samedi 2 mai 2015

Un 1er mai du FN très animé.

Le traditionnel défilé du 1er-Mai du Front national a tourné au vinaigre ce vendredi pour Marine Le Pen. 
Coups d'éclat des Femen, agression de journalistes et irruption visiblement imprévue de Jean-Marie Le Pen devant les militants, retour en quatre temps sur cette matinée des plus tendues pour le parti d'extrême droite.


 Les Femen perturbent le dépôt de gerbe
► Jean-Marie Le Pen s'invite sur scène
► Les Femen bis
 Des militants agressent des journalistes
Pour plus de renseignements sur la journée d'un parti "républicain comme les autres", cliquez sur le dessin.

Harcèlement sexiste, une violence systémique à combattre en amont !

Le 16 avril 2015, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a rendu un avis sur le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun. 
Commandé par le secrétariat d’état aux droits des femmes, il propose plusieurs recommandations qui ont été largement exposées dans les médias. Ce qui a moins été dit, c’est qu’il permet un changement de vision sur les violences faites aux femmes et aux LGBT dans l’espace public.
La reconnaissance du harcèlement de rue comme violence systémique
L’existence de ce rapport permet de nommer le harcèlement sexiste dans l’espace public, appelé aussi harcèlement de rue. L’utilisation des termes « harcèlement sexiste » dans ce document renforce la légitimité d’un vocable imposé par les collectifs et associations dans le langage courant. Nommer, pour petit à petit réduire la tolérance de la société, qui préfère enjoindre les femmes à se faire plus petites et à avoir peur.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur l'affiche.

Les naufragés et les conquérants

Deux couvertures de magazines hebdomadaires, deux visions du monde. À gauche, The Economist, à droite Valeurs actuelles. Entre les deux, ce qui sépare l'humanisme de la bêtise crasse alliée à la haine :
Les deux couvertures ont, avec leur titre blanc sur un rectangle rouge, des maquettes similaires. Les deux photos d'un canot de migrants au milieu de la mer et les titrailles jaunes renforcent encore la ressemblance mais dès qu'on regarde les images, dès qu'on lit les titres, la différence saute aux yeux.

À gauche, le très libéral, très conservateur et très anti-européen Economist affiche une photo en plan large nous montrant un canot s'enfonçant dans la mer et les migrants perdus dans l'immensité qui tentent de survivre à ce naufrage. Europe's boat people - A moral and political disgraceLes boat people de l'Europe - Une honte morale et politique, titre l'hebdomadaire. Et dans son article il n'y va pas par quatre chemins :
« L'Union européenne aime se vanter d'être une force du bien. Mais depuis dix jours, ce sont près de 1 200 boat people qui se sont noyés dans les eaux de la Méditerranée. Parmi eux, un nombre inconnu de réfugiés syriens, érythréens et somaliens fuyant la guerre ou la persécution. S'il sont morts, c'est en partie parce que la politique européenne sur le droit d'asile est un échec moral et politique. »

L'Europe est même allée, précise-t-il, jusqu'à proposer de « ne pas intervenir et de regarder des innocents se noyer pour en dissuader d'autres de les suivre. Cette logique est une erronée en plus d'être moralement répugnante. »
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur les Unes des journaux.

"Bien de chez nous" , mercredi 6 mai, au Six N'Etoiles de Six-Fours.

La LDH La Seyne présente Mercredi 6 mai,  au Six N'Etoiles de Six-Fours, le 
film de Henri De Latour "Bien de chez nous".

Synopsis

Un village se raconte, montre avec émotion et humour, la vitalité de son terroir. Monsieur le sous-préfet veut expulser Milena et sa fille Pauline, sans-papiers au village de Lasalle. Virginie, une ancienne habitante, revient pour profiter du marché de l’immobilier florissant en Cévennes. Un vieil aristocrate au bout du rouleau désire vendre sa propriété au plus offrant contre l’avis de son voisin paysan. Des rumeurs circulent de maison en maison : l’Etat cherche des terrains pour y enfouir des déchets radioactifs, la régie de distribution d’eau serait vendue à une multinationale… Tout le monde se connait. Suspicion, rejet, solidarité ? En quatre jours, le sort de Milena va changer la vie paisible de la petite vallée de la Salindrenque.

