mardi 31 mai 2016

A Béziers, la droite extrême se défoule sur l'immigration

Un grand moment de démocratie et de vivre ensemble lors des Rendez vous de Béziers pendant lesquels Ménard a convié l’extrême droite.
Lors de ces "Rendez-vous de Béziers", la table ronde sur l'immigration s'est changée en déversoir de propositions anti-islam et anti-étrangers.
Le thème était porteur : "Immigration, que fait-on ?". La droite de la droite, venue se chercher à Béziers, s'y est aussi bien lâchée ce samedi après-midi dans la chaleur du Palais des congrès de la ville de Robert Ménard, maître de cérémonie d'un weekend qui se voulait un grand rassemblement.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le blason de la ville.

« Tu n'en reviendras pas », de Louis Aragon

Lorsque qu'on commémore la "Der des Der" , ce poème de Louis Aragon, mis en musique et chanté par  Léo Ferré  en 1961, me vient à l'esprit.
Il évoque les soldats en partance pour le front lors de la première guerre mondiale. En effet, Aragon, alors étudiant en médecine, brancardier durant la Grande Guerre a été témoin , sur le front de leur mort et de leurs blessures .
Pour écouter ce poème, cliquez sur la photo.

Respecter l’indépendance de la justice et la présomption d’innocence

Les poursuites intentées contre quatre personnes en raison de l’incendie
d’une voiture de police sont inquiétantes. 
Si le fait lui-même est parfaitement répréhensible, tout le monde s’accorde à considérer qu’il n’existe aucune preuve matérielle qui montre l’une des personnes poursuivies en train de commettre cette agression. Seuls des éléments de personnalité et de « renseignements » justifieraient ces mises en examen. Si, à ce jour, le juge de la liberté et de la détention a refusé la mise en détention de trois des quatre personnes poursuivies, l’appel du parquet montre la volonté de ce dernier, comme du ministre de l’Intérieur, de suivre certains syndicats de police dans leur mépris de l’indépendance de la justice et de la présomption d’innocence.


La LDH appelle à respecter pleinement ces principes.

lundi 30 mai 2016

"Chaque époque essaie d'inventer une manière d'assassiner sa jeunesse" Wajdi Mouawad

Il a été nommé en avril dernier à la direction du Théâtre national de la Colline, à Paris, où il succède à Stéphane Braunschweig. 
L’auteur, acteur et metteur en scène libano-canadien, était l'invité de Léa Salamé. 


Pour voir l'entretien, cliquez sur la photo.

L'ONU redoute la mort de près de 700 migrants en une semaine en Méditerranée

Près de 700 migrants, dont une quarantaine d'enfants, qui tentaient de gagner l'Italie auraient trouvé la mort, dans des conditions atroces, au cours de la semaine écoulée dans trois naufrages au large de la Libye, d'après l'ONU et des témoignages de survivants.
"La situation est chaotique, nous ne sommes pas sûrs des chiffres, mais nous craignons que jusqu'à 700 personnes ne se soient noyées trois naufrages cette semaine", a déclaré à l'AFP Federico Fossi, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).


Pour lire la suite de cet article, cliquezsur la photo.


samedi 28 mai 2016

L"Orchestre debout" joue "Bella Ciao" place de la République. Bouleversant

Un grand moment d'art sur la place et de "vivre ensemble"

vendredi 27 mai 2016

Pour nous fliquer sur Internet, tous les moyens sont bons

Ils ont pisté les pisteurs : deux chercheurs de l’université américaine de Princeton viennent de mener une énorme étude sur les «  trackers  », ces lignes de code insérés dans une page web qui permettent de suivre le comportement des internautes. 
Surtout utilisés à des fins publicitaires, ils permettent de savoir beaucoup de choses sur nous.

Les chercheurs, Steven Englehardt et Arvind Narayanan, ont étudié le million de sites web les plus fréquentés, selon le classement d’Alexa (une boîte de stats web qui appartient à Amazon). Ils ont employé des programmes simulant une visite, des bots (ou robots logiciels), qui ont analysé les trackers utilisés sur chaque site. Voici plusieurs de leurs observations.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le dessin.

Le RCT Association se bat sur les terrains et contre les discriminations.

