jeudi 31 décembre 2015

Severiano de Heredia : noir, maire de Paris... et oublié !

La mesquinerie du racisme.
http://positivr.fr/severiano-de-heredia-maire-noir-de-paris/
Descendant d’esclaves né à Cuba, Severiano de Heredia a connu un destin en tout point exceptionnel. Sa vie fut romanesque, épique, prestigieuse et pleine de succès. Pourtant, aussitôt enterré, cet homme noir a été rangé dans les oubliettes de l’histoire. La preuve : plus personne ou presque ne se souvient que Severiano de Heredia a été ministre de notre République et, même, maire de notre capitale, Paris ! Retour sur la vie d’un homme qui a servi la France… mais que notre patrie a préféré renier en raison de la couleur de sa peau.


Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la plaque.

Le rejet de produits toxiques autorisé dans le Parc national des Calanques

Dès février 2000, la Ligue des droits de l’Homme appelait à la vigilance citoyenne « pour le respect du droit à un environnement sain, et que les choix politiques s’imposent sur la raison économique. 
La législation environnementale doit être renforcée et internationalisée pour s’imposer devant la dérégulation économique ».

Le rejet de produits toxiques autorisé dans le Parc national des Calanques est donc un revers pour les défenseurs de l’environnement,  la ministre de l’écologie et la LDHdans l’affaire des boues rouges. Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a autorisé la société Alteo, mardi 29 décembre, à poursuivre  l’exploitation de ses usines sur le site de Gardanne et à rejeter en mer, pendant six ans, les effluents aqueux résultant de la production d’alumine, en plein cœur du Parc national des Calanques (Bouches-du-Rhône).

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Voeux de la section LDH de La Seyne


mercredi 30 décembre 2015

Crimes et libertés par Henri Leclerc


Cliquer pour lire la tribume 

Nul ne conteste que face à une agression criminelle comme celle du 13 novembre, la défense est non seulement légitime mais   nécessaire. Et il est vrai qu’on ne se  défend pas contre des assassins organisés, les kalachnikovs, et les ceintures  d’explosifs 
simplement avec des discours indignés. Après le massacre, le gouvernement a d’abord pris des mesures effectivement urgentes 
et qui se justifiaient. Mais   il était infiniment moins évident de faire voter une loi qui prolonge cet état d’urgence pour trois  mois. L’exécutif s’est ainsi doté dans la durée de pouvoirs exceptionnels, mettant sur la touche l'autorité judiciaire   constitutionnellement gardienne de la liberté individuelle, au motif qu’elle serait trop lente, trop précautionneuse et sans doute   
un peu trop indépendante. Des milliers de perquisitions, la plupart de nuit, des centaines d’assignation à résidence très   
contraignantes ont été ordonnées. Le tout pour des résultats apparemment bien maigres. Le gouvernement a décidé, comme   
l’avait annoncé François Hollande dans son discours au Congrès, d'inscrire l’état d’urgence dans la Constitution, et de profiter de   cette réforme pour y faire figurer la déchéance de nationalité de tout français ayant une autre nationalité et condamné pour terrorisme.       Pour lire toute la tribune cliquer ici.

Lutter contre le mal logement, c'est important


En France, plus de 3,5 millions de personnes sont mal-logées (sans logement, logées dans un habitat insalubre ou en grande précarité)
Et cette crise s’est amplifiée ces dix dernières années : la pénurie des logements sociaux frappe de plus en plus fort les personnes précaires et, dans le même temps, les difficultés se diffusent progressivement à la classe moyenne la moins favorisée.
Pour plus d'infos, cliquez sur le tableau.

Photo émouvante d’enfants réfugiés élue ‘Photo UNICEF de l’année 2015’

Le prix de la ‘Photo UNICEF de l’année 2015’ a été remporté par le photographe EPA macédonien Georgi Licovski.
L’image gagnante a été prise le 21 août 2015 et montre deux enfants éplorés et désespérés à la frontière entre la Grèce et l’ancienne République yougoslave de Macédoine, au moment où les réfugiés tentent de briser un barrage de la police.

