dimanche 30 octobre 2016

" Des étrangers , les Savoyards, inondent la France"

Voici quelques passages d’une affiche placardée sur les murs de Paris vers 1850. Elle est signée: “Un ouvrier”. 
Elle visait les Savoyards qui allaient gagner leur vie dans la grande ville française. Il faut dire que la Savoie ne sera annexée par la France que dix ans plus tard, en 1860, soit 30 ans après l’Algérie!
Remplacez le mot “Savoyards” par “Roms” ou “musulmans”, les boucs émissaires d’aujourd’hui, et ce texte nous renvoie alors à ce racisme toujours plus assumé et qui gagne du terrain partout dans le monde et notamment en France.
Des étrangers, les Savoyards, inondent la capitale. Cette peuplade envahissante porte un grand préjudice au pays. Ne serait-il pas temps d’y mettre un terme et d’arrêter ce torrent qui déborde sur la France?
Le gouvernement doit protection à la classe ouvrière… Est-il juste que des étrangers viennent moissonner les ressources du pays?” 
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le dessin.

Mon village a accueilli 18 migrants pendant 3 mois. Aujourd'hui, nous les regrettons

En février dernier, dix-huit migrants ont été installés à Campôme, un petit village d’une centaine d’habitants niché dans les Pyrénées-Orientales. 
Si leur arrivée a d’abord suscité quelques inquiétudes, leur séjour s’est finalement avéré positif pour la commune, à tel point que certains habitants regrettent aujourd’hui leur départ, explique le maire Christophe Carol.
À l’heure où la jungle de Calais est démantelée, et des milliers de migrants déplacés, je ne peux que repenser aux 18 jeunes hommes qui sont passés il y a quelques mois par Campôme, le petit village dont je suis maire.
 En février dernier, alors que l’État décidait déjà de répartir sur le territoire
Cliquez sur la photo pour lire l’article.

samedi 29 octobre 2016

Journée internationale des droits de l’enfant à La Seyne

Journée internationale des droits de l’enfant
Samedi 5 novembre, la MAEFE fête la Journée internationale de  l’enfant à la Bourse du travail. Demandez le programme ! :
10h30 : Exposition, Stand « So solidarité » et photos, «réalisation des enfants»
12h : Petites assiettes exotiques
14h : Discours (Président et élus, so solidarité, parents,…)
14h30 : Arbre à souhaits, Stand MAEFE et So solidaire : « La solidarité à l’année », Jeux d’Antan et Stand Amnesty international, Concours de dessin, Expo photos : Voyage au Bénin « Orphelinat », Atelier tresses Africaines / Expo de Bijoux Artisanaux
15h : Petit défilé traditionnel et danse Africaine
16h : Goûter festif
17h : Concert de clôture par OMASEYNE

Des dizaines de migrants envahissent la Provence.


vendredi 28 octobre 2016

Commentaires sur les migrants : la grande classe de France 3 Midi-Pyrénées

Après une vidéo sur l’arrivée à Toulouse de migrants de Calais, la locale de France 3 Midi-Pyrénées poste, ce jeudi 27 octobre, un coup de gueule. Marre des commentaires ignorants et inhumains.
Dans cette vidéo filmée par France 3 Midi-Pyrénées, on voit des hommes d’origine afghane débarquer d’un bus, sortir leurs bagages. Ils arrivent de Calais, expulsés de la jungle.
Postée sur Facebook par la chaîne, la vidéo a été vue plus de      13 000 fois.
On n’en aurait peut-être jamais entendu parler si, lasse des commentaires sous la vidéo, la rédaction n’avait pas ensuite publié un coup de gueule.
Car sous la vidéo, on pouvait lire ce genre de commentaires (nous avons corrigé les fautes) :
Pour voir cette vidéo et les commentaires, cliquez sur la photo.

Police et socièté: ouvrir le débat.

Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme
Les manifestations de plusieurs centaines de policiers, en dehors du cadre syndical et avec leurs armes, attestent du malaise profond de ce corps mais aussi d’une démarche de nature à questionner les institutions de la République, notamment quand certains d’entre eux s’en prennent à l’autorité judiciaire.