vendredi 1 mai 2015

L’engagement éducatif, pédagogique, social et politique des éducateurs Freinet et du Mouvement international de l’École moderne pour la défense des droits de l’enfant et une démocratie participative

Un article de Jean Le Gal signalé dans les commentaires du billet de Une
La démocratie participative est devenue un thème majeur de réflexion et d’action pour le Mouvement International de l’Ecole Moderne et un engagement éducatif, pédagogique, social et politique pour les éducateurs Freinet.
Cet engagement s’inscrit dans notre histoire, dans notre filiation avec les pionniers de l’école nouvelle, de l’école socialiste et de l’éducation libertaire, Paul Robin en France, Francisco Ferrer en Espagne, Paul Geheeb en Allemagne, Janusz Korczak en Pologne, Makarenko et Pistrak en Union soviétique, Neil à Summerhill et bien d’autres dont il nous reste encore à découvrir toute la richesse des créations institutionnelles et éducatrices.
Tous ces pionniers considèrent l’enfant comme étant une personne dont la dignité, les intérêts et les besoins doivent être respectés. Ils leur reconnaissent la capacité à exercer des libertés et à être associés aux décisions qui les concernent. 
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la couverture du livre

Manifester en France, c'est risquer de finir en prison.

Libération publie aujourd’hui sur son site une tribune signée par Jacques Rancière Philosophe, Ken Loach Réalisateur, Judith Butler Philosophe et une cinquantaine de personnalités...
Le droit à manifester est un droit non négociable. Mais ce qui se dessine localement, c’est une société construite sur la criminalisation des luttes sociales et politiques.

Il plane dans ce pays une atmosphère bien étrange. Quoi que l’on puisse penser du douteux cortège de tête de la mobilisation fleuve ayant défilé dans les rues de Paris, le 11 janvier, après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, ce sont bien quatre millions de personnes qui ont choisi de manifester pour dire leur rejet des attentats et leur attachement à un certain nombre de valeurs démocratiques. Comme le notaient alors les correspondants de la presse internationale, c’est au travers de la « manif », sorte de paradigme hexagonal de l’expression collective, que les Français avaient décidé d’exprimer leur émoi. Hollande et son gouvernement, eux, jouaient la carte de l’émotion et de la responsabilité, n’hésitant pas à se présenter comme les hérauts de la liberté d’expression. Mais celle-ci, en France, avant comme après ce défilé historique, n’est pas un étalon universel, loin de là. Il existe des territoires et des villes où manifester peut conduire derrière les barreaux.

Pour lire la suite, cliquez sur la photo avant d'aller à la manifestation du 1er mai, à Toulon, 10 h 30,  sur la Place de la Liberté.

Dominique Pilhon et le "Tribunal des banques", à La Seyne

Attac Var organise avec le Centre Social et Culturel Mandela (La Seyne) la représentation du "tribunal populaire des banques"  suivi d'un débat animé par Dominique Pilhon le 12 mai prochain au Centre social et culturel.

Marche mondiale du cannabis 2015 en France

Liste des signataires 2015 :
AIDES – ASUD – Cannabis Sans Frontières – Chanvre & Libertés – CIRC Lyon – Ligue des droits de l’Homme – Techno+
Comme chaque année depuis 1999 et depuis 2001 en France, la « Marche Mondiale du Cannabis » se déroulera plusieurs villes.
Cette année encore, dans le monde entier, les partisans de la réforme de la législation sur les stupéfiants exigeront des alternatives à la prohibition afin de libérer le cannabis. Avec pour thèmes de revendications en France : Dépénalisation de l’usage – Débat public national – Cannabis thérapeutique – Prévention sans stigmatisation – Autoproduction & Cannabis Social Clubs
Alors qu’en Uruguay, les Cannabis Clubs peuvent s’organiser autour de 15 à 45 personnes et 99 plantes, dans quatre États des USA (Colorado, Washington, Oregon, Alaska et le District de Columbia) les votes par référendum populaire ont légalisé la filière cannabicole au-delà des aspects médicinaux souvent régulés de longue date. Au Maroc, enJamaïque, au Chili, en Équateur ou en Slovénie, des projets de légalisation sont en discussion. En Europe dans certains pays comme le Portugal, la Belgique ou l’Espagne, des politiques pragmatiques sont à l’oeuvre avec de bien meilleurs résultats que ceux observés en France.
Pour plus d'infos, cliquez sur l'affiche.