dimanche 31 janvier 2016

Marine Le Pen à Milan, au bal des extrémistes européens

La présidente du Front national tente d'adoucir l'image de son parti, mais elle a été la star au bal, qui s’est tenu  à Milan, des extrémistes européens de la droite européenne la plus extrême.
Ce qui frappe dès l'entrée du meeting, dans la salle des congrès de la foire de Milan, c'est un stand recouvert de t-shirts à l'effigie de Marine Le Pen. Le visage de la présidente frontiste, tout sourire, est floqué à côté de celui de Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord, homme fort de la droite extrême en Italie.
Marine Le Pen star de la soirée. Jeudi, le gratin de l'extrême droite européenne s'est réuni en Italie devant plusieurs centaines de personnes. FPÖ autrichien, Vlaams Belang belge, Parti de la Liberté néerlandais et Front national, entre autres, tenaient la première convention du parti européen dont ils sont membres, Europe des Nations et des Libertés.
Et Marine Le Pen, dont les scores en France en font un modèle pour tous les autres partis anti-Europe, anti-euro et anti-immigration, a été la star de la soirée.

Pour lire la suite  de cet article, cliquez sur la photo.

samedi 30 janvier 2016

Des footballeurs s'assoient en plein match pour protester en faveur des réfugiés

Le match de D2 grecque entre Larissa et Acharnaikos a débuté par deux minutes de sit-in de la part des 22 joueurs. Leur volonté: protester contre le traitement des réfugiés par l'Union Européenne, afin de mobiliser.

Non, ce n'est pas un Marseille – Guingamp, mais l'intensité du jeu est la même. Alors qu'ils venaient de donner le coup d'envoi du match, vendredi soir, les joueurs de l'AE Larissa et d'Acharnaikos, clubs de deuxième division grecque, se sont assis sur la pelouse et n'ont pas bougé pendant deux minutes. Les deux équipes avaient une bonne raison pour cela: elles voulaient protester contre le traitement réservé aux réfugiés par l'Union Européenne.

Pour lire la suite de cet article et voir la vidé, cliquez sur la photo.

« Révolution des guitares » à Alger : « La rue nous appartient »

L’arrestation d’un musicien de rue à Alger a provoqué l’ire des internautes algériens. En réaction, des jeunes ont organisé la « révolution des guitares ».
Un mètre carré de scène de rue, les doigts qui frétillent quelques airs sur une guitare, la mine joviale sous un chapeau feutré, Mohamed Dadah, alias Moh Vita Boy, est arrêté puis embarqué par la police dans l’après-midi du 14 janvier, près de la place Audin au centre d’Alger.

Motif  : le jeune chômeur de 29 ans est accusé de « mendicité professionnelle » et « d’occupation illégale de l’espace public sans autorisation ». L’un des rares artistes de rue d’Alger, qui joue pour quelques sourires et quelques deniers déposés dans la housse de sa guitare, sera relâché une heure après.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le drapeau

Six chiffres clés sur le mal-logement en France

La Fondation Abbé-Pierre a dévoilé jeudi 28 janvier son 21e rapport annuel sur l’état du mal-logement en France. 
Elle dénonce une « aggravation » pour les classes populaires des difficultés de logement et pointe les conditions sanitaires toujours précaires pour des millions de Français et une hausse des personnes sans domicile.


Pour pus d'infos, cliquez sur l'affiche.

vendredi 29 janvier 2016

ET SI ON ARRÊTAIT LES CLICHÉS SUR LE SPORT FÉMININ ?

L'association Dame de Sport, basée à Nantes vient de publier les premiers épisodes d'une série de vidéos humoristiques sur les clichés dans le sport féminin.
Créé en 2011 pour promouvoir le sport féminin, l'association Dame de Sport regroupe les équipes de volley, handball et basket de Nantes. 

En 2016, l'association sort une série de vidéos pour dénoncer, avec beaucoup d'humour, les clichés encore associés au sport féminin en France. Elles ont notamment été inspirée par une initiative de l'équipe de football féminine norvégienne, qui avait déjà beaucoup fait rire... et réfléchir !
Dame de Sport s'est donc naturellement tournée vers ses équipes fondatrices pour tourner ces vidéos, mais aussi vers des clubs de football féminin, de rugby et de roller derby de l'agglomération nantaise. On y retrouve donc Julia Grellier des Nantes Derby Girls pour y dénoncer les clichés sexistes qui collent encore à la peau de notre sport.