Mercredi cent élèves, de collèges ou de lycées, ont présenté des saynètes de très grande qualité et d’une extrême créativité.
Leur ambition ? Sensibiliser lles adolescents et les adultes aux comportements discriminatoires, aux dégâts que ces agissements peuvent causer et présenter les sanctions pénales prévues par la loi.
Mission accomplie. Un grand moment de civisme et de "vivre ensemble" qui a mis dans l’embarras le jury, animé par le président du RCT Association, Alex Massari, membre de la LDH de La Seyne.
Quelle classe choisir ? 
Toutes méritaient de figurer au palmarès. Après de longues discutions, ce sont les élèves de la classe de 5ème des Eucalyptus qui ont gagné un olivier qui sera planté dans leur collège. 
Ils sont repartis, très fiers, avec un maillot du RCT, le même que portaient nos Crabos lors de leur victoire. 
Pour tous les adultes du club, il est essentiel que le RCT soit exemplaire sur les terrains et dans la défense des valeurs qui font la noblesse de notre sport
Cliquez sur l'article pour pouvoir le lire.

mercredi 25 mai 2016

Les personnes étrangères et les violences policières en France: Etat des lieux.

À l’occasion de la publication en mars 2016, du rapport de l’ACAT intitulé « L’ordre et la force » et la médiatisation de plusieurs cas de violences policières, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) se penche sur la situation des personnes étrangères exposées aux violences policières pendant une conférence-débat sur la question.

À travers l’examen de cas de violences policières recensés, l’OEE analyse les moments à risque et se penche sur les suites judiciaires de ces affaires. Avec les différents intervenants, sera analysé en quoi la qualité d’étranger.e.s expose davantage aux violences et favorise l’impunité des forces de l’ordre.

Pour voir les vidéos, cliquez sur le logo.

Démagogie et stigmatisation des personnes en difficulté sociale, lz Conszil Départemental du Haut-Rhin récidive.

Communiqué LDH
Le président du conseil départemental du Haut-Rhin s’était déjà distingué, en février 2016, en souhaitant conditionner le versement du revenu de solidarité active (RSA) à la réalisation d’heures de bénévolat hebdomadaires au prétexte de combattre la tendance à l’assistanat dans laquelle s’enfermeraient les populations en situation de précarité et de fragilité économique et sociale. Instrumentalisant le principe même du bénévolat qui ne saurait se réaliser que sur le principe du choix personnel, sauf à lui dénier toute dimension d’engagement citoyen, cette décision aux relents populistes d’un autre âge constituait le refus même de tout principe de solidarité sur lequel est fondée la compétence sociale des départements.

Allant toujours plus loin dans sa volonté de stigmatisation et de contrôle social des populations précaires, ce responsable politique exige aujourd’hui des allocataires qu’ils fournissent leurs relevés de compte bancaire. 
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur le sigle.

lundi 23 mai 2016

Le discours très engagé de Ken Loach, Palme d'or à Cannes pour "Moi, Daniel Blake


"Il faut dire qu’un autre monde est possible et même nécessaire", a lancé, en français et en anglais, Ken Loach lors de son discours dimanche soir.
 Le cinéaste britannique qui aura 80 ans en juin a reçu la Palme d'Or à Cannes pour "Moi, Daniel Blake"  et dénoncé les idées "néo-libérales" qui "risquent de nous mener à la catastrophe".
Le réalisateur a mis en garde contre le retour de l'extrême droite. "Nous approchons d'une période de désespoir et avec le désespoir c'est l'extrême droite qui en profite. Certains d'entre nous ,qui sommes âgés, nous rappelons ce que cette extrême droite a pu faire. Il faut, dans cette période de désespoir, rapporter l'espoir, dire qu'un autre monde est possible et même nécessaire", a-t-il déclaré lors de son discours.
Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo.

dimanche 22 mai 2016

Allô Marcel? On fait comment pour lutter contre le harcèlement à l’école?

C’est un homme un peu pressé. Un homme surtout très prisé.
Entre deux enregistrements de son émission quotidienne (Allô Rufo) diffusée en fin de matinée sur France 5, le pédopsychiatre originaire de Toulon était jeudi à Marseille à l’occasion des 30 ans de l’ARI (l’Association pour l’intégration des personnes en situation de handicap ou en difficulté).
Bien que très sollicité, Marcel Rufo nous a accordé un peu de son temps pour nous parler d’un fléau qui touche trop de personnes.
Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo.

samedi 21 mai 2016

Les détenus d’abord

 Nous, Syriens qui avons échappé à la mort ou à l’emprisonnement par le plus grand des hasards, il ne nous a pas été donné d’échapper à l’épreuve de la perte de membres de nos familles, de proches et d’amis ou de leur disparition dans les lieux de détention [en Syrie].
Les Syriens qui se sont soulevés pour obtenir leurs droits politiques qui leur sont refusés depuis des décennies ressentent aujourd’hui, après cinq années d’enfer, que le monde entier s’est ligué contre eux pour les briser : tantôt à coups de vetos au Conseil de Sécurité de l’Onu, tantôt du fait des regards détournés pour ne pas voir les crimes de guerre qui sont perpétrés en Syrie, tantôt au travers de l’échange du sang des Syriens contre des intérêts politiques – le résultat de tout cela étant que le peuple syrien subit le malheur jusqu’à ce jour, après avoir perdu plus d’un demi-million de ses enfants.
Pour lire la suite de ce texte, cliquez sur la photo.

vendredi 20 mai 2016

Laïcité et racines chrétiennes de la France : Ciotti fait le grand écart

9 mai 2016 par B. Girard, Histoire, école et Cie
La laïcité est-elle soluble dans les racines chrétiennes de la France ? Pour Ciotti et plusieurs de ses collègues la réponse ne fait aucun doute : ils viennent de déposer devant l’Assemblée nationale une proposition de loi connectant indissolublement les deux principes. La démonstration est lumineuse.
Une proposition de loi qui vise « certains »…
Partant du principe que « sans laïcité (…) il ne peut y avoir de cohésion nationale durable », les députés déplorent que cent dix ans après la loi de Séparation, « l’espace public [soit] progressivement devenu un lieu d’expression d’appartenances et de pratiques religieuses, devant lesquelles le principe de laïcité n’a eu de cesse de reculer. » Bien sûr, on ne cite nommément personne : pas les processions costumées qui battent régulièrement le pavé au son des cantiques en latin, ni même ces groupuscules en prière devant des hôpitaux où se pratiquent des avortements ou qui font pression sur les professionnels de santé 
                                                                                          Pour lire la suite cliquer ici

Si les réfugiés étaient Français, voici ce que ça donnerait. Une vidéo choc qui fait réfléchir.

Des vidéos très précieuses dans le sens où elles nous aident à mieux ressentir la guerre et donc, à mieux comprendre ceux qui la subissent.
On ne peut pas comprendre les réfugiés sans ressentir la guerre. Or, en France, nous ne sommes plus très nombreux à savoir ce que signifie (réellement) un bombardement, l’exode, la peur, la faim ou le froid. Aussi, pour nous rafraîchir la mémoire, une ONG a imaginé un procédé créatif, percutant et redoutable.
Cette ONG, c’est Save the children (sauver les enfants). Il y a deux ans, pour sensibiliser l’Europe au sort réservé aux jeunes Syriens, elle avait réalisé une vidéo qui délocalisait la guerre de Syrie… en Angleterre. On y suivait le quotidien d’une petite fille heureuse dont le destin était brutalement bouleversé par l’arrivée des combats.
Pour voir les vidéos, cliquez sur la photo.

Verdun, ne pas céder à la haine

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création
Le vendredi 13 mai, jour de la commémoration des attentats de novembre 2015, la mairie de Verdun a annoncé l’annulation du concert de Black M programmé le 29 mai pour la commémoration de la bataille de Verdun, en présence du président François Hollande et de la chancelière Angela Merkel. Les Français aiment les commémorations : elles leur rappellent qu’ils ont jadis fait preuve de courage. Ce serait mieux s’ils en faisaient preuve aujourd’hui.
Car il s’agit de courage. Samuel Hazard, maire de Verdun, a invoqué des « risques forts de troubles à l’ordre public » face au « déferlement de haine et de racisme » suscité par la venue d’un rappeur dont les chansons, il y a six ans, avaient suscité la polémique. Des personnalités médiatiques de droite et d’extrême droite ont multiplié les communiqués et les pétitions et se sont, par la suite, bruyamment félicitées de l’annulation du concert.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur la photo.

jeudi 19 mai 2016

Découvrez "Gynophobie", le premier court-métrage Snapchat qui dénonce la mysogynie des femmes

L’association "Ensemble contre la Gynophobie" (souvent résumée à "No Gynophobie") décernait hier son prix du meilleur court-métrage à Laura Felpin et Anna Apter, deux jeunes actrices françaises, en marge du festival de Cannes 2016.
 C’est un film original qui a remporté hier le prix du meilleur court-métrage décerné par le jury de l’association No Gynophobie à Cannes. Tourné exclusivement grâce à l'application Snapchat, Gynophobie dénonce les violences faites aux femmes en ridiculisant les stéréotypes misogynes.

On voulait un format rapide, vif, qui interpelle les gens de notre génération
explique Laura Felpin dans une longue interview accordée au magazine Cheek. En utilisant les réseaux sociaux, le duo souhaite ainsi s'adresser aux générations bien d'aujourd'hui en utilisant les codes d'un média délaissé par les réalisateurs mais plébiscité par les plus jeunes. Durant près de 3 minutes, les visages de Laura Felpin, 26 ans, et d'Anna Apter, 28 ans, déformés et maquillés par les différents filtres de l’application, se succèdent. Reprenant les attitudes de femmes de tous âges et de toutes origines, elles répètent des phrases qu'elles ont déjà entendu prononcées par d'autres femmes. Un moyen pour les actrices-réalisatrices de "montrer qu’elles [les femmes] se tiraient elles-mêmes une balle dans le pied."
Pour découvrir ce courts métrage, cliquez sur la photo.

mercredi 18 mai 2016

Enfances brisées : Les mineurs palestiniens dans le visieur de la répression israélienne.

Alors que le Comité des Nations unies contre la torture rend ses conclusions sur Israël vendredi 13 mai, 

au sein de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, l’ACAT, l’AFPS, la Ligue des droits de l’Homme et le Yes Theater publient un rapport intitulé « ENFANCES BRISÉES » sur les multiples violations des droits de l’Homme dont sont victimes les mineurs palestiniens aux mains des forces armées et de police israéliennes. Entre torture et mauvais traitements, simulacre de justice et impunité des forces de l’ordre, les associations dressent un bilan désastreux de la détention des enfants palestiniens.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo

mardi 17 mai 2016

Festival de Cannes: Susan Sarandon et Geena Davis jouent à «Thelma et Louise» contre Hollywood

Au Festival de Cannes, les actrices Susan Sarandon et Geena Davis ont reçu le prix Women in Motion et évoqué la place des femmes au cinéma…
Un film culte, et deux femmes de poids dans le cinéma hollywoodien. Geena Davis et Susan Sarandon, les inoubliables héroïnes de Thelma et Louise, ont reçu le prix Women in Motion dans le cadre du programme éponyme lancé en 2015 par l’un des sponsors du festival, le groupe  Kering. Les deux stars, toutes deux oscarisées, ont ensuite remis le Prix jeunes talents Women in Motion aux réalisatrices Leyla Bouzid, Gaya Jiji et Ida Panahandeh. Vingt-cinq ans après le road movie féminin Thelma et Louise, les deux actrices ont parlé des femmes dans le cinéma lors d’un débat organisé au septième étage du Majestic, sous l’œil attentif de la réalisatrice Agnès Varda.


Pour lire la suit de cet article, cliquez sur la photo.

L'état d'urgence au profit du maintien de l'ordre moral.

Le gouvernement vient d’interdire à des militants de participer à des manifestations contre la loi travail en s’appuyant sur les dispositions de la loi sur l’état d’urgence.
Ces interdictions ne reposent que sur la présence réelle ou supposée de telle ou telle personne à des manifestations, sans que n’ait été retenu à leur encontre aucun fait répréhensible autre que de protester contre les violences policières ou contre la loi travail dont l’Assemblée nationale n’a pu débattre jusqu’au bout en raison de l’usage de l’article 49.3 de la Constitution.
Déjà lors de la COP 21 et toujours sur les mêmes fondements, le gouvernement avait pris des mesures d’assignation à résidence, validées par le Conseil d’Etat, contre des militants écologistes. En interdisant de manifestation des militants qui ne sont en rien suspectés d’être liés aux raisons invoquées lors de la proclamation de l’état d’urgence, le gouvernement fait, un peu plus, la démonstration que celui-ci est conçu et utilisé à des fins qui n’ont rien à voir avec la lutte contre le terrorisme. Sans aucun contrôle du juge judiciaire, sans contrôle réel du juge administratif, le gouvernement dispose ainsi, et en use, de pouvoirs exorbitants qui portent atteinte aux libertés publiques et individuelles.
La LDH condamne totalement cette accumulation de mesures autoritaires et tient à souligner combien les inquiétudes qu’elle avait manifestées dès la première prorogation de l’état d’urgence s’avèrent fondées. Le gouvernement s’apprête à proroger une troisième fois l’état d’urgence. Une nouvelle fois, la LDH appelle les députés à mettre un terme à ce régime d’exception indigne d’une démocratie.

Paris, le 16 mai 2016.

samedi 14 mai 2016

La rage de Ken Loach contre la casse du système social secoue la Croisette

Cannes: le Britannique Ken Loach secoue la Croisette avec une rage intacte contre la casse du système social, vue par les yeux d'un chômeur
Après "Money Monster" sur les dérives de la finance, le Britannique Ken Loach a secoué la Croisette vendredi avec une rage intacte, à 80 ans, contre la casse du système social, vue par les yeux d'un chômeur.

"C'est une situation choquante car ce n'est pas un problème uniquement dans mon pays mais dans toute l'Europe", a lancé le réalisateur lors de la conférence de presse consacrée au film où il a été très applaudi.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.