samedi 22 avril 2017

Présidentielles 2017:changer de méthode pour changer le cap

Paris le 21 avril,
Manifeste pour un virage citoyen
Cette campagne est décidément bien étrange. C’est la confirmation, s’il en fallait encore une, qu’un changement radical de méthode et de cap est nécessaire. Voilà maintenant plusieurs mois que la surenchère sécuritaire et les « affaires » polluent l’espace public. Ce climat délétère empêche l’émergence de tout débat de fond sur des sujets pourtant vitaux pour notre avenir commun. Bref disons-le clairement : cette campagne électorale n’est pas à la hauteur. Elle ne répond pas aux grands défis actuels, elle ne s’attaque pas aux racines des problèmes qui minent notre société et elle ouvre un boulevard toujours plus large aux forces populistes et rétrogrades.
Pour nous, acteurs-trices du changement et de la transformation sociale, la résignation n’est pas une option. Convaincus-es qu’un sursaut citoyen pourra nous sortir de l’impasse, nous parlons aujourd’hui d’une seule voix pour réaffirmer les valeurs qui nous lient et proposer une autre vision du monde.
Pour lire la suite de ce manifeste, cliquez sur la photo.

jeudi 13 avril 2017

Turquie: Non à la dictature!

La Turquie va bientôt amender sa Constitution, lors d'un référendum le 16 avril, pour élargir les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. 
De nombreux défenseurs des droits de l'homme rappellent qu'«Il est urgent et de notre responsabilité de nous solidariser avec les forces vives de paix, de liberté et de démocratie, de la dignité humaine, contre le totalitarisme et la répression… pour ne pas laisser la Turquie sombrer définitivement dans la dictature»

Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur la photo.

samedi 1 avril 2017

Petit précis de lynchage médiatique

 Michel Tubiana - 31 mars 2017 - Le blog de Michel Tubiana

https://blogs.mediapart.fr/micheltubiana/blog/310317/petit-precis-de-lynchage-mediatique#_ftnref1Voici donc la LDH instituée en censeur de Charb. Mieux, elle « conforte les fanatiques dans leur rage contre Charlie [1]» à propos de l’affaire des caricatures. Autant dire qu’elle est complice des assassins. Peu importe que la LDH ait affirmé le droit de Charlie à publier ces dessins ou récuser toute acte de censure. On reconnaît bien là le sens de la mesure de Caroline Fourest et surtout son peu de souci de la vérité. 
La LDH, censeur de Charb ? Revenons un peu sur les faits. La structure qui accueille une grande partie du monde associatif lillois (plus de 120 associations) contacte de manière informelle la section de Lille de la LDH (et le Mrap de Lille) pour parrainer (et payer) une lecture du discours de Charb sur l’Islamophobie par une compagnie artistique lilloise. Première interrogation : pourquoi s’adresser à la LDH pour parrainer la lecture d’un texte auquel elle n’adhère pas ?  
Pour lire la suite cliquer sur la photo

Interpellons les banques liées à la colonisation israélienne.

Action collective, dont la LDH
Alors que l’année 2017 marque les 50 ans de la colonisation israélienne en territoires palestiniens occupé, la politique de colonisation du gouvernement israélien s’est accélérée de façon drastique. Malgré son caractère illégal, malgré ses conséquences sur la population palestinienne, 5 banques et assurances françaises continuent de soutenir financièrement des banques et entreprises directement impliquées dans la colonisation israélienne.

 Des entreprises essentielles à la colonisation israélienne

Pour lire la suite de ce comminiqué, cliquez sur le logo

lundi 27 mars 2017

UNE ANNÉE DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS RACONTÉE EN BD

 

 

 

 

https://www.fidh.org/fr/nos-impacts/la-fidh-raconte-son-annee-2016-en-bd

UNE ANNÉE DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS RACONTÉE EN BD

La lutte contre le terrorisme, les intérêts économiques et la montée des extrémismes ont précipité le respect des droits humains dans des gouffres que l'on croyait appartenir au passé.
Face à ces attaques et aux menaces quotidiennes, la FIDH et ses 184 organisations dans le monde résistent et agissent au quotidien. Découvrez quelques uns de nos actions et de nos impacts en 2016, présentés en Bande dessinée : une campagne internationale pour dénoncer les dynamiques génocidaires au Burundi, l'adoption d'une loi contre la traite des personnes en Tunisie, le régime de Damas dans le viseur de la justice française, la réhabilitation de deux défenseurs des droits humains accusés de terrorisme organisé en Équateur...
Notre rapport annuel en BD témoigne de la diversité, la singularité et l’universalité du travail accompli pour le respect des droits humains.
En exclusivité, et en partenariat avec Cartooning for Peace.
Pour voir la BD cliquer sur l'image

samedi 4 mars 2017

Feu sur la Justice, feu la démocratie !

Face aux procédures qui les touchent, François Fillon et Marine Le Pen crient au scandale et demandent une trêve électorale. Au mépris de l’indépendance des juges et de l’égalité de tous devant la loi.
La fusillade dont est l’objet l’institution judiciaire est un phénomène récurrent. Non que cette « autorité » soit exempte de critiques. L’actuel traitement des affaires de terrorisme où la prétention de certains magistrats à vouloir juger entre pairs parce qu’un jury ne pourrait comprendre leur travail en sont deux exemples parmi bien d’autres.

