lundi 27 mars 2017

UNE ANNÉE DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS RACONTÉE EN BD

 

 

 

 

https://www.fidh.org/fr/nos-impacts/la-fidh-raconte-son-annee-2016-en-bd

UNE ANNÉE DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS RACONTÉE EN BD

La lutte contre le terrorisme, les intérêts économiques et la montée des extrémismes ont précipité le respect des droits humains dans des gouffres que l'on croyait appartenir au passé.
Face à ces attaques et aux menaces quotidiennes, la FIDH et ses 184 organisations dans le monde résistent et agissent au quotidien. Découvrez quelques uns de nos actions et de nos impacts en 2016, présentés en Bande dessinée : une campagne internationale pour dénoncer les dynamiques génocidaires au Burundi, l'adoption d'une loi contre la traite des personnes en Tunisie, le régime de Damas dans le viseur de la justice française, la réhabilitation de deux défenseurs des droits humains accusés de terrorisme organisé en Équateur...
Notre rapport annuel en BD témoigne de la diversité, la singularité et l’universalité du travail accompli pour le respect des droits humains.
En exclusivité, et en partenariat avec Cartooning for Peace.
Pour voir la BD cliquer sur l'image

samedi 4 mars 2017

Feu sur la Justice, feu la démocratie !

Face aux procédures qui les touchent, François Fillon et Marine Le Pen crient au scandale et demandent une trêve électorale. Au mépris de l’indépendance des juges et de l’égalité de tous devant la loi.
La fusillade dont est l’objet l’institution judiciaire est un phénomène récurrent. Non que cette « autorité » soit exempte de critiques. L’actuel traitement des affaires de terrorisme où la prétention de certains magistrats à vouloir juger entre pairs parce qu’un jury ne pourrait comprendre leur travail en sont deux exemples parmi bien d’autres.

Que des juges soient critiquables dans leur manière d’exercer leur fonction, qu’ils soient susceptibles de faire preuve de partialité, ce sont aussi des évidences. Mais entre critiquer le fonctionnement de l’appareil judiciaire, son conservatisme, son caractère répressif, etc., et remettre en cause l’égalité des citoyens et citoyennes devant lui au profit d’une sorte de privilège de caste, voici ce que les responsables politiques de tout bord n’ont cessé de faire depuis que notre pays vit sous le régime de la séparation des pouvoirs (au moins en principe !).

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur la photo.