Les agressions d’une extrême gravité qui sont à l’origine de ce mouvement s’inscrivent dans un contexte d’état d’urgence épuisant et qui va se dégradant. D’autant que dans le même temps, les forces de l’ordre ne disposent pas des moyens de terrain suffisants à exercer pleinement leur mission. La justice, il faut le rappeler, n’est pas mieux traitée en termes de moyens. Le gouvernement engrange ainsi les conséquences de choix reprenant les orientations antérieures qui exaltent les valeurs d’ordre et de sécurité, mais négligent le travail de proximité de la police et sous-estiment l’organisation et le niveau des moyens alloués.
Cette situation ne laisse pas d’être préoccupante ; en effet,

L'horreur que nous voulons ignorer

On ne voit plus. On ne veut plus voir les images de l’horreur quotidienne que vivent les réfugiés tentant d’atteindre les côtes européennes mais l’Onu vient de la résumer hier en un chiffre.
Trois mille huit cents personnes, homme, femmes et enfants, ont péri noyées depuis janvier dernier en Méditerranée soit déjà plus que pour toute l’année 2015. C’est du jamais vu, un record si l’on ose dire. Nous autres, Européens, sommes tout aux difficultés qui nous assaillent, à la croissance molle, au chômage élevé et à l’inquiétude qui en résulte mais tout près de nous, au large de nos plages, d’autres hommes, nos semblables, meurent chaque jour de malheurs incomparables.

Ils meurent car des dictatures sanguinaires ou la folie meurtrière de Daesh ne leur laissent pas d’autre choix qu’une fuite éperdue. Ils meurent parce que des passeurs dont le cynisme passe l’entendement les entassent à prix d’or sur des canots que renverse le premier souffle de vent. Ils meurent, c’est le pire, parce que nous avons si peur d’eux que nous préférons encore les voir mourir en mer qu’organiser leur accueil .
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

mardi 25 octobre 2016

Pourquoi parle-t-on autant du camp de Calais ?

Depuis hier matin, les 6 000 à 8 000 migrants du camp de Calais sont en train d’être évacués. 
Le gouvernement veut mettre fin aux conditions très difficiles dans lesquelles ces migrants y vivaient jusqu’à maintenant. Aussi, ces personnes seront conduites vers 167 centres d’accueil, sur tout le territoire de la France métropolitaine. Cette vidéo t’explique pourquoi des milliers de migrants ont rejoint ce camp.
Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo.

lundi 24 octobre 2016

Rhône: Des jeunes des quartiers relèvent le défi d'aider des réfugiés

Vaulx-en-Velin (Rhône), le 23 octobre 2016. Des jeunes préparent des repas destinés à des migrants dans le cadre de l'événement –
Ils se sont levés tôt et se sont retrouvés, pour la plupart sans se connaître, au centre social Georges-Levy à Vaulx-en-Velin (Rhône), pour une journée de solidarité. Ce dimanche, une quarantaine de jeunes, issus des quartiers de la commune mais également de Lyon, Rillieux, Villeurbanne ou encore Saint-Priest ont participé à l’événement « Vaulx relève le défi - Réfugiés », organisé via Facebook.
Cet appel à la solidarité était organisé par les associations vaudaises Collectif Jeunes solidaires et Sadaqa Humanity en réponse au défi lancé au début du mois par des jeunes de Sarcelles, dans le Val d'Oise, déterminés à venir en aide aux migrants en allant distribuer des repas à tour de rôle dans Paris.
Pour lire de cet article, cliquez sur la photo.

samedi 22 octobre 2016

Arrivée de 14 migrants à Pierrefeu pour quelques mois

Le 8 octobre, la LDH La Seyne avait défilé à Pierrefeu avec de nombreuses associations pour permettre l’accueil de réfugiés.
Hier, Var Matin annonce la venue de 14 migrants dans ce village.
Leur arrivée a été discrète, en bus, ce jeudi à l'aube. Encadré par des gendarmes, le bus transportait huit enfants, deux femmes isolées et deux couples avec enfants. Tous ont été installés au centre hospitalier spécialisé de Pierrefeu pour une durée de quelques mois.
La quasi totalité d'entre eux est d'origine afghane et tous arrivaient directement de la Jungle de Calais. 
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

vendredi 21 octobre 2016

LA FÉMINISTE OLYMPE DE GOUGES, PREMIÈRE FEMME STATUFIÉE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

Révolution au Palais-Bourbon: le buste d'Olympe de Gouges, féministe guillotinée sous la Terreur et recalée il y a deux ans pour le Panthéon, trône depuis mercredi à l'Assemblée nationale, première statue d’un personnage historique féminin au milieu des figures d'hommes et allégories.
Regard net, sourire un tantinet ironique, visage tourné vers un buste de Jean Jaurès, l' effigie sculptée d'Olympe de Gouges en marbre blanc, attendue depuis près d'un an, a été installée en grande pompe salle des Quatre-Colonnes, où se croisent politiques et journalistes, à quelques mètres de l'hémicycle.
La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où elle considère que "l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements", figure sur le piédestal du buste réalisé par Jeanne Spehar et Fabrice Gloux.
Si "la femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune", proclamait dans une formule restée célèbre la révolutionnaire, à la tête coupée en novembre 1793 pour avoir défié Robespierre et dénoncé l'arrestation des députés girondins.
"Entre ici Olympe de Gouges", a lancé la socialiste Catherine Coutelle, présidente de la délégation de l'Assemblée aux droits des femmes, dans un clin d'œil à la formule d'André Malraux pour l'entrée de Jean Moulin au Panthéon.
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

jeudi 20 octobre 2016

1939 La Retirada

Les frontières sont elles plus hermétiques en 2016 qu’en 1939 ? C’est la question que pose un billet de  Pascal Pontier
Non, ces hommes, ces femmes et ces enfants migrants ne sont pas syriens, irakiens ou lybiens. Ce sont des réfugiés espagnols à la frontière française dans les Pyrénées Orientales en 1939.

Il y a 75 ans, le Roussillon était le témoin de l'une des plus importantes tragédies humanitaires du XXe siècle : la Retirada. 500 000 personnes fuyant l'avancée en Catalogne des troupes fascistes du général Franco.
Faut-il vraiment en dire plus ?

dimanche 16 octobre 2016

La poésie est une arme chargée de futur


 Je suis retombé par hasard sur ce poème de Gabriel CELAYA (1911- 1991) qu'avait mis en musique Paco Ibañez dans les années 1970. (Le texte original en espagnol est infinimement plus beau que la traduction française que j'ai trouvée, tant mieux pour les hispanisants). Nous nous souvenons (avec une certaine émotion pour ma part) de ce 33T de combat "Les Uns par les Autres" au temps du franquisme finissant.
 
    
Cuando ya nada se espera personalmente exaltante,            Quand plus rien de personnellement exaltant n´est attendu,
mas se palpita y se sigue más acá de la conciencia,             Plus on palpite et plus on est  proche de la conscience,
fieramente existiendo, ciegamente afirmado,                         Existant comme un fauve, aveuglement affirmé,
como un pulso que golpea las tinieblas,                               Comme un pouls qui frappe les ténèbres,

 Cuando se miran de frente                                                    Quand on regarde en face
los vertiginosos ojos claros de la muerte,                             Les vertigineux yeux clairs de la mort 
se dicen las verdades                                                         On se dit les vérités :
las bárbaras, terribles, amorosas crueldades.                       Les barbares, les terribles, les amoureuses cruautés.

Julien Clerc très touché après l'interprétation de sa chanson en hommage aux victimes de l'attentat de Nice

Julien Clerc a interprété "Utile" en hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice. 
Une cérémonie d'hommage national s'est tenue sur la Colline du Château à Nice.

"J'ai été très honoré et touché d'avoir été choisi par les familles. J'ai répondu oui tout de suite. C'est un hommage national et c'était un honneur d'y participer", a-t-il confié après son interprétation.
Le chanteur a interprété "Utile". Une chanson dont les paroles évoquent la résistance au Chili. Le parolier Etienne Roda-Gil, inspiré par un voyage de Juliette Greco au Chili à l'époque où Augusto Pinochet dirigeait le pays, a écrit cette chanson en 1992.

Pour partager cet hommage, cliquez sur la photo.