lundi 29 août 2016

Baignade surveillée, par Pierre Joxe

Pierre oxe en r^évait, les Douarnenesiens l'ont faitPour soutenir les positions de bon sens prises par Anne Hidalgo, Maire de Paris, comme par Mesdames les Ministres de la Santé Publique et de l’Education Nationale;
Pour inciter Jean-Pierre Chevènement à un peu plus de discrétion;
Pour rendre un hommage affectueux et respectueux à nos grands mères qui – il y a un siècle – inaugurèrent les « bains de mer » au Touquet-Paris-Plage comme à Nice, avec des «costumes de bain » qui furent longtemps d’assez longues robes;
Pour affirmer le droit des femmes à porter les vêtements de leur choix – y compris sur les plages –;
Je me préparais à aller nager cet après midi dans la tenue vestimentaire de mon choix, correspondant à l’idée que l’on avait naguère des bonnes mœurs dans la France laïque et républicaine, au début du siècle, au lendemain de la loi de séparation des églises et de l’Etat.
Pour lire la suite cliquer sur l'image

dimanche 28 août 2016

Le Boulanger de Fernand Raynaud hélas de plus en plus d'actualité.

Fernand Raynaud était un artiste comique de scène, français né en 1926 et mort en 1973.
Son art comique consiste à présenter des histoires drôles à base de situations quotidiennes, qui mettent en scène le Français moyen.

Il est rassurant de voir que ce fameux Français moyen n’a pas évolué depuis 50 ans.

Pour découvrir la qualité de l’accueil légendaire des étrangers, cliquez sur la photo.

jeudi 25 août 2016

Mort de M. ZHANG CHAOLIN à Aubervilliers : Le racisme tue !

Vendredi 12 août 2016, M. Zhang Chaolin est décédé de ses blessures occasionnées quelques jours auparavant par une agression très violente dont les circonstances laissent peu de doute sur son caractère raciste.
Cet événement dramatique marque une aggravation des comportements et actes anti-asiatiques que connaissent depuis maintenant quelques mois des quartiers parisiens et des communes de la banlieue proche. Cette montée de propos et d’agressions racistes souligne là aussi une dégradation très inquiétante de notre capacité à accepter et vivre avec l’autre en toute fraternité.
La Ligue des droits de l’Homme présente ses condoléances à la famille et aux proches de M. Zhang Chaolin. Elle souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire et appelle nos concitoyennes et concitoyens à rester mobilisés contre la montée de la haine et le refus de l’autre.

Paris, le 24 août 2016

mardi 23 août 2016

Zola et la Presse

Toujours d'actualité.

Des médailles pour « la femme arabe et sa place dans la société »

« La femme arabe a sa place dans la société. »
Le message de la Tunisienne Inès Boubakri après sa médaille de bronze en escrime a résonné de façon toute particulière aux JO de Rio, où les femmes arabes ont remporté un nombre de titres sans précédent.
Six médailles, presque autant que les hommes : le résultat est historique. Depuis leur première participation aux Jeux olympiques, en 1972 à Munich, elles avaient remporté en tout dix médailles, dont deux à Londres en 2012. Dans le même temps, les hommes en avaient récolté 59.
La performance n'est pas anodine, car si les femmes sont de plus en plus visibles dans le sport, comme dans les affaires et la politique, elles souffrent encore de très fortes discriminations vis-à-vis des hommes dans les sociétés arabes, profondément patriarcales.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

samedi 20 août 2016

Comment une rixe de plage est devenue «l'affaire du burkini de Sisco»

L’histoire de cet affrontement a vite été télescopée, à tort, par le débat national autour du burkini.
Beaucoup de personnes ont dû être surprises, mercredi 17 août, lorsque le procureur de la République de Bastia a enfin pris la parole. Devant les médias, Nicolas Bessone a expliqué que les violences survenues le week-end dernier sur une plage de Sisco, en Corse, entre des jeunes locaux et des frères venus du sud de l'île –et présentés par la presse et le parquet comme étant «d'origine maghrébine»– n’avaient rien à voir avec le débat autour du burkini. Le procureur a évacué cette hypothèse et expliqué que «dans cette affaire, il n’y a pas des horribles radicalisés d’un côté contre de méchants racistes». Il s’agit plutôt selon lui d’une «logique de caïdat, d’appropriation d’une plage qu’autre chose. Avec, de l’autre côté, une surréaction villageoise inadaptée».
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

Voile intégral : état des lieux en Europe

Après que l'Allemagne a fait un pas vendredi vers une interdiction partielle de la burqa, voici l'état de la législation dans plusieurs pays européens.

Pour découvrir l’état des lieux, cliquez sur la photo.

vendredi 19 août 2016

Pourquoi le burkini divise-t-il la société française ?

La décision des maires d'interdire le burkini sur certaines plages en France fait l'objet depuis quelques jours d'un débat agité, où se mêlent laïcité, rapport entre l'islam et la République, égalité hommes-femmes, sécurité et vivre-ensemble.
L'interdiction du burkini par certaines mairies, comme celles de Cannes ou du Touquet, a ravivé les tensions au sein de la population française, dans un contexte marqué par une série d'attentats, perpétrés ou revendiqués par l'État islamique (EI). La décision des mairies, récupérée par la classe politique, de gauche comme de droite, fait l'objet depuis quelques jours d'un débat agité, où se mêlent laïcité, rapport entre l'islam et la République, égalité hommes-femmes, sécurité et vivre-ensemble. Cette controverse sur le port d'une tenue qui ne concernerait qu'une extrême minorité de musulmanes replace les questions identitaires et religieuses au cœur du débat politique et divise profondément la société française entre deux visions de la République, de la laïcité et du vivre-ensemble. L'une, radicalement républicaine, laïciste, parfois identitaire. L'autre, multiculturaliste, libérale, parfois communautaire. Ces deux visions s'opposent sur quatre grands thèmes qui, au-delà de la controverse sur le burkini, constituent les socles de la République française : la laïcité, le rapport entre le maintien de l'ordre public et la garantie des libertés, l'égalité hommes-femmes et le vivre-ensemble.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

mercredi 17 août 2016

Comme à son habitude, le Premier Ministre ajoute de la tension au grotesque

Au grotesque d’un débat autour d’un vêtement de bain, le Premier ministre, fidèle à lui-même, ajoute aux tensions en faisant de comportements individuels la marque d’un projet politique.
Le Premier ministre s’aligne ainsi sur le trait d’union que les maires de Cannes et de Villeneuve-Loubet font entre les actes de terrorisme et le port de ce vêtement. En maniant cette rhétorique, le Premier ministre participe à la stigmatisation d’une catégorie de Français, devenue, en raison de leur foi, a priori des suspects.

 Quel que soit le jugement que l’on porte sur le signifiant du port de ce vêtement, rien n’autorise à faire de l’espace public un espace réglementé selon certains codes et à ignorer la liberté de choix de chacun qui doit être respectée. Après le « burkini » quel autre attribut vestimentaire, quelle attitude, seront transformés en objet de réprobation au gré des préjugés de tel ou tel maire ?

Ces manifestations d’autoritarisme n’empêcheront rien mais elles constituent un dévoiement de la laïcité. Et assurément, elles renforcent le sentiment d’exclusion et contribuent à légitimer ceux et celles qui regardent les Français musulmans comme un corps étranger à la nation.

La LDH continuera à engager les procédures nécessaires pour faire annuler des arrêtés provocateurs et appelle tous les acteurs de la vie publique à cesser d’ajouter de la tension au grotesque.


Paris, le 17 août 2016

samedi 13 août 2016

La stratégie du « choc »

Une semaine après l'assassinat de Saint Etienne de Rouvray, la Fédération Varoise de la Libre Pensée tient à signaler les menaces qui pèsent sur la Laïcité.
De toutes parts, on demande aux français de ne pas céder à la peur car la peur " empêche de réfléchir ". Certes c'est une évidence.
Mais il y a une autre évidence : à droite comme à gauche, nombre de responsables et d'élus politiques pensent eux abondamment, mais dans un sens qui n'est pas du tout républicain : celui d'utiliser la barbarie du terrorisme comme un prétexte pour dénaturer encore plus la Laïcité de l’État et les droits fondamentaux des citoyens.
La Fédération Varoise de la Libre Pensée rappelle que le 17 novembre 1918, six jours seulement après l'armistice d'une guerre qui avait fait des millions de morts et de blessés, le Président de la République, Raymond Poincaré, et le Président du Conseil, Georges Clemenceau, avaient refusé de participer et de se faire représenter à la célébration du "Te Deum" organisé à Notre-Dame de Paris. A l'époque, pour les plus hauts représentants des institutions républicaines, le respect du principe républicain de Séparation des Églises et de l’État primait sur le besoin émotionnel de célébrer le terme d'une barbarie qui avait quand même duré 4 ans.

mercredi 10 août 2016

La marathonienne : quand Kathrine Switzer donnait le droit de courir aux femmes

Les femmes ont été interdite de  marathon pendant longtemps. Kathrine Switzer osa braver cet interdit en 1967 et il fallut attendre 1984 pour que le marathon féminin figure dans les épreuves.olympiques.
Mercredi 19 avril 1967, départ du marathon de Boston aux Etats-Unis. A l’époque, les femmes n’ont pas le droit de participer à cette épreuve jugée contre leur nature soi-disant fragile. Aux jeux Olympiques, les dames ne vont pas au-delà du 800 mètres, alors un marathon… On murmure même que l’effort pourrait leur faire tomber l'utérus, grossir les jambes de façon monstrueuse ou qu’elles pourraient développer des poils sur la poitrine.


Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

jeudi 4 août 2016

Des athlètes réfugiés à Rio pour les Jeux Olympiques 2016, un événement historique

Cinq coureurs sud-soudanais de demi-fond, vivant au camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, font partie de la toute première équipe olympique d’athlètes réfugiés.
 Au milieu de larmes de joie, d’étreintes d’adieu et de chansons d’encouragement, un groupe de jeunes athlètes réfugiés africains se préparait aujourd’hui à décoller depuis Nairobi vers Rio au Brésil pour les Jeux Olympiques 2016 - et également un rendez-vous avec l’histoire.

Cinq coureurs sud-soudanais de demi-fond, vivant au camp de réfugiés de Kakuma dans une région inhospitalière au nord du Kenya, ont reçu un adieu retentissant de la part de leurs amis, camarades réfugiés et supporters kenyans.
Les cinq autres athlètes réfugiés qui se joindront à eux sont originaires de la Syrie,
de la République démocratique du Congo et de l'Éthiopie. Ensemble, ils ont rendez-vous avec l'histoire car ce sera la toute première équipe olympique d’athlètes réfugiés.

« Je suis très impatiente. C’est la première fois que des réfugiés ont la chance de pouvoir participer aux Jeux Olympiques. Cela nous fait espérer et nous encourage pour les jeunes générations de réfugiés qui se trouvent dans les camps et qui doivent continuer à cultiver leurs talents », a expliqué Rose Nathike Lokonyen, 23 ans, au HCR lors d’une interview avant leur départ
.Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

mercredi 3 août 2016

« Les intégristes sont les daltoniens de la religion» Justin

Dans le film « Marius et Jeannette » Guediguian  fait parler Justin, un  homme à la retraite . 
Ce Justin qui parle si bien, c'est un instit, il sait expliquer des choses compliquées avec des phrases simples. Même un enfant ­ celui de Jeannette, en l'occurrence ­ comprend tout quand il compare les fous de dieu (de tous les dieux) à des daltoniens...


Pour voir ou revoir cette scène tournée en 1997, cliquez sur la photo.