vendredi 14 juillet 2017

«L'Empire de l'or rouge»: Découvrez les dessous très peu reluisants du business de la tomate d'industrie

Le journaliste Jean-Baptiste Malet, qui avait animé un débat sur le FN après la publication de son livre "Mains brunes sur la ville"   a enquêté deux ans sur les dessous peu reluisant de la tomate d'industrie, celle du kechup et des pizzas... 
 Dans «L'empire de l'or rouge», le journaliste Jean-Baptiste Malet relate ses deux ans d'enquête sur les dessous peu reluisants de la tomate d'industrie.
Qui a déjà vu une tomate d’industrie ? Oubliez tout de suite la tomate ronde, rouge et gorgée d’eau consommée telle quelle. Rien à voir. La tomate d’industrie est « à la tomate fraîche ce qu’une pomme est à une poire », écrit Jean-Baptiste Malet, journaliste de 30 ans tout juste, dans son livre-enquête L’empire de l’or rouge, sorti aux éditions Fayard. Oblongue, plus lourde car moins gorgée d’eau et à la peau dure pour supporter les longs voyages et le maniement des machines, « c’est un autre fruit, une autre géopolitique, un autre business », poursuit-il.
Pour que vous inciter à acheter cet ouvrage qui va donner un goût amer à beaucoup de vos aliments, cliquez sur la couverture du livre.