Que des juges soient critiquables dans leur manière d’exercer leur fonction, qu’ils soient susceptibles de faire preuve de partialité, ce sont aussi des évidences. Mais entre critiquer le fonctionnement de l’appareil judiciaire, son conservatisme, son caractère répressif, etc., et remettre en cause l’égalité des citoyens et citoyennes devant lui au profit d’une sorte de privilège de caste, voici ce que les responsables politiques de tout bord n’ont cessé de faire depuis que notre pays vit sous le régime de la séparation des pouvoirs (au moins en principe !).

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.

vendredi 24 février 2017

Adoption de la loi sur le devoir de vigilance : un premier pas historique pour le respect des droits humains par les multinationales.

Communiqué du Forum citoyen pour la RSE
 21 février 2017. Les député-e-s français-e-s ont adopté définitivement la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre. Ce texte marque une avancée historique vers le respect des droits humains et environnementaux par les entreprises multinationales. Nos organisations appellent désormais les pays européens et la communauté internationale à s’inspirer de cette disposition et à développer des législations qui vont dans le même sens.
Il y a cinq ans, le candidat François Hollande déclarait vouloir «(…) que soient traduits dans la loi les principes de responsabilité des maisons-mères vis-à-vis des agissements de leurs filiales à l’étranger lorsqu’ils provoquent des dommages environnementaux et sanitaires. ». La loi « devoir de vigilance », l’une des dernières lois adoptée sous son quinquennat, répond à cette promesse.
Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez sur le logo.

vendredi 10 février 2017

Conférence de Jean Viard QUAND LA MÉDITERRANÉE NOUS SUBMERGE Lundi 27 Février 2017, 18:30, FOL du VAR

Jean Viard est sociologue et directeur de recherches CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris. 
Ses domaines de recherche sont les temps sociaux (vacances, 35 h), mais aussi l'aménagement du territoire, l'agriculture et les comportements politiques" Quand la Méditerranée nous submerge " (réfugiés, terrorisme, islam, quartiers, populisme…) titre de son dernier livre paru aux Éditions de l'Aube (collections Méditerranées) qu'il présentera à cette occasion
Des femmes, des enfants, des familles entières se noient tous les jours en Méditerranée… le plus grand cimetière marin de la planète. Des jeunes élevés dans nos quartiers nous tirent dessus, ou partent faire la guerre en Syrie et en Irak, en Libye avec Daech. Ici, les peurs montent – l’extrême droite progresse – et poussent au populisme jusqu’à Londres, Moscou et Washington. 

Pour plus d’infos, cliquez sur la photo.

mercredi 8 février 2017

La trêve hivernale s'applique enfin aux bidonvilles!

Communiqué commun
La loi « Egalité et citoyenneté » du 27 janvier 2017 est venue réduire une inégalité de traitement : les personnes vivant en bidonville, dans des tentes, cabanes, abris de fortune… peuvent enfin jouir des mêmes droits que les locataires et occupants de squats face aux expulsions.
Une personne peut désormais bénéficier de délais avant l’exécution de l’expulsion, et de la protection de la  trêve hivernale [1], quel que soit son type d’habitat. Néanmoins le juge peut faire le choix de la supprimer s’il a des preuves que les personnes sont entrées par « voie de fait ».
Pour lire la suite du communiqué, cliquez sur la photo.

mardi 7 février 2017

Violences policières à Aulnay-Sous-Bois, la justice doit passer !

Communiqué LDH
Une nouvelle fois, un contrôle de police effectué auprès d’un jeune habitant de quartier populaire a connu une issue particulièrement violente. Jeudi 2 février, à Aulnay-sous-Bois, en fin de journée, les policiers ont procédé à l’arrestation d’un jeune homme durant laquelle des violences ont été commises. Celles-ci ont eu pour conséquence l’hospitalisation de ce dernier, blessé à coups de matraque et victime d’atteintes corporelles très importantes.

De leur côté, les quatre policiers impliqués ont été mis en examen, trois pour « violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique » et le dernier pour viol, malgré la tentative du parquet de sous-qualifier les faits. Néanmoins, ils ont tous été laissés en liberté.
La LDH constate, une nouvelle fois, les conséquences des contrôles d’identité menés dans des conditions contestables. L’importance des blessures infligées telles que relatées par la presse évoque une violence délibérée et inadmissible. L’enquête judiciaire en cours doit permettre d’établir les faits, être l’objet d’un traitement impartial et aboutir à ce que justice soit faite.
Paris, le 6 février 2017.

mercredi 25 janvier 2017

Interdiction de la masturbation: La gouverneur de l’Oregon fait comme pour Trump et l’avortement

La loi de l’État de l’Oregon vient d’être signée. Les hommes ne peuvent plus se masturber sous peine de prison, voire de castration.
En effet, ce matin, la gouverneur de l’Oregon Kate Brown a tenu une réunion décisionnelle sur l’importance du sacrifice et du gaspillage des semences masculines.
Alors que certains pays du monde jugeaient importants d’interdire l’avortement, une décision bien plus conséquente vient d’être prise.
La porte-parole francophone nous a transmis la raison de cette nouvelle loi : " Pourquoi devrions-nous laisser certains présidents ou ministres décider de ce que nous pourrions faire de l’enfant que nous portons, alors que ces hommes sacrifient chaque jour des millions, même des milliards de spermatozoïdes sans jamais s’en plaindre. Ils s’en vantent même !..."
Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.