Vous pouvez lire l'article en cliquant sur la photo.

Pour nous, c’est définitivement non !

Non au projet de déchéance de la nationalité, non à une démocratie sous état d’urgence, non à une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l’effroi légitime suscité par les attentats.
Nous n’acceptons pas la gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.

Notre rejet est absolu. Nous appelons tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester.

Pour signer cette pétition, cliquez sur le message.

mardi 29 décembre 2015

La force de l'Histoire


Opération "1000 radios" : un mois sur les routes de France pour évoquer la rue.

Pour la quatrième année consécutive, "Les Enfants du Canal" ont distribué plus de 1000 radios aux personnes en errance en novembre et décembre.

Mais cette année, ils sont aussi allés à la rencontre des personnes à la rue dans une quarantaine de villes de France pendant toute la durée de l'opération. Objectif de cette édition 2015 :  rompre l'isolement des personnes à la rue en leur permettant de parler d'eux-mêmes et d'accéder à la culture, à l'information grâce aux radios distribuées gratuitement.

L'opération a été lancée à Chartres le 24 novembre dernier, au "Point Refuge, " l'une des Boutiques Solidarité du réseau de la Fondation Abbé Pierre, puis elle s'est poursuivie au sein de différentes structures d'accueil, à Dijon, Clermont Ferrand... L'association a récemment fait étape dans les Boutiques Solidarité d'Angoulême et de Reims. À Reims, l'opération avait rencontrée un grand succès l'an dernier. Plusieurs accueillis attendaient de revivre ce moment avec impatience.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur  la photo.

La section de Corse de la LDH condamne les violences dont ont été victimes des pompiers.

La ligue des droits de l’Homme condamne les violences dont ont été victimes des pompiers dans le cadre d’un  guet-apens. 
Suite à cet évènement, des dizaines d’individus détournant un rassemblement légitime de soutien aux pompiers, se sont lancés dans une expédition punitive. La LDH condamne avec la plus grande fermeté les actes racistes commis par ces personnes qui ont terrorisé la population d’un quartier puis s’en sont pris à un lieu de culte musulman, notamment en voulant détruire des livres de prières, ainsi qu’à  un commerce. Elle exprime sa solidarité envers les victimes de ces différentes violences. Dans un cas comme dans l’autre, il revient à la justice d’établir la responsabilité de ceux qui ont commis ces actes.  La LDH veut également dire son inquiétude devant la répétition d’agitations à caractère raciste et xénophobe. Elle en appelle à la  vigilance des forces démocratiques.

 Ajaccio, le 26/12/2015

lundi 28 décembre 2015

"Pourquoi vous n'êtes pas en démocratie ..."par Cornélius Castoriadis

Philosophe, sociologue, historien, il fut aussi économiste et psychanalyste.
 Lors d'un entretien accordé à Daniel Mermet au cours de l’émission
« Là-bas si j’y suis » sur France-Inter en novembre 1996, il explique pourquoi nous ne sommes pas en démocratie.
D’une féroce actualité il démontre à quel point, 20 ans plus tard,la situation n'a fait qu'empirer. Salutaire autant qu'édifiant !
Pour écouter  cet  entretien , cliquez sur la photo. 
Pour plus d'infos , cliquez ici

Karim Miské, réalisateur de “Musulmans de France” : “En Occident, on ne donne pas la parole aux bonnes personnes”

Depuis 1994, il enquête sur l'extrémisme musulman. A ses yeux, les gouvernements n'ont pas sous-estimé la menace. Le problème est ailleurs, et il est multiple.

Ebranlé par les événements tragiques de vendredi dernier, Karim Miské évoque « un sentiment d’irréalité » sans être, malgré tout, « surpris ». Nous l'avons retrouvé alors que se déroulait l’opération anti-terroriste à Saint-Denis. Sans prétendre apporter des réponses simples à des questions éminemment complexes, il nous livre quelques clés de compréhension sur la religion, l’embrigadement sectaire et sa dimension psychologique, affirmant que le sentiment d’urgence ne doit pas empêcher une nécessaire réflexion.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo de Karim Miské