Cliquez sur la photo pour voir les vidéos.

Ta-Nehisi Coates lance un cri de rage contre le racisme aux Etats-Unis

Dans une lettre à son fils adolescent, l'intellectuel new-yorkais Ta-Nehisi Coates décrit avec colère la vie des Noirs aux Etats-Unis, prisonniers du racisme, de la violence et du prétendu "rêve" américain. Un coup de poing sidérant.

En Amérique, la destruction "du corps noir est une tradition - un héritage." Voilà le genre de phrases qui vous sautent à la gorge à la lecture d'Une colère noire, essai stupéfiant et essentiel signé Ta-Nehisi Coates. Encore inconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, ce journaliste new-yorkais a fait sensation l'an passé aux Etats-Unis avec cette chronique de l'existence des Noirs en Amérique, saluée par Barack Obama et Toni Morrison, et couronnée par le National Book Award.  
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la couverture du livre et sur la photo
pour voir une vidéo de France-Culture

Tuberculose, asthme, otites : quand le mal-logement dégrade la santé

La Fondation Abbé Pierre a rendu jeudi 28 janvier son rapport sur l’état du mal-logement en France. 
Pour sa 21e édition, l’association insiste sur le lien entre mal-logement et santé. Deux problématiques traitées indépendamment par les pouvoirs publics, déplore la Fondation qui insiste sur la nécessité, au contraire, de les envisager conjointement pour y apporter des réponses valables. La privation de logement personnel ou la vie dans une habitation insalubre constituent en effet à la fois une cause et un facteur aggravant des problèmes de santé.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur l'affiche.

Danemark: l’artiste Ai Weiwei ferme une expo pour protester contre la loi sur l’immigration

L’artiste chinois Ai Weiwei a fermé mercredi une exposition à Copenhague pour protester contre l’adoption par le Danemark d’une loi sur l’immigration qui permet de saisir les biens de valeur des demandeurs d’asile.
«Ai Weiwei a décidé de fermer son exposition 'Ruptures' à la Fondation Faurschou à Copenhague (Danemark). Cette décision fait suite au vote par le Parlement danois du projet de loi qui permet de saisir les biens de valeurs et allonge les temps d’attente en vue d’un regroupement familial pour les demandeurs d’asile», lit-on sur les comptes officiels Facebook et Instagram de l’artiste.
L’expo, ouverte depuis mars 2015, devait fermer ses portes à la mi-avril.
«Je soutiens la décision d’Ai Weiwei, qui est une question de libertés et de droits de l’Homme. Je pense que c’est vraiment très triste», a déclaré à l’AFP le propriétaire de la galerie, Jens Faurschou.
Pour plus d'infos, cliquez sur la photo

jeudi 28 janvier 2016

Rejet des personnes migrantes et réfugiées au Danemark : Non au vote de la loi L-87 !

Copenhague/ Bruxelles/ Paris, le 27 janvier 2016 –
Le parlement danois s'apprête à adopter, ce mardi 26 janvier, un projet de loi sur l’entrée et le séjour des étranger-e-s qui prévoit notamment la confiscation des biens de valeur appartenant aux demandeurs d'asile. EuroMed Droits, l’Association Européenne pour la défense des Droits de l’Homme et la FIDH sont consternés par la politique de fermeture des autorités danoises, contraire aux droits humains des personnes migrantes. Le projet de loi danois affaiblit considérablement les standards en matière de droits humains. Il prévoit la confiscation de biens, des restrictions au permis de résidence, un durcissement de l’accès au regroupement familial associé à des frais de dossiers de 7,000 DKK (environ 1,000 EUR).
Pour lire la suite du communiqué, cliquez sur la photo.

Qui a dit, en réponse à la question de Michel Denisot "Êtes-vous prête à défendre la loi sur la déchéance de nationalité ?"

"Non, je ne peux pas le faire. Du fait de mes convictions, et parce que j'estime que ce serait une tromperie de défendre une disposition qui n'est ni souhaitable ni conforme aux principes fondamentaux."

Quand le Conseil d’Etat valide l’état d’urgence permanent

Communiqué LDH
La décision du Conseil d’Etat, qui rejette toutes les demandes de la Ligue des droits de l’Homme, n’est pas seulement décevante, elle est dangereuse.
En considérant que le maintien de l’état d’urgence se justifie par la persistance de la menace d’attentats et « les opérations militaires extérieures de grande envergure », le Conseil d’Etat justifie le maintien de cette situation d’exception pour de longues années.
On ne sache pas, en effet, que le gouvernement envisage de mettre fin à la menace d’attentats ou aux opérations militaires à brève, moyenne ou longue échéance.
En statuant ainsi, le Conseil d’Etat accepte qu’un gouvernement mette nos libertés entre parenthèses, pour une durée indéterminée.

 Paris, le 27 janvier 2016

A quoi sert l’Observatoire de la laïcité ?

La LDH avec d’autres associations a défendu le 18 janvier le travail de l’Observatoire de la laïcité attaqué par le premier ministre, Manuel Valls.(ici)
Un article du Monde explique le rôle de cet Observatoire.
L’Observatoire de la laïcité est dans la tourmente. Lundi 18 janvier, c’est le premier ministre, Manuel Valls qui a eu des propos critiques et durs à l’encontre de sa direction. Jeudi 21 janvier, c’est l’un de ses membres, le sénateur Hugues Portelli (Les Républicains), qui a officialisé sa démission (celle-ci remonte au 19 novembre 2015).
« Je pense au fond que l’Observatoire de la laïcité ne sert à rien. L’Etat dispose d’une vision claire et des outils nécessaires pour gérer la laïcité et il n’a pas besoin d’une structure de ce genre », affirme M. Portelli, dans un entretien au Figaro, paru samedi 23 janvier.

Un « observatoire de la foi », « occupé à minimiser l’intégrisme » et qui « dénature le principe de laïcité » qu’il est censé défendre. Les critiques fusent, à droite comme à gauche, taxé de laxisme, l’organisme défend son bilan en martelant que ses travaux sont basés sur son expérience du terrain. Une méthode que saluent les acteurs locaux.
Cliquez sur la vignette pour obtenir plus d'infos.

mercredi 27 janvier 2016

Secret des affaires :Les eurodéputés doivent faire barrage aux dangers de la directive

Communiqué commun
Ce jeudi 28 janvier, le projet de directive sur le secret des affaires sera soumis à la Commission des affaires juridiques du Parlement européen. Le texte proposé est issu du trilogue et du compromis entre la Commission, le Conseil et le Parlement européen et doit ensuite être validé par le Parlement européen en séance plénière courant avril. L’opacité est encore de mise, puisque ce compromis n’est même pas disponible en français (pourtant langue officielle de l’UE !).

L’analyse du texte de compromis démontre que les graves menaces du projet de directive sur la liberté d’expression et l’intérêt général demeurent. En effet, la définition du secret des affaires est toujours aussi large et floue, et l’infraction a lieu dès la révélation, même s’il n’y a aucune utilisation commerciale des informations.
Pour lire la suite de communiqué, cliquez sur le logo.

Le Conseil d'Etat refuse de suspendre l'état d'urgence

La juridiction avait été saisie par la Ligue des droits de l'homme...

Le Conseil d’Etat refuse de suspendre l’état d’urgence. Contrairement à ce que lui demandait la Ligue des droits de l’Homme (LDH), le juge des référés a notamment estimé que « le péril imminent justifiant l’état d’urgence n’a pas disparu compte tenu du maintien de la menace terroriste et du risque d’attentats », selon un communiqué publié par la plus haute juridiction administrative.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le logo.

mardi 26 janvier 2016

Nous manifesterons le 30 janvier 2016


Communiqué du collectif « NOUS NE CÉDERONS PAS ! »

Les associations et organisations syndicales regroupées autour de l’appel « NOUS NE CÉDERONS PAS ! » et ayant lancé la pétition « POUR NOUS, C’EST DÉFINITIVEMENT NON ! », contre la réforme constitutionnelle, appellent à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République.
Elles expriment leur refus de la réforme constitutionnelle et leur exigence de la levée de l’état d’urgence
Pour plus d'infos, cliquez sur